Comment faire du compost

Comment faire  du compost
Chapitres :
Guide écrit par :
Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var

Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var

37 guides
Le compost est un fertilisant naturel fabriqué par le jardinier et pour rééquilibrer le sol du potager appauvri en humus après avoir été cultivé. Plusieurs techniques permettent de réaliser du compost : en tas, en surface ou en silo appelé composteur. Le compostage est une solution naturelle pour fertiliser le sol.

Caractéristiques importantes

  • Technique de compostage
  • Matériau
  • Fertilisation

Qu'est-ce-que la fertilisation

La fertilisation consiste à apporter au sol du jardin les éléments nutritifs indispensables au développement des plantes qu'il accueille. Elle concerne surtout le potager et le verger qui demandent des amendements spécifiques. Moins gourmandes en éléments nutritifs, les plantes ornementales se contentent d'un simple complément annuel. La fertilisation se fait par divers amendements (engrais, etc.), et notamment par l'apport de compost.

Pourquoi faut-il fertiliser le sol 


Le sol n'est pas un simple support inerte ; il est vivant. Comme toutes formes de vie sur Terre, il a besoin d'éléments nutritifs pour continuer à vivre et à permettre aux espèces végétales de se développer. Beaucoup de jardiniers pensent agir correctement en n'ajoutant rien au sol de leur jardin. S'ils évitent ainsi certains déséquilibres, ils en créent d'autres. La conséquence principale de cette fausse croyance est l'appauvrissement du sol en humus.
L'humus est une substance organique responsable de la fertilité d'un sol. Il est le résultat de la transformation de matières végétales et animales. Au naturel, l'humus se dégrade en permanence en s'oxydant au contact de l'air. S'il n'est pas renouvelé, le sol s'appauvrit et la nutrition des plantes n'est plus assurée. C'est pour cela qu'il est nécessaire de le régénérer au sein des cultures par divers amendements. Pour créer lui-même ses propres fertilisants, le jardinier a recours à la méthode du compostage.

Le compostage : une solution naturelle pour fertiliser le sol

Afin d'entretenir ou d'augmenter la fertilité du sol, le jardinier doit travailler l'humus de son bout de terre en y incorporant annuellement 10 à 30 kg / 10 m² de compost obtenu par compostage. Le compostage est l'élaboration d'un véritable engrais naturel : le compost. Celui-ci se compose de matériaux végétaux et de fumiers décomposés par un processus organique naturel.

Les trois objectifs capitaux du compost au jardin

Maintenir la fertilité du sol


Le compost restitue les éléments nutritifs qui ont été prélevés par les cultures. Il fournit les éléments indispensables aux besoins des végétaux cultivés.
Le compost est créé de façon artificielle par le travail du jardinier.

Créer de l'humus 


L'humus est une substance organique qui résulte de la décomposition des éléments végétaux et organiques combinée à l'action des champignons et des bactéries compris dans la couche supérieure du sol.
Il est le seul garant de la fertilité du sol. L'humus est créé de façon totalement naturelle, sans l'intervention de l'homme.

Recycler les déchets ménagers


Les déchets végétaux et organiques sont nombreux et les utiliser à bon escient et dans l’objectif de créer un fertilisant naturel et un geste vert responsable.
Le traitement des déchets étant une réelle problématique impactant l’environnement, la réalisation de compost s’inscrit dans une dynamique de développement durable.
L'ensemble des matériaux organiques peuvent être incorporés au compost. Ils peuvent être utilisés seuls ou en mélange. Cela dépend de leur constitution, de leur aspect et de leur taux d'humidité.

Matériaux utilisés en compostage

Voici une liste non exhaustive des matériaux à utiliser en compostage, en fonction de leur composition et de leurs apports nutritifs.
Pauvres en carbone 
Riches en azote
Riches en carbone 
Pauvres en azote
Composition équilibrée
Matière fécale animale
Papier et carton (encre noire seulement)
Marc de café
Déchets de tonte
Sciure de bois
Rameaux verts broyés
Plantes vertes (fanes, mauvaises herbes, feuilles de choux)
Feuilles mortes de chêne
Feuilles mortes de frêne
Déchets de la cuisine (épluchures, restes, légumes pourris)
Tourbe
Fumier + litière
Algues marines
Paille
Les éléments suivants ne doivent pas être ajoutés au compost :
  • matériau présentant une quelconque maladie ;
  • papier imprimé avec une encre de couleur (extrêmement polluant) ;
  • cendres de charbon ;
  • cailloux (non décomposables) ;
  • bois non broyés.

