Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir une ruche

Guide écrit par :
Albert, Responsable de service jardinage, Isère

Albert, Responsable de service jardinage, Isère

85 guides
Ruche Dadant, Langstroth, Warré, Voirnot, kenyane ou Layens, le choix d’une ruche se conjugue au type d’apiculture envisagé. Cubique ou trapézoïdale, avec ou sans cadre, dimensions de la hausse et du corps… il est impératif de comparer les ruches pour choisir le modèle qui permet de récolter du miel.

Caractéristiques importantes

  • Ruche de biodiversité
  • Ruche horizontale
  • Ruche de production

Prix

de 8,00 € à 3 780,00 €

Une ruche adaptée à chaque type d’apiculture


Avant de choisir sa ruche
, il convient de se demander à quel type d’apiculture envisage-t-on de s’initier : de sauvegarde ou de loisir, c’est-à-dire pour simplement accueillir des abeilles dans son jardin et accessoirement récolter un peu de miel ; ou en tant qu’activité rémunératrice, dans ce dernier cas, quel est le volume de production visé et quel modèle de ruche utilisent majoritairement les apiculteurs locaux.

A noter l’existence de la ruche pédagogique : installée au collège ou dans d’autres lieux publics, comme son nom l’indique, elle poursuit un but éducatif tout en favorisant la prise de conscience du rôle majeur que jouent les abeilles dans la nature. C’est une manière ludique de contribuer à la défense de ces petits pollinisateurs menacés de toute part.

Dans ce sens, s’initier à l’apiculture est, au-delà de débuter une activité passionnante pour soi-même et son entourage, un acte citoyen visant à préserver les abeilles. Néanmoins, pour posséder une ruche il est indispensable de respecter la législation en la matière.  Avant de se lancer, il faut se renseigner en mairie, déclarer la détention d’une ruche ou s’enregistrer en tant qu’apiculteur et en informer ses voisins.

A noter que des formations en apiculture existent et qu’il convient de les suivre, elles sont ouvertes à tous, votre mairie peut vous renseigner en ce sens.

La ruche de biodiversité


La ruche de biodiversité répond à un concept
dont la finalité est de préserver les abeilles en les  accueillant dans un habitat le plus proche possible de leur abri sauvage. De cette manière, on agit pour leur survie tout en profitant du spectacle merveilleux de les voir en action.

Le modèle le plus répandu est la ruche fabriquée en paille. Sa forme rappelle celle d’un essaim sauvage. Cette ruche très décorative fait le bonheur dans le jardin. Autre aspect très intéressant à souligner est que par leur action pollinisatrice les abeilles favorisent une fructification optimale des arbres fruitiers dans votre jardin et celui de vos voisins.

A noter que ce type de ruche n’est pas destiné à la production mais à la protection des abeilles.

La ruche horizontale


Dans le même esprit de sauvegarde des abeilles et d’un accueil dans des conditions proches de celles de leