Comment faire son bois de chauffage

Comment faire son bois de chauffage

Sébastien, Rédacteur en chef

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur en chef

355 guides

Faire son bois de chauffage nécessite une tronçonneuse, un casse-bois, une scie à bûches et des équipements de sécurité. Selon l’essence, feuillus ou résineux, le séchage et la longueur des bûches, le prix du bois de chauffe varie. Bien choisir ou comment faire pour se chauffer au bois moins cher : nos réponses.

Caractéristiques importantes

  • Essence du bois
  • Bois durs et bois tendres
  • Pouvoir calorifique
  • Taux d'humidité des bois de chauffe
  • Vitesse de combustion
  • Prix du bois
  • L'affouage
  • Outils indispensables pour faire du bois de chauffage
  • Abattage
  • Ranger son bois de chauffage
Voir les outils pour scier et débiter du bois

Bien choisir son bois de chauffage


Bien choisir son bois de chauffage

Le chauffage au bois est économique et peut être considéré comme chauffage principal d’un logement ou comme chauffage d’appoint dans la pièce principale de vie : rien de tel qu’une petite flambée pour casser le froid des premiers jours d'automne !

Faire son bois de chauffage demande une certaine rigueur et un savoir que l’on acquiert au fil de l’expérience. Ce guide vous liste tout ce que vous devez savoir pour bien faire votre bois cet hiver et vous offre en fin d’article les 7 meilleurs conseils de bûcherons !

Les principaux critères de choix du bois de chauffe


Bien choisir son bois de chauffage

Choisir son bois de chauffage répond à plusieurs critères notamment :

  1. L’essence du bois à savoir feuillus ou résineux.
  2. Le pouvoir calorifique du bois.
  3. Le taux d’humidité soit son séchage.
  4. La vitesse de combustion, de très lente à rapide.
  5. Le prix d’un stère, relatif à l’essence et au séchage.

Les essences de bois de chauffage

Principales essences feuillus

Principales essences résineux

Acacia

Mélèze

Châtaignier

Pin maritime

Orme

Pin sylvestre

Hêtre

Sapin

Frêne

Douglas

Chêne

Epicéa

Bouleau

/

Charme

/

Aulne

/

Peuplier

/

Bois durs ou bois tendres : lequel des deux chauffe le mieux

G1

G2

G3

Bois dur

Bois mi-dur

Bois tendre

Chêne*

Robinier ou faux-acacia*

Peuplier*

Hêtre*

Châtaignier*

Aulne

Charme*

Merisier

Saule

Frêne*

Fruitiers divers

Bouleau*

Orme*

/

Tilleul

Erable

/

Tremble

Noyer

/

/

Olivier

/

/

Platane

/

/

* Les essences signalées * sont reconnues officiellement comme bois de chauffage (catégorisation NF bois de chauffage).

Pouvoir calorifique du bois de chauffe


Pouvoir calorifique du bois de chauffe

Le pouvoir calorifique mesure la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète du bois. Il est à distinguer le pouvoir calorifique inférieur (PCI) et le pouvoir calorifique supérieur (PCS).  

Pouvoir calorifique inférieur

Il s’agit de l’énergie récupérée par la combustion du bois (énergie de vaporisation exclue).

Pouvoir calorifique supérieur

Il s’agit du PCI additionné de l’énergie générée par la condensation de la vapeur d’eau (si combustion complète).  

Correspondance des valeurs

J/g

Kcal/kg

KWh/tonne

J/g (joules/gramme)

1

0.24

0.278

Kcal/kg (kilocalories/kilo)

4.18

1

1.161

kWh/tonne  (kilowatt heure par tonne)

3.6

0.86

1

Pouvoir calorifique des principaux feuillus et résineux

Essences feuillus ou résineux

Masse approx. du stère avec taux d’humidité de 25 %

Pouvoir calorifique inférieur en kWh/stère

Sapin

300 kg

1035 ≥ PCI ≤ 1450

Pin

350 kg

1230 ≥ PCI ≤ 1640

Mélèze

350 kg

1230 ≥ PCI ≤ 1640

Hêtre

400 kg

1310 ≥ PCI ≤ 1680

Chêne

430 kg

1440 ≥ PCI ≤ 1820

Charme

450 kg

1520 ≥ PCI ≤ 1900

Taux d’humidité des bois de chauffage

Moyenne du PCI du bois selon taux d’humidité

% d’humidité

MJ*/kg

kWh/kg

Feuillus

Résineux

Feuillus

Résineux

0

19

20

5.1

5.3

10

16.9

17.8

4.5

4.7

25

13.6

14.4

3.7

3.8

35

11.5

12.1

3.1

3.2

50

8.3

8.8

2.2

2.3

À humidité égale, les différentes essences possèdent sensiblement le même pouvoir calorifique.

