Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Imprimante 3D : comment choisir

Guide écrit par :
Sylvie, Ecrivain & journaliste brico/déco, Essonne

Sylvie, Ecrivain & journaliste brico/déco, Essonne

96 guides

Il est désormais possible d’imprimer soi-même des objets en 3 dimensions. Mais quel type d’imprimante 3D choisir pour les objets que vous souhaitez imprimer ? Mono ou double extrudeur, plateau et tête d’impression,  résolution, logiciel Slicer, modélisation, en kit ou assemblée, accessoires, nos conseils dans ce guide.

Caractéristiques importantes

  • Impression en trois dimensions
  • Type d’imprimante 3D
  • Vitesse et résolution
  • Logiciels
  • Matières

Prix

de 234,00 € à 3 589,00 €

Le principe de l’impression 3D

Avec l’imprimante 3D, les possibilités d’impression sont nombreuses : petits jouets, pièces détachées d’appareils électriques domestiques, pièces mécaniques, outils et nombreux objets décoratifs à l’exemple de bougeoirs, de poignées de porte, de luminaires, etc.
 
Il existe plusieurs types d’imprimante 3D, la plus répandue auprès des particuliers étant l’imprimante 3D FDM (Fused Deposing Modeling). Celle-ci imprime un objet en 3 dimensions à partir d’un filament de matière, chauffé dans un extrudeur pour atteindre un état liquide ou semi-liquide. Ce filament est ensuite déposé couche par couche sur un plateau par une buse et selon un trajet précis afin de dessiner l’objet.
 
D’autres procédés sont utilisés dans les milieux professionnels. À l’exemple de l’imprimante 3D SLA (stereolithograph apparatus) qui fonctionne selon le principe de photo polymérisation.  Elle fabrique ainsi des modèles 3D à partir d’une résine solidifiée par le passage d’un laser couche après couche.
 
Autre possibilité : l’imprimante SLS (frittage laser sélectif), qui fonctionne quant à elle par fusion progressive des particules d’un matériau en poudre.
D’autres imprimantes 3D professionnelles utilisent le métal par fusion sur lit de poudre.

Les grands types d’imprimantes 3D

En kit ou assemblée


Certains modèles d’imprimantes 3D sont vendus en kit. Moins onéreuses, elles vous demanderont plusieurs heures de montage, mais vous permettront de comprendre et de maîtriser leur fonctionnement.

Assemblées, elles sont utilisables immédiatement.

Ouverte ou en caisson

Certaines imprimante 3D sont complètement ouvertes, laissant leurs mécanismes accessibles. Calibrage, réglage et entretien sont ainsi facilités. Elles sont par contre plus bruyantes que les modèles fermés.
 
Dans les modèles en caisson, l’électronique est le plus souvent déportée hors caisson, car celle-ci redoute les hautes températures. Ce type d’imprimante 3D est souvent privilégié lorsqu’on utilise un filament de matière comme l’ABS, qui nécessite un environnement à haute température.

Les principaux critères de choix d’une imprimante 3D

De nombreux critères sont à prendre en compte au moment de faire votre choix.

Plateau d’impression

Le plateau d’impression supporte l’objet que vous souhaitez créer tout au long du processus d’impression.

Il est le plus souvent chauffant, à une température ajustable selon le type de filament utilisé. Il permet également d’éviter le warping, ou gauchissement, lié à la rétractation du filament.

Sachez aussi que c’est la surface du plateau de votre imprimante 3D qui détermine la taille des objets que vous pourrez y imprimer et non celle de l’imprimante elle-même. Ce critère est donc essentiel.

Tête d’impression


La tête d’impression est principalement composée d’un corps de chauffe, d’une buse de réduction et d’un ventilateur. Du diamètre de la buse dépendra celui du filament de matière déposé. Le diamètre standard est de 0,4 mm.

Simple ou double extrudeur

L’extrudeur a pour fonction de pousser ou de tirer le filament de matière tout au long du processus d’impression.

Un modèle d’imprimante 3D mono extrudeur vous permettra d’imprimer une seule couleur ou un unique matériau à la fois. Tandis qu’un modèle double extrudeur vous permettra de fabriquer des objets plus complexes. Attention, l’imprimante 3D double extrudeur est plus difficile à paramétrer.

Vitesse d’impression

Egalement appelée vitesse de construction, c’est la vitesse à laquelle l’imprimante 3D dépose le filament de matière sur le plateau d’impression. Elle est indiquée en mm/seconde.

Donnée à titre informatif par les fabricants, la vitesse d’impression dépend de la résolution choisie. Plus l’objet est imprimé avec précision, plus le temps d’impression augmente.

Résolution

Également appelée précision ou qualité d’impression, la résolution prend en compte l’épaisseur de chaque couche de filament déposée, en mm (précision verticale). S’y ajoute la précision horizontale avec la précision du positionnement de sa tête d'impression et de son plateau (en cas d’imprimante 3D à plateau mobile).

Les accessoires d’imprimante 3D

Une imprimante 3D ne peut fonctionner sans certains accessoires comme les logiciels de modélisation et de tranchage, ainsi bien sûr que la matière utilisée pour créer l’objet.

Les logiciels


Pour pouvoir imprimer, la pièce que vous souhaitez obtenir doit d’abord être créée dans un logiciel de modélisation en 3D.
Il existe deux possibilités d’impression :
  • opter pour un logiciel permettant de modéliser vos propres créations, et donc vous former à son utilisation ;
  • opter pour des modèles d’objets 3D déjà créés, certains étant même disponibles gratuitement.
S’y ajoute ensuite l’indispensable logiciel de tranchage et de pilotage de l’imprimante 3D nommé Slicer, soit trancheur en Français. C’est lui qui interprète le projet en 3D et prépare l’impression en 3D, par tranches donc, en fonction de la vitesse d’impression, du type de matériau utilisé, de la quantité de matière, etc.

Les matières

Il existe différentes matières utilisables en impression 3D, avec chacune leurs spécificités :
  • l’une des plus courantes est le PLA, constitué d’amidon de maïs ou de betteraves, facile à utiliser et biodégradable ;
  • on trouve également l’ABS, un polymère thermoplastique, également utilisé par les stylos 3D. Résistant aux chocs et aux changements de température, il nécessite d’une imprimante 3D dotée d’un plateau chauffant et d’une enceinte d’impression fermée ;
  • s’y ajoutent des matières comme le PET et le PETG, des plastiques polyester qui autorisent le contact alimentaire et offrent une excellente résistance aux chocs ;
  • le TPU, reconnu pour son élasticité, mais qui redoute les températures élevées et les produits chimiques ;
  • le nylon, particulièrement résistant aux chocs et aux frottements ;
  • ou encore le PC, un polycarbonate transparent extrêmement solide et résistant à la chaleur, mais sensible aux UV.
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
0 votes utiles
Guide écrit par :

Sylvie, Ecrivain & journaliste brico/déco, Essonne 96 guides écrits

Sylvie, Ecrivain & journaliste brico/déco, Essonne
Après avoir travaillé au service de presse de France 2 et de la Cinq, j’ai choisi de laisser parler ma plume en m’orientant vers le journalisme et l’édition.

Aussi éclectique dans mes goûts que dans mes écrits, passionnée de décoration et de bricolage comme d’histoire et de sciences, j’écris depuis plus de vingt ans sur ces thématiques.

À mon actif : des ouvrages didactiques, romans et nouvelles, et de très nombreux articles brico déco regorgeant de conseils et d’astuces, expérimentés dans la vieille maison que je rénove peu à peu.

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent