Comment déterminer le tableau électrique d'un logement ?

Comment déterminer le tableau électrique d'un logement ?

Alain, Formateur en électrotechnique, Haute-Vienne

Guide écrit par:

Alain, Formateur en électrotechnique, Haute-Vienne

12 guides

Le tableau électrique est le cœur de l’installation. Il assure la protection des personnes et des biens, la commande de certains circuits (cumulus, chauffage, etc.) et la gestion de l’énergie électrique (délesteur, gestionnaire, etc.). Il doit être conforme à la NF C 15-100. Comment le définir ? on vous dit tout !

Caractéristiques importantes

  • Appareils de coupure et de protection à installer
  • Déterminer les caractéristiques du tableau électrique
Voir les tableaux électriques

Lister les appareils de coupure et de protection à installer dans le tableau électrique du logement


undefined

Pour définir le tableau électrique du logement, il faut faire l'inventaire des différents appareils de coupure et de protection qu'il doit loger. Ce listing de tous les dispositifs de protection doit être exhaustif. Voici les 3 étapes à suivre pour bien les lister :

  1. Déterminer le nombre de disjoncteurs
  2. Déterminer le nombre, le calibre et le type de différentiels de 30 mA - DDR Dispositif Différentiel Résiduel
  3. Déterminer les autres appareils

Une fois la liste d'appareils nécessaires établie, il faut calculer le nombre de modules nécessaires. Ainsi, il sera possible de déterminer les caractéristiques du tableau électrique du logement.

Voir le catalogue ManoMano
Tableau électrique pré équipé

1. Déterminer le nombre de disjoncteurs

Il convient tout d’abord de calculer le nombre de prises électriques et le nombre de points d’éclairage à alimenter.

 Les tableaux ci-dessous indiquent les quantités minimales à prévoir.

Nombre de prises par pièce

Séjour < 28 m2

1 par tranche de 4 m², avec un minimum de 5 prises réparties en périphérie.

Séjour >28 m2

A définir avec le maître d’ouvrage, avec un minimum de 7 prises réparties en périphérie.

Chambre

3 réparties en périphérie.

Cuisine

6 prises, dont 4 au-dessus du plan de travail.

Autres pièces > 4 m2 (hors WC)

1 prise.

Réseau de communication

2 prises à prévoir (par défaut dans le séjour).

Points d’éclairage par pièce

Séjour

1 point de centre. 

Chambre

1 point de centre.

Cuisine

1 point de centre. 

Entrée principale ou de service

1 point d’éclairage extérieur.

Salle de bains

1 point d’éclairage.

Autres pièces > 4 m2

 (hors WC)

1 point de centre ou applique.

Déterminer les disjoncteurs selon le circuit à sécuriser

Circuit éclairages (ou prise commandée)

1 disjoncteur 16 A pour 8 points d’éclairage avec un minimum de 2 disjoncteurs (fil de 1,5mm²).

Circuit prises cuisine

1 disjoncteur 20 A pour 6 prises (fil de 2,5mm²). 

Circuit prises pour les autres pièces 

1 disjoncteur 20 A pour 12 prises (fil de 2,5mm²). 

Ou 

1 disjoncteur 16 A  pour 8 prises (fil de 1,5mm²).

Nb : Cette dernière solution est plus facile à mettre en œuvre.

1 disjoncteur 16 A pour les 2 prises modulaire du tableau de communication.

Circuit volets roulants

Au moins 1 disjoncteur 16 A (fil de 1,5 mm²).

Circuit chauffage électrique

1 disjoncteur 20 A par tranche de 4500 W (fil de 2,5 mm²). Prévoir la coupure du fil pilote le cas échéant.

Circuit « gros électroménager » :

Lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, etc.

Au moins 3 disjoncteurs 20 A (fil de 2,5 mm²).

Circuit cuisson

1 disjoncteur 32 A (fil de 6 mm²).

Circuits divers le cas échéant 

1 disjoncteur 20 A avec contacteur jour nuit pour le cumulus.

1 disjoncteur 2 A pour les circuits d’asservissement tarifaire.

1 disjoncteur 2 A pour la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC).

NB : les fusibles sont interdits pour les logements construits depuis septembre 2016.

Voir le catalogue ManoMano
Disjoncteur modulaire

2. Déterminer le nombre, le calibre et le type d’interrupteurs différentiels 30 mA - DDR : Dispositif Différentiel Résiduel


undefined

Critères pour déterminer le nombre de DDR

  • Un interrupteur différentiel pour 8 disjoncteurs maximum.
  • Un minimum de 2 interrupteurs différentiels.

Déterminer le calibre par rapport à l’amont et l’aval du circuit

Le calibre par rapport à l’amont

Le calibre de l’interrupteur différentiel doit être supérieur ou égal au calibre du disjoncteur de branchement (AGCP) => un calibre de 63 A convient pour les contrats jusqu’à 12 KVA.

Le calibre par rapport à l’aval

Le calibre de l’interrupteur différentiel doit être supérieur ou égal à la somme des calibres des disjoncteurs alimentant le chauffage direct, le chauffe-eau et la prise de recharge d'un véhicule électrique + 0,5 fois la somme des calibres des disjoncteurs alimentant les autres circuits.

Par exemple : si l’interrupteur différentiel alimente 1 disjoncteur chauffage 20 A,  2 disjoncteurs éclairage 16A, 2 disjoncteurs prises 20A, son calibre minimum sera de :

  • In = 20A + (2 x 16 A + 2 x 20 A) / 2 = 20 A + 36 A = 56 A ; on choisira un calibre de 63 A.

Quels critères pour déterminer le type

  • Les circuits cuisson et lave-linge doivent être alimentés par un interrupteur différentiel 30 mA type A.
  • Les autres circuits peuvent être alimentés par un interrupteur différentiel 30 mA type A ou type AC.

Les circuits d’éclairage et de prises doivent être répartis sur au moins deux interrupteurs différentiels.

Dans le cas d’un chauffage électrique avec fil pilote, l’ensemble des circuits de chauffage est placé par zone de pilotage sous un même interrupteur différentiel.

Voir le catalogue ManoMano
Interrupteur différentiel

3. Déterminer les autres appareils


undefined

Le cas échéant, voici les appareils à déterminer pour assurer chaque circuit :

  • un contacteur jour/nuit et un disjoncteur 2 A pour le cumulus ;
  • un parafoudre obligatoire si :
  • un gestionnaire d’énergie, de chauffage, un délesteur, une horloge… à associer à un disjoncteur 2 A par appareil ;
  • un ou plusieurs disjoncteurs différentiels 30 mA pour alimenter les annexes (garage, portail automatique, éclairage extérieur, etc.) ;
  • un disjoncteur 16 A pour alimenter les 2 prises 2P+T à prévoir dans le tableau de communication ;
  • un compteur de mesure de consommation électrique par type de circuit (ces mesures peuvent être estimées) ;
  • des modules domotiques.
Voir le catalogue ManoMano
Parafoudre

Déterminer les caractéristiques du tableau électrique d’un logement


undefined

Le tableau électrique d’un logement sera installé dans l’ETEL (Espace Technique du Logement).

Cet espace aura pour dimensions :

  • largeur = 600 mm ;
  • profondeur = 250 mm ;
  • hauteur = toute la hauteur du sol fini au plafond.

Il n’est pas admis de placer l’ETEL dans un local poussiéreux, humide ou mouillé ; dans un endroit à l’extérieur et à découvert. L’ETEL est interdit dans les locaux comportant une douche ou une baignoire. Il y a deux particularités à prendre en compte :

  1. Pour les contrats < 6 KVA, il est admis de ne pas prévoir d’ETEL.
  2. Les dimensions des tableaux et des appareils le composant sont standards pour toutes les marques.

Le tableau électrique d’un logement se compose d’un châssis en plastique à fixer au mur sur lequel sont disposés des rails DIN qui serviront de support aux appareils et d’un couvercle qui recouvre les parties actives afin d’éviter les chocs électriques. Des obturateurs permettent d’occulter les emplacements non utilisés. Il existe des tableaux pour montage saillie ou encastré.

Les appareils électriques ont tous la même hauteur et la même profondeur qui est évidemment compatible avec les tableaux. La largeur des appareils est définie en nombre de modules. Un module = 18 mm. Les rangées des tableaux électriques du logement ont pour largeur habituelle 13 ou 18 modules.

Définir le nombre nécessaire de modules

Pour connaître le nombre de rangées, donc de modules du tableau à prévoir, il faut calculer le nombre total de modules occupés par les appareils :

  • Un interrupteur différentiel mesure 2 modules, un disjoncteur mesure 1 module, les autres appareils sont dimensionnés au cas par cas.
  • Il convient ensuite d’ajouter 20% de réserve. Par exemple pour un total de 30 modules, on prévoira un tableau de taille minimum de 36 modules. Dans la pratique : 3 rangées de 13 modules ou 2 rangées de 18 modules.
  • Il est conseillé en outre de prévoir une rangée libre pour les ajouts éventuels d’appareils « encombrants » (gestionnaire d’énergie, délesteur, etc.).
  • Pour l’implantation des appareils, l’interrupteur différentiel (DDR) sera placé devant les disjoncteurs qu’il alimente.

Répartir les disjoncteurs sur les interrupteurs différentiels DDR

Voici les règles pour répartir les disjoncteurs sur les interrupteurs différentiels DDR :

  • disjoncteurs éclairage et prises de courant répartis sur au moins 2 DDR ;
  • disjoncteur cuisson et disjoncteur lave-linge obligatoirement sur DDR type A ;
  • disjoncteurs cumulus, cuisson, lave-vaisselle, sèche-linge…à répartir sur l’ensemble des DDR ;
  • disjoncteurs chauffage sur un DDR 63 A dédié ;
  • 8 disjoncteurs maximum par DDR.

Il faut laisser au moins un module de réserve après chaque dernier disjoncteur.

Si le tableau est placé dans une pièce annexe (un garage par exemple) il convient de l’équiper d’une porte pour protéger les appareils. La liaison horizontale entre l’interrupteur différentiel et les disjoncteurs sera réalisé par 2 peignes (un bleu pour le neutre, un noir ou marron pour la phase).

La liaison verticale entre les rangées sera également réalisée par un peigne regroupant les deux polarités. Pour la section des conducteurs entre le disjoncteur de branchement et le tableau électrique, voir le tableau ci-dessous.

Calibre maximum du disjoncteur de branchement 

Section minimale des conducteurs

30 A

10 mm2

45 A

10 mm2

60 A

16 mm2

90 A

25 mm2

Voir le catalogue ManoMano
Tableau électrique

Voir les tableaux électriques

Guide écrit par:

Alain, Formateur en électrotechnique, Haute-Vienne, 12 guides

Alain, Formateur en électrotechnique, Haute-Vienne

Technicien supérieur en électrotechnique depuis bientôt 35 ans, j’ai toujours travaillé dans le domaine de l’électricité. J’ai tout d’abord exercé pendant 10 ans le métier de projeteur au sein d’une grande entreprise d’équipement électrique. J’ai ensuite évolué vers le métier de formateur pour adulte, toujours dans la même spécialité ; j’ai notamment mis en place et animé des formations qualifiantes d’électricien et de dessinateur. Je maîtrise les normes électriques les plus usuelles notamment la NF C 15-100 qui règlemente les installations électriques basse tension (jusqu’à 1000 V) et qui est considérée comme « la bible » des électriciens. J’anime également des formations sur le risque électrique ; je suis particulièrement sensibilisé à la protection des personnes et des biens. Le bricolage est un de mes loisirs favoris, j’ai notamment refait intégralement l’installation électrique d’une maison de montagne. C’est tout naturellement et avec plaisir que je souhaite faire partager mes connaissances en rédigeant des guides techniques pour ManoMano.

Les produits liés à ce guide