Vitesse de combustion des essences des bois de chauffe

Vitesse de combustion

Essence

Très lente

Lente

Rapide

Très rapide

Chêne

*

Charme

*

Frêne

*

Robinier

*

Orme

*

Noyer

*

Hêtre

*

Peuplier

*

Bouleau

*

Sapin

*

Epicéa

*

Mélèze

*

Pin

*

Prix du bois de chauffage : le tarif au stère


Prix du bois de chauffage : le tarif au stère

Le prix du bois de chauffage varie selon plusieurs facteurs notamment :

  • la région ;
  • l’essence du bois ;
  • le taux d’humidité soit le séchage ;
  • la quantité livrée ou emportée ;
  • la longueur des bûches.

Essence

Stère

Longueur des bûches

Prix hors livraison

Séchage

Chêne

1

30 cm

95 €

Sec

1

45 cm

72 €

1

30 cm

66 €

Demi-sec

1

45 cm

60 €

Le prix d’un stère de bois (valeur donnée pour environ 1m3) varie entre 55 € et 100 € selon les différents critères énumérés plus haut.

Valeur d’un stère

Un stère (st) est une unité de mesure équivalent à 1 m3 de bûches de 1 m de long. Le stère n’est plus officiellement utilisé mais reste couramment employé.

6 conseils pour mieux choisir son bois de chauffage


6 conseils pour mieux choisir son bois de chauffage
  1. Le bois de feuillus chauffe plus longtemps que celui de résineux.
  2. Certains bois éclatent en brûlant tels le châtaignier, le robinier ; ils sont pour cette raison déconseillés dans les inserts ou cheminée à foyers ouverts.
  3. La combustion des bois humides génère beaucoup de fumée et favorise l’encrassement des conduits de cheminée. Les systèmes de double combustion (post combustion) réduisent cet effet.
  4. Le pin et le sapin génèrent beaucoup de fumée si la combustion n’est pas optimale alors que le chêne, le frêne, le bouleau, l’épicéa et le mélèze génèrent moins de fumée.
  5. Les résineux encrassent davantage les conduits que les feuillus.
  6. Les meilleures braises sont données par le chêne, le frêne, l’olivier, le hêtre, le charme, le bouleau, le châtaignier, le noyer et le robinier.
Voir le catalogue ManoMano
Conduits

Où trouver du bois de chauffage pas cher

Lumière sur l’affouage : du bois de chauffage gratuit


alt

L’affouage est une pratique qui permet aux particuliers et suite à la décision de la commune de se procurer du bois gratuitement dans une forêt communale ou sectionale. Réglementée, il convient de se renseigner en mairie afin de savoir si cette pratique est en vigueur ou non dans la commune (tout commerce interdit).

Les particuliers jouissant du droit de l’affouage doivent toutefois s’acquitter de la taxe affouagère (rembourse en partie les frais d’exploitation, etc.). Renseignez-vous également à la mairie de votre commune pour tout information complémentaire.

Acheter du bois demi-sec : faire des économies 

Entreposer et faire sécher son bois est une pratique courante pour les particuliers qui disposent de suffisamment d’espace. Avec un prix au stère bien inférieur, stocker son bois de chauffage sous des tôles, un appentis etc. permet de réaliser une réelle économie sur une saison entière de chauffage et dès 2 ans, un roulement est organisé entre bois sec et bois demi-sec si bien que cela ne demande pas plus de manutention excepté la première année.

Acheter du bois en bûches de 1 m et le recouper  

Une façon simple et efficace de faire des économies est d’acheter du bois en grande longueur et de le recouper à la longueur de son foyer. L’unité du stère étant représentée par des bûches de 1 m, les pertes en bois de chauffage sont bien moins nombreuses que si on l’achète en bûches de 33 cm.

Acheter le stère sur pied

Consiste à trouver un exploitant, un propriétaire de forêt qui vend du bois à couper sur place, en forêt domaniale. Les prix sont particulièrement bas cependant il est nécessaire d’avoir tous les outils indispensables. Se renseigner auprès de l’ONF (Office National des Forêts).

Les outils incontournables pour couper du bois de chauffe

Tronçonneuse d’abattage


Tronçonneuse d’abattage

Les tronçonneuses thermiques sont indispensables pour réaliser l’abattage. De puissance variable, bien choisir une tronçonneuse relève de plusieurs critères. Les tronçonneuses nécessitent un entretien (moteur thermique) et leur chaîne d’être affutée.

Scie à bûche


Scie à bûche

Les scies à bûches permettent de calibrer le bois d’une manière efficace. Elles offrent un meilleur rendement et comme les tronçonneuses, plusieurs paramètres dimensionnent les scies à bûches qui se distinguent par la puissance moteur, la capacité de coupe, etc.

