Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Scie à métaux comment choisir

Guide écrit par :
Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

283 guides
Pour couper le métal, une vis, un tuyau en cuivre, une pointe qui dépasse etc., la scie à métaux est indispensable. Avec lame à métaux interchangeable, déclenchement rapide de lame et forte tension, la scie à métaux se décline en porte-lame, scie à métaux junior et scie à métaux  à  usage intensif ou professionnel.

Caractéristiques importantes

  • Classique
  • Junior
  • Porte-lame
  • Utilisation
  • Tension de lame
  • Ergonomie

Prix

de 1,00 € à 330,00 €

Scie à métaux : ergonomie


La scie à métaux
 correspond à un cadre métallique équipé d’une lame flexible possédant une denture particulièrement acérée et fine. La lame interchangeable et standard est tendue sur un archet et est conçue pour la découpe de différents types de métaux (barres, tubes, plaques…). À noter toutefois que la scie à métaux peut aussi être utilisée pour scier du PVC et autres matières plastiques.
Les principales caractéristiques qui définissent la qualité d’une scie à métaux sont :
  • la tension de la lame ;
  • l’ergonomie de la monture et de sa poignée ;
  • l’enclenchement de la lame ;
  • la rigidité de l’archet ;
  • le nombre de positions de découpe de la lame.

Les différentes scies à métaux

La scie à métaux se présente sous différentes versions.


La scie à métaux classique


Simple d’utilisation, cette scie doit être équipée d’une lame bien tendue afin d’éviter qu’elle ne se déforme ou ne se casse. Elle est généralement composée :
  • d’un archet aluminium ;
  • d’une poignée thermomoulée ;
  • d’une tension de lame avec écrou à ailette ;
  • d’une longueur de 400 mm environ. 




La scie à métaux junior


Pourvue d’une lame particulièrement fine, la scie à métaux junior permet d’atteindre les endroits difficilement accessibles. Plus petite, le travail s’effectue plus lentement. Son archet et sa poignet peuvent ne faire qu’un (absence de poignée) ce qui rend son utilisation peu confortable. Utilisée pour les découpes de précision.



Le porte-lame


Pour profiter d’une grande précision de coupe, optez pour le porte-lame. Il s’agit d’une lame surmontée d’une poignée fixée sur un seul point. L’avantage premier est que l’absence d’archet permet de couper de fortes largeurs.



La scie à métaux à usage intensif


Pour les professionnels, la scie à métaux intensive se compose selon le modèle :
  • d’une structure métal et résine antichoc ;
  • d’une poignée en alliage d'aluminium moulé ou revêtement caoutchouc ;
  • d’un archet aluminium pour une rigidité maximum ;
  • d’un cadre de section carrée en acier ;
  • d’un repose-main à l'avant ;
  • d’une tension de lame de 80 kg à 120 kg environ ;
  • d’un contrôle automatique de tension de la lame pour une coupe optimale et durable ;
  • réglage et mémorisation de la tension par molette crantée ;
  • de 2 positions de lame (45° et 90° degrés) à 8 positions ;
  • d’un système de tension de la lame à déclenchement rapide ;
  • de lames standard de 300 mm ;
  • de dimensions d’environ 385 x 145 mm.

Scie à métaux : coups par minute


Pour une utilisation optimale de la scie à métaux,
tenez-la en plaçant une main sur la poignée de la scie et l’autre main à l’avant du cadre.
À noter que le nombre de coups par minutes ou nombre de passes est défini selon l’acier à couper :
  • sur un acier doux, la scie à métaux offre une vitesse de coupe de 50 à 60 coups par minute ;
  • sur de l’aluminium, de 60 à 80 coups par minute ;
  • sur de l’acier inoxydable, de 20 à 25 coups par minute
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
1 votes utiles
Guide écrit par :

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme 283 guides écrits

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier.

De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel.

Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent