Quel arrosage pour un potager ?

Quel arrosage pour un potager ?

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

203 guides

L’arrosage du potager s’effectue à l’arrosoir, au tuyau d’arrosage ou par un arrosage automatique asperseur, goutte à goutte, etc. Pour économiser l’eau, il est possible de récupérer l’eau de pluie ou de pomper l’eau d’un puits. La quantité d’eau, la fréquence, le moment d’arrosage sont fonction des plantes, du climat.

Caractéristiques importantes

  • Type d'eau
  • Type d'arrosage
  • Quantité
  • Fréquence
  • Moment de la journée
Voir les arroseurs et arrosoirs

Arrosage de potager : quelle eau utiliser ?

Il est irréaliste dans nos régions de cultiver un potager sans arroser. Les techniques ont beaucoup évolué en quelques décennies et différentes formules existent pour le jardinier comme différentes eaux pour que les légumes ne souffrent pas trop de la sécheresse en été. En fonction de vos possibilités vous pouvez opter pour :

  • l'eau de pluie ;
  • l'eau de nappes phréatiques ;
  • l'eau des rivières et des étangs ;
  • l'eau du robinet.
L'option la plus onéreuse, moins qualitative et peu écologique est l'eau du robinet. La plus économique et respectueuse de l'environnement est l'eau de pluie. L'eau des nappes, rivières et étangs sont un bon choix, à condition de respecter la réglementation en vigueur.

Eau de pluie : la meilleure solution d'arrosage


alt

L’eau de pluie est la plus adaptée pour le potager et entièrement gratuite ! La récupération de l'eau de pluie est devenue très pratiquée de nos jours. Différentes citernes de stockage, appelées récupérateurs d’eau, aérienne ou enterrée, et de collecteurs à brancher sur une gouttière sont proposés par les fabricants.

Eau des nappes phréatiques : à stocker avant d'arroser


alt

Essentiellement l'eau d'un puits mais aussi les sources. Leur qualité est variable, mais elles sont froides : il est préférable de la stocker plusieurs heures en surface avant d'en arroser les plantes. Leur puisage est réalisé avec des pompes à main, des pompes de surface ou des pompes immergées.

Eau des rivières et des étangs : une bonne option si conforme à la loi


alt

Là encore, la qualité est variable et dépend des cultures et élevages aux alentours. Par ailleurs, le prélèvement de l'eau est souvent interdit ou soumis à une réglementation. Bien se renseigner avant tout puisage et comme pour l’eau des nappes, une pompe à eau est nécessaire.

Eau du robinet : une qualité variable pour un coût élevé

Elle est plus ou moins chlorée, mais une exposition à l'air pendant 24 heures lui fait perdre un grande partie du chlore. Elle est acheminée à l’arrosoir, à l’arrosage automatique ou à la lance ou pistolet le plus souvent.

Dans la mesure du possible, il convient d'éviter de puiser l'eau du réseau public. Elle est chère et sa surconsommation affaiblit les ressources hydriques disponibles.
Voir le catalogue ManoMano
Arrosage automatique

Les différentes méthodes d'arrosage

L'arrosage peut être manuel ou automatique. Le choix dépend des surfaces à arroser, du temps disponible pour le faire et des possibilités de chacun. La meilleure solution est souvent de combiner les deux modes d'arrosage en les adaptant aux spécificités des plants du potager et de leur emplacement.

Côté matériel à utiliser, le choix est large et il faut l'adapter à ses besoins. On n'arrose pas de la même manière un carré potager que des cultures en pleine terre. Il en va de même pour les tomates dans la serre que les légumes en plein air. Un autre élément qui définit le type d'arrosage est la taille du potager à arroser.

Potager de petite taille : arrosage manuel


undefined

L'arrosage manuel est le plus simple à réaliser : soit avec un arrosoir, avec ou sans pomme ; soit avec un tuyau d’arrosage muni d'un raccord rapide et d’une lance ou d’un pistolet à jet réglable (choisissez un tuyau anti-torsion).

