Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

LED : avantages et inconvénients

Guide écrit par :
Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

283 guides
Les LED sont des ampoules économiques avec une durée de vie dépassant celles des ampoules fluocompactes et à incandescence. D’intérieur ou d’extérieur, la puissance consommée des LED est minime et les lux, lumens et kelvins sont les caractéristiques à déterminer pour bien choisir un éclairage puissant.  

Caractéristiques importantes

  • Durée de vie
  • Lux & lumens
  • Température & éclairage

Lumière sur les LED


« Si l’ensemble des sources de lumière passait à la LED technology, la consommation électrique mondiale diminuerait de moitié. »

L’énoncé parle de lui-même et annonce la couleur. Si par le passé les ampoules LED présentaient deux défauts : une lumière trop faible ou trop blanche et un prix élevé ; aujourd’hui, leur technologie a évolué et ces ampoules sont de plus en plus performantes et concurrencent, ou presque, les ampoules fluocompactes.

Les LED sont économiques puisqu’elles consomment deux fois moins, leur prix a baissé (plus de 20 %), l’absence de mercure garantit le risque 0 pour la santé et leurs performances à doubler. Et filament sur le culot, les LED ont un impact moindre sur l’environnement.

LED : définition

Une LED, ou diode électroluminescente, est un composé électronique transformant l’électricité en lumière. Parce qu’elles ont à l’unité un flux lumineux (mesuré en lumens) trop faible, les LED sont accolées les unes aux autres pour offrir un éclairage de forte puissance aux lampes qu’elles équipent.

LED : avantages et inconvénients

Avantages des LED

Efficacité énergétique

La durée de vie des LED va jusqu’à 40 000 heures ! A titre d’info, une lampe fluocompacte offre 10 000 heures d’éclairage, une halogène 2 000 heures et les ampoules à incandescence 1 000 heures. L’efficacité est aussi nettement meilleure : entre 40 lm/W et 80 lm/W.
Toujours à titre de comparaison, une ampoule fluocompacte offre 70 lm/W et les ampoules à incandescence 16 lm/W.

Pour vous aider à voir l’économie, comprenez qu’une LED de 800 lumens consomme entre 9 et 12 W alors que son équivalent en lampe à incandescence consomme 60 W. L’évolution suivant sa course, nous nous éclairerons bientôt avec des LED qui consomment 4 W et qui éclairent comme une ampoule classique de 75 W !

Qualité d’éclairage

L’éclairage est instantané et le niveau maximal de luminosité est atteint dès l’allumage. Pas besoin d’attendre, les LED peuvent s’installer dans les lieux de passage comme les couloirs car dès que l’on appuie sur le bouton, c’est flux lumineux maximum !

Légèreté et résistance

Les LED fonctionnent en TBT – Très Basse Tension –  et sous les basses températures. Elles chauffent moins que les lampes fluocompactes et que les ampoules à incandescence. Elles sont de petite taille et résistent aux chocs.

Inconvénients des LED

Leur processus de fabrication reste énergivore et leur bilan énergétique globale est comparable à celui des lampes fluocompactes même si leur impact écologique final est moindre. Leur prix est encore un peu cher mais on se répète : vous les changez moins souvent ! Et pour les gros besoins d’éclairage, comme l’éclairage public, la technologie reste à améliorer – les LED accolées ont tendance à chauffer.

La lumière bleue des LED de forte puissance (pro) peut représenter un risque pour certaines personnes : prudence si vous êtes atteint de maladie oculaire.

Aussi, et on le déplore, les ampoules LED ne sont pas compatibles avec les variateurs de lumière (potentiomètre). 

Remplacer ses ampoules par des LED

Bien sûr, vu l’impact écologique du process de fabrication d’une ampoule, jeter une ampoule en bon état de fonctionnement est incohérent par contre, remplacer ses ampoules à incandescence et fluocompactes au fur et à mesure et prévoir leur remplacement est judicieux.

Les LED s’adaptent à tout type d’éclairage pour cette raison, soyez relax ! Intérieur, extérieur : le plus difficile est de choisir… quoique, choisir son éclairage d'intérieur et ses LED est aisé.

Comment choisir ses LED

Lumens, Lux et Kelvin : les nouveaux supers héros 

On ne regarde plus les watts mais le flux lumineux (exprimé en nombre de lumens), le lux (lx) pour l’éclairement et le Kelvin (K) pour la couleur ! En gros comptez :  
  • 230 lm pour une lampe de chevet ;
  • 470 lm pour une lampe de bureau ;
  • 750 lm pour les couloirs et les toilettes et 200 lx ;
  • 1000 lm pour une chambre et 300 lx ;
  • 1500 pour une cuisine, un séjour ou un bureau et 400 lx.

Les degrés kelvins et la température de l'éclairage 


 
La température est exprimée en kelvins.
Plus le nombre de degrés kelvins est élevé, plus l’éclairage est froid :
  • blanc chaud à environ 3000 K ;
  • blanc neutre entre 3300 et 5000 K ;
  • lumière du jour à plus de 5000 K.


Culot d’ampoule LED


En matière de culot, les grandes définitions sont inutiles. Le culot des ampoules LED est déterminé par l’installation électrique ou le luminaire avec lequel il se conjugue impérativement. Si vous n’avez pas le modèle, c’est renseigné sur la notice du luminaire. Vous trouverez principalement les culots :
  • B22, le grand classique dit aussi à baïonnette. Vous appuyez et vous tournez ;
  • E27, gros culot à vis ;
  • E14, petit culot à vis ;
  • GU10, mise en placecomme le culot B22 ;
  • G4, G24, G9, GU5.3MR16R7s, etc. sont des culots à broches.


Ampoule dimmable

Il est possible d'ajuster l'intensité de la luminosité via un variateur de lumière ou potentiomètre avec les ampoules dimmables. Les LED non dimmables n'acceptent aucun potentiomètre. 


Reste à éteindre la lumière en sortant pour les économies d’énergie et de bien choisir son ampoule !



Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
114 votes utiles
Guide écrit par :

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme 283 guides écrits

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier.

De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel.

Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.