Les techniques de compostage

Il existe trois techniques pour fabriquer du compost. Le choix de la technique dépend de la place qu'il est possible d'accorder au tas et du temps dont on dispose.

Le compostage en tas


Le compostage en tas est une technique qui consiste à former un amas de compost à même le sol. Sur le principe du mille-feuille, des strates de matériaux sont montées en couches horizontales successives.
L'avantage de cette technique est la rapidité de fabrication du compost.
L'inconvénient est qu'elle est gourmande en espace et en temps de travail (mise en tas, épandage).

Le compostage en silo


Le compostage en silo est une alternative au compostage en tas. Il s'agit de monter le mille-feuille de matériaux organiques dans un grand récipient.
En règle générale, le contenant est soit un cylindre de grillage recouvert d'un film plastique transparent, soit un cube en bois avec une face amovible permettant de suivre l'évolution du compost.
Les silos se trouvent facilement et sont appelés composteurs, ils peuvent également être fabriqués par le jardinier. L'avantage de cette technique est qu'elle ne demande que peu d'espace.

Le compostage en surface


Le compostage en surface imite la décomposition des matériaux dans la nature. Ces derniers sont déposés directement sur le sol où va se trouver la future culture et ils s'y décomposent.
Le principal avantage est l'économie de travail (pas de mise en tas, pas d'épandage).

La constitution du tas de compost en 5 étapes


La constitution du mille-feuille de compost se fait en cinq étapes.
  1. Empiler les matériaux du compost dans un coin du jardin dans un endroit isolé, mais facilement accessible.
  2. Arroser généreusement chacune des couches et mettre sur le tas un peu de terre, de cendres de bois et de poudre de roches (calcaire).
  3. Mélanger les matériaux en essayant de créer une composition équilibrée au niveau des apports nutritifs (voir tableau ci-dessus). Pas d'inquiétude : même déséquilibré, le compost donne toujours un résultat satisfaisant. Il faudra juste plus de temps pour rétablir l'équilibre. 
  4. Ajouter des orties non grainées qui serviront d'activateur au tas.
  5. Recouvrir le tas de paille, d'herbe sèche ou de feuilles mortes et terminer par quelques pelles de terre.
Pour les régions pluvieuses, un film plastique sera nécessaire.

Evolution du compost : comment savoir quand il est prêt à être utilisé

Le pic de chaleur


À cause de l'activité des micro-organismes qui s'y développent, le tas de compost chauffe. Il peut atteindre les 60°C, puis la température retombe lentement. Lorsque le tas atteint son pic de chaleur, il peut présenter deux défauts :
  • les matériaux sont secs et des filaments fongiques gris font leur apparition : le tas manque d'eau, vous devez corriger en arrosant ;
  • les matériaux sont pâteux, ne sentent pas bons et deviennent verts : le tas contient trop d'eau. Refaire un tas en y incorporant des matériaux secs.

Compost mûr et compost demi-mûr

Après le pic de chaleur, des vers du fumier reconnaissables à leur couleur rose et leurs anneaux blancs font leur apparition dans le tas. Le compost est alors demi-mûr. C'est le moment idéal pour l'épandre sur les sols pauvres et sableux, idéalement en automne.
Le compost demi-mûr peut également être utilisé en paillis. Il est alors étalé sur le sol, autour des plantes, et recouvert d'une fine couche d'herbe séchée ou de paille.
Le compost mûr a la même utilisation que le compost demi-mûr, mais il peut être enfoui lors de la plantation des arbres et arbustes. Il a un aspect noir et ressemble au terreau du commerce. C'est un concentré de fertilisants.
Guide écrit par :

Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var 37 guides écrits

Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var
De cadre dans le transport de déchets, je suis devenue agricultrice spécialisée dans le maraîchage biologique. Diplômée d'un bac professionnel en Agronomie, option Productions Horticoles, j'ai tenté pendant plusieurs années de m'installer en tant que jeune agricultrice dans la belle région du Var.

 

Après de nombreuses déceptions, je me suis finalement lancée en tant que micro-entrepreneuse dans le service à domicile, notamment dans le jardinage, assistée par mon tendre et cher mari. Passionnée de nature et de plantes sauvages comestibles, je suis très attentive aux solutions écologiques respectueuses de notre environnement dans tous les aspects de ma vie quotidienne.

 

Du potager aux massifs fleuris, du semis à la récolte, j'ai toutes sortes de conseils dans mes tiroirs ! N'hésitez pas à me poser vos questions !

Les produits liés à ce guide