Avec ces systèmes, on peut ainsi arroser les plants au goulot, ce qui offre le triple avantage d'économiser l'eau, de ne pas mouiller le feuillage, et de ne pas favoriser la pousse des mauvaises herbes autour du plant. Certains légumes apprécient cependant de recevoir un arrosage en pluie, comme les salades, les choux ; c'est aussi la seule façon d'apporter de l'eau aux semis.

Voir le catalogue ManoMano
Pistolet à jet réglable

Potager de grande taille : arrosage automatique

Arrosage par aspersion

On installe un arroseur en bout de tuyau. Parmi les différents modèles existant, l’arroseur oscillant est le plus adapté pour un potager. Il existe aussi aussi une variante à basse pression qui diffuse des gouttelettes plus fines.

Micro-irrigation


undefined

L'eau apportée à basse pression s'écoule par un tuyau poreux posé au sol ou bien, dans le système d’arrosage goutte à goutte, par des buses qui laissent passer l'eau goutte à goutte. Ce sont des irrigations très localisées qui apportent l'eau de façon très lente et régulière, permettant ainsi de l'économiser.

Tous ces systèmes peuvent être programmés, ce qui est bien pratique pour un arrosage le soir, la journée avant de partir, ou pour une absence prolongée. Les programmateurs d'arrosage sont divers et variés et de plusieurs technologies - avec pluviomètre, application Smartphone, etc. Le système d'arrosage entièrement automatisé est onéreux, surtout s'il est enterré.

Voir le catalogue ManoMano
Arroseur

Arrosage du potager : rythme et quantité


alt

L'apport en eau (fréquence et quantité) est bien sûr fonction des conditions climatiques mais aussi des légumes et de la nature du sol.

En règle générale, les sols sableux donc filtrants sont à arroser plus souvent et en plus petite quantité à chaque arrosage que les sols qui retiennent bien l'eau (sols argileux).

Il est inutile d'arroser trop souvent le potager, même au cœur de l'été. Un arrosage excessif peut provoquer l'apparition de maladies cryptogamiques, appauvrit le sol par lessivage (migration en profondeur des éléments nutritifs), et produit des légumes moins goûteux.

Excepté les semis qui doivent être arrosés plus souvent, il est préférable d'espacer les arrosages mais d'apporter davantage d'eau à chaque fois. Ainsi l'eau pénètre plus profondément dans la terre, ce qui incite les racines à faire de même pour puiser cette eau. Si les racines sont plus profondes, la plante résistera mieux à la sécheresse qui affecte d'abord la surface du sol.

Arroser au meilleur moment de la journée

Le soir est le meilleur moment car les pertes par évaporation sont moins importantes la nuit. Dans le cas où vous redoutez l'apparition de gelées nocturnes, ce qui peut se produire en début ou en fin de saison en zone de montagne, il est alors préférable d'arroser en début de journée. Évitez surtout l'arrosage par aspersion en plein soleil.

Voir les arroseurs et arrosoirs

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne, 203 guides

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Haut comme trois pommes, je travaillais déjà au jardin familial. C'est peut-être de là qu'est né mon intérêt pour les plantes et le jardinage. Il était donc logique pour moi de suivre des études à la fois en biologie végétale et en agronomie.   Accédant à la demande de divers éditeurs, j'ai écrit en 25 ans de nombreux livres sur la thématique des plantes, des champignons (un sujet qui me tient à cœur), essentiellement des guides d'identification dans un premier temps, mais très vite aussi par la suite, sur le jardinage, renouant ainsi avec la première passion de mon enfance.   J'ai aussi collaboré régulièrement à plusieurs magazines spécialisés dans le domaine du jardinage ou plus généralement de la nature. Comme il n'y a pas de jardinier sans jardin, c'est dans un petit coin de l'Auvergne que je cultive le mien depuis 30 ans et où je mets en pratique les méthodes de culture que je vous conseille.

Les produits liés à ce guide