Comment planter un arbre fruitier

Comment planter  un arbre fruitier
Chapitres :
Guide écrit par :
Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

139 guides
Cueillir et manger des fruits que l'on a cultivés est un vrai plaisir. Que vous vous décidiez pour un arbre fruitier à racines nues, ou un plant en motte ou conteneur, la plantation doit obéir à certaines règles pour donner à l'arbre des conditions de croissance optimale et qu'il produise pendant de nombreuses années.

Caractéristiques importantes

  • Habillage des végétaux
  • Pralinage
  • Plantation

La préparation du sol


Tout d'abord, choisissez l'emplacement, sans oublier que l'arbre va prendre de l'ampleur.
Un mois avant la plantation, creusez un trou bien plus important que le volume qui sera occupé par les racines du jeune arbre. Ce travail doit être réalisé à une période où la terre n'est pas trop humide, généralement en début d’automne. Le trou devra mesurer au moins 50 cm de côté et autant de profondeur. Pour les arbustes plus développés, âgés de plusieurs années, prévoir jusqu'à 1 m par 1 m et 0,70 m de profondeur.
Séparez la terre de surface de la terre de profondeur (de couleur différente) et profitez-en pour éliminer les pierres.
Apportez au fond du trou une petite brouettée de compost mûr ou demi mûr (ou un engrais organique spécial fruitiers du commerce) que vous mélangerez avec la terre du fond du trou avec une ou deux poignées de corne broyée.

La plantation des arbres à racines nues


Les arbres à racines nues possèdent deux gros avantages par rapport aux arbres vendues en conteneur ou en motte : leur reprise est meilleure et ils sont meilleur marché.
Ils se plantent pendant la période de repos végétatif, soit de début novembre à fin février. Le meilleur moment s'échelonne de mi-novembre à mi-décembre, car les racines auront le temps de s'installer convenablement avant les grands froids.

L’habillage des végétaux 

Les arbres et arbustes à racines nues doivent être « habillés » avant la plantation : supprimez les racines cassées ou abîmées, et raccourcissez au sécateur les extrémités des racines de quelques centimètres.
Le rabattage des racines les oblige à se diviser et à former des radicelles. Il doit être léger (ne coupez pas plus d’un tiers de la longueur des racines). Souvent, on se contente d’égaliser la longueur des racines après avoir taillé celles qui sont cassées

Le pralinage 

Le pralinage vise à éviter le dessèchement et favoriser une bonne reprise. Fabriquez une boue en mélangeant de la terre argileuse et de l'eau, de façon à obtenir une consistance collante et assez épaisse pour adhérer aux racines ; ajoutez 1/3 de bouse de vache, si vous pouvez vous en procurer ! Vous pouvez aussi trouver du « pralin » tout préparé dans le commerce. Laissez les racines immergées dans cette préparation pendant une bonne demi-heure.

La plantation 

Etalez les racines dans le trou dans leur position naturelle. Elles ne doivent pas être aplaties au fond de la cavité. L'idéal est de faire le travail à deux : pendant que l'un tient l'arbuste bien droit, l'autre peut ainsi combler le trou avec la terre.
Vous pouvez aussi poser le faisceau de racines sur un petit dôme de terre au fond du trou si leur forme s'y prête. Le point de greffe, cicatrice entre le porte-greffe et la variété greffée, repérable au bourrelet à la base du tronc, ne doit pas être enterré ; il est indispensable de le laisser dépasser de 3 ou 4 cm au-dessus du niveau du sol.
Avant de reboucher le trou, il faut planter un tuteur pour les arbres dont le tronc mesure plus de 80 cm de haut. Il est placé parallèlement au tronc, à 10 cm environ, de préférence du côté du vent dominant.
Rebouchez avec la terre de surface fine enrichie de compost ; les espaces entre les racines doivent être bien comblés. Tassez légèrement en veillant que le point de greffe ne passe pas en dessous du niveau du sol.
A l'aide d'une serfouette, aménagez une cuvette de 40 cm de diamètre environ autour du tronc, destinée à recevoir l'eau d'arrosage.
Arrosez aussitôt copieusement (au moins un arrosoir), même si le sol est humide ou le temps pluvieux. L’eau aidera à bien mettre en contact la terre avec les racines.
Attachez la plante à son tuteur vers le sommet du tronc. Le lien doit être assez lâche. Pour cela faites une attache en forme de « huit horizontal ». On peut aussi, pour éviter le frottement du tronc sur le tuteur, placer un tampon de chiffon, de caoutchouc ou de mousse entre les deux.
Pensez à pailler le sol autour de l'arbre (feuilles, herbes, cartons...).
Voir le catalogue ManoMano
Tuteur

La plantation des arbres en conteneur ou en motte


Les fruitiers proposés en conteneur ou en motte, peuvent être plantés quasiment toute l’année. La meilleure période reste l'automne, mais vous pouvez tout à fait mettre en terre un arbre au printemps. L’arrosage de ces arbres devra être particulièrement abondant et régulier pendant les mois qui suivent la plantation.
Ne touchez pas aux racines des plantes fournies avec motte ou en conteneur, et surtout ne brisez pas cette motte.
Plongez-la dans l’eau pendant 20 minutes. Une motte mise en terre alors qu'elle est sèche ne se réhydratera que difficilement. Veillez à ce qu'elle ne se désagrège pas ; au besoin découpez ou brisez le pot si vous avez du mal à en extraire la plante. Pour le reste, la marche à suivre est la même que pour un arbre à racines nues.
Guide écrit par :

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne 139 guides écrits

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne
Haut comme trois pommes, je travaillais déjà au jardin familial. C'est peut-être de là qu'est né mon intérêt pour les plantes et le jardinage. Il était donc logique pour moi de suivre des études à la fois en biologie végétale et en agronomie.

 

Accédant à la demande de divers éditeurs, j'ai écrit en 25 ans de nombreux livres sur la thématique des plantes, des champignons (un sujet qui me tient à cœur), essentiellement des guides d'identification dans un premier temps, mais très vite aussi par la suite, sur le jardinage, renouant ainsi avec la première passion de mon enfance.

 

J'ai aussi collaboré régulièrement à plusieurs magazines spécialisés dans le domaine du jardinage ou plus généralement de la nature. Comme il n'y a pas de jardinier sans jardin, c'est dans un petit coin de l'Auvergne que je cultive le mien depuis 30 ans et où je mets en pratique les méthodes de culture que je vous conseille.

Les produits liés à ce guide