Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Pourquoi s’équiper d’un extincteur au chantier et à l’atelier

Guide écrit par :
Albert, Responsable d'activité & rédacteur, Isère

Albert, Responsable d'activité & rédacteur, Isère

91 guides
Le chantier, tout comme l’atelier, est un lieu ou les risques d’incendie sont présents. Les combustibles y sont nombreux et variés, le comburant omniprésent et les énergies d’activation diverses et dangereuses. Circonscrire un départ de feu avec un extincteur, c’est éviter l’incendie.

Caractéristiques importantes

  • Classe de feu
  • Volume
  • Accessibilité

Extincteurs et risque d’incendie

Les incendies sont malheureusement assez fréquents en France. En milieu professionnel, chaque jour des nouveaux incendies sont à déplorer. Même si des progrès remarquables ont été réalisés en termes de sécurité des personnels, avec un nombre de victimes en baisse constante ; les dégâts matériels, eux, demeurent très importants. L’obligation de disposer d’extincteurs fait partie d’une démarche globale de sécurisation des bâtiments. Encore faut-il savoir s’en servir. Pour cela, il faut connaître les différents types d’extincteurs et leurs utilisations précises.

Pour  limiter les risques d’incendie, et ses conséquences, les ateliers de taille moyenne à grande, doivent être munis de dispositifs d’évacuation des personnes, de trappes de désenfumage pour la dispersion des fumées, d’issues de secours et de panneaux lumineux (BAES, Bloc d’Eclairage Autonome de Sécurité) les signalisant ou encore avec des pictogrammes, des dessins à titre informatif, indiquant clairement le chemin à suivre en cas d’incendie.

Ces dispositifs de sécurité incendie sont obligatoirement complétés par la présence d’extincteurs, disposés de manière à être faciles d’accès et accompagnés de panneaux indiquant clairement leur présence. Des lances à eau peuvent être également mises en place tout comme des dispositifs de déclenchement de projecteurs d’eau (réseau Sprinkler, extinction automatique d’incendie). Des alarmes et détecteurs de fumées viennent compléter ces dispositifs.

La présence des extincteurs est obligatoire à partir d’une surface de plancher égale ou supérieure à 100 mètres carrés. Si l’atelier présente une surface inférieure à 100 m2, leur présence est facultative mais fortement conseillée. A noter que pour les véhicules de chantier, la présence d’extincteurs est obligatoire.

La prévention des risques d’incendie concerne toutes les entreprises et tous les salariés. Une sensibilisation des salariés à ces risques est une démarche de prévention à ne pas négliger.

Classes de feu : les différents combustibles


Plusieurs sources de chaleur peuvent provoquer un départ de feu, lequel, s’il n’est pas maîtrisé à temps peut prendre des proportions catastrophiques et provoquer un incendie. Les entreprises se remettent rarement des pertes économiques provoquées par les incendies et souvent, doivent fermer définitivement. 
La classification des sources de départ d’incendie sont les suivantes :
  • les feux de bois, papiers, plastiques : classe A ;
  • les feux de liquides, d’hydrocarbures, solvants, huiles : classe B ;
  • les feux de gaz butane, propane et autres : classe C ;
  • les feux de métaux, de matières en fusion : aluminium, sodium, titane, et autres : classe D ;
  • les feux d’origine électrique : classe E.
Chacun de ces types de feu doit être combattu par des extincteurs adaptés. Il y a trois grandes catégories d’extincteurs : à eau, à poudre et à gaz. Ils sont préconisés pour éteindre des feux  de classes A, B, C et E.

 

Extincteur à eau : feux de classe A et B


Ils sont
préconisés pour combattre les feux de classe A et B.

Ils possèdent
un additif qui permet à l’eau de pénétrer plus facilement la base de la flamme et forme une couche qui isole le feu de l’air qui l’alimente.

Attention néanmoins aux projections. En effet, l’additif est irritant et son contact avec les yeux ou la peau doit être évité.

Extincteur à poudre : feux de classe A, B et C


Ils sont conçus pour s’attaquer aux flammes de classe C, mais peuvent être utilisés contre les feux de classe A et B. 
Les extincteurs à poudre sont les plus performants dans l’étouffement des flammes, la poudre abrasive « noie » la flamme tout en isolant le combustible qui l’alimente. L’inconvénient reste la production d’un épais rideau de poussière abrasive qui réduit la visibilité et la corrosivité qu’elle présente pour tous les éléments métalliques.

Cette poudre est irritante et il convient, avant d’utiliser l’extincteur contre la flamme, de bien visualiser et de bien diriger le jet à la base de celle-ci, tout en évitant d’entrer en contact avec la poussière qu’il produit.

A noter que les extincteurs à poudre sont utilisés pour les feux de classe D, mais ils sont très spécifiques (un par matière inflammable).

Extincteur à CO² : feux de classe B et E


Ils sont préconisés pour combattre les flammes de classes B et E.  
Ils sont composés de dioxyde de carbone. Ils agissent par la coupure de l’oxygène entraînant une rupture de la combustion, étouffant ainsi le feu. Ils agissent aussi par leur action de refroidissement. Attention aux risques de gelures. En effet, le gaz sort à une température de l’ordre de  -80°C.

Ils présentent certains avantages comme l’absence de résidus pouvant endommager les circuits électriques comme ceux produits par l’additif ou par la poudre abrasive. L’inconvénient est que le refroidissement soudain des appareils peut entraîner un  faible risque d’explosion à ne pas négliger.

Extincteur à mousse : feux de classe A et B


Ils sont préconisés pour l’extinction des feux de classes A et B. Ils agissent par activation d’une mousse qui se produit lorsque
le jet de l’extincteur entre en contact avec l’air et se transforme en une mousse lourde qui coupe l’air et noie le feu, en même temps qu’elle le recouvre totalement empêchant ainsi tout nouveau départ de flamme.

Cette mousse isole également les vapeurs inflammables, ce qui rend son efficacité encore plus importante.  A noter que tout comme les extincteurs à base d’eau ne doivent en aucun cas être utilisés contre les feux d’origine électrique. En effet, l’eau et la mousse sont conducteurs.

Entretien des extincteurs

Les extincteurs doivent faire l’objet d’un entretien régulier, d’au moins une fois par an pour l’entretien en lui-même et de six mois pour un contrôle visuel.

Il convient de déléguer cette opération à des intervenants extérieurs, car l’entretien de ces dispositifs est assez spécifique et il faut disposer des pièces de rechange adaptées. L’entretien prévoit également leur recharge et remplacement périodique suivant les différents modèles d’extincteurs.
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
0 votes utiles
Guide écrit par :

Albert, Responsable d'activité & rédacteur, Isère 91 guides écrits

Albert, Responsable d'activité & rédacteur, Isère

Le jardinage et le bricolage font partie de mon quotidien depuis de nombreuses années. En effet, ayant fait des études dans le commerce, j’ai rapidement évolué vers les métiers du bâtiment et du paysage : technicien, paysagiste et responsable d’activité.

De la maintenance technique d’immeubles à la création et l’entretien des espaces paysagers, en passant par la rénovation de logements, mon expérience m’a permis d’être polyvalent. Au fil de mes différentes activités, les conseils à mes interlocuteurs, particuliers et professionnels m’ont orienté logiquement vers le métier de rédacteur.

C’est donc avec plaisir que je vous apporte aujourd’hui mes conseils de choix d’équipements et produits, tout comme pour la réalisation de travaux permettant d’améliorer le confort à la maison et pour le bien-être au jardin.

Les produits liés à ce guide