Fendeur de bûche


Fendeur de bûche

Le fendeur de bûches permet de sectionner les bûches les plus imposantes. A défaut, il peut être remplacé ponctuellement par le merlin et le coin. Appelé aussi casse-bois ou fendeuse, le fendeur de bûches se dimensionne principalement selon l’énergie (électrique, thermique ou hydraulique), la position des bûches fendues soit horizontale ou verticale, la vitesse d’avancement, les dimensions, etc.

Hache et hachette


Hache et hachette

Les haches et hachettes sont davantage utilisées comme outils d’appoint cependant elles s’avèrent souvent très utiles voire indispensables lors d’un chantier d’abattage. Ce sont des outils de coupe soumis à affûtage.

Remorque


Remorque

La remorque est un équipement indispensable si l’on projette de faire son bois de chauffage ou si l’on fait soi-même la démarche d’aller l’acheter. La remorque est soumise à réglementation (permis, etc.).

Voir le catalogue ManoMano
Affûtage

Abattage de bois de chauffage : travailler en toute sécurité

Les bons réflexes à avoir avant de couper du bois


Abattage de bois de chauffage : travailler en toute sécurité

Ne partez pas en chantier d’abattage :

  • sans prévenir au moins un de vos proches ;
  • seul pour des raisons de sécurité ;
  • sans moyen de communication (téléphone de chantier recommandé) ;
  • en cas de fatigue ;
  • avec du matériel non vérifié et non entretenu.

Equipement de protection individuelle (EPI) pour activité de bûcheronnage


Equipement de protection individuelle (EPI) pour activité de bûcheronnage

Il est inenvisageable de faire du bois de chauffage et de manier les outils précités sans équipements de sécurité. Munissez-vous de :

Quelle lune pour couper du bois de chauffage


Quelle lune pour couper du bois de chauffage

Depuis toujours, il est conseillé d’abattre le bois lorsque la sève est localisée dans les racines soit en lune descendante.

La période à retenir est dite hors sève lorsque l’arbre est en repos végétatif soit après la chute des feuilles (essences feuillues) et avant le solstice d’hiver. La proportion de sève étant à son minimum, le bois est moins exposé aux parasites (la sève constitue leur principal aliment) et aux moisissures.

Faire son propre bois de chauffage : 7 conseils


alt
  1. Idéalement, le bois de chauffage ne comporte pas plus de 15 % d’humidité. Temps de séchage de 2 ans en moyenne.
  2. Les bûches sont débitées immédiatement et entreposées au sec, à l’abri de l’humidité et à 50 cm du sol.
  3. Lorsque le bois est sec, le fendre et le couper aux dimensions de votre poêle à bois, de votre cheminéeinsert etc. 
  4. Le bois est couvert de préférence avec des tôlesen fer pour éviter tout phénomène de condensation et pour assurer une meilleure ventilation.
  5. Lorsque le bois est sec (plus de 2 ans en bonnes conditions de séchage), entreposez-le dans un garage, un abri de jardin ou tout autre local où il est à l’abri de l’humidité et prêt à être utilisé.
  6. Pour fendre de grosses bûches (> 40 cm de diamètre) : utiliser un ou deuxbouts de bois durs taillés en pointe (5 cm de diamètre, 40 cm de long) pour écarter le bois et éviter de coincer coin sur coin avant de réussir à fendre la bûche.
  7. Bien choisir ses outils à main pour scier et débiter le bois (hachemerlinscie etc.) est impératif pour travailler en sécurité et assurer un bon rythme de production

En savoir plus sur le bois de chauffage

Voir le catalogue ManoMano
Scie

Voir les outils pour scier et débiter du bois

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur en chef, 355 guides

Sébastien, Rédacteur en chef

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier. Le métier m’a plu et au fil des années, j’ai accumulé les expériences dans plusieurs Grandes Surfaces de Bricolage. Entre deux magasins, je poursuivais mon apprentissage et travaillais en serrurerie, couverture, imprimerie ou dans le secteur industriel pour des sociétés de traitement de surface, de fabrication de vases d’expansion... L’envie de transmettre m’a ensuite conduit à me former au métier d'enseignant de Français Langue Étrangère, puis j’ai commencé d’écrire des articles de voyage, puis de bricolage pour monEchelle.fr. Aujourd’hui Rédacteur en chef de la section Conseil technique de ManoMano, j’ai le plaisir de travailler avec une communauté de vrais experts dont un jardinier hors pairs, un soudeur émérite, un plombier passionné et encore beaucoup d’autres. Restituer un conseil impartial est ce que nous faisons de mieux, et ce que nous continuerons de faire pour vous.

Les produits liés à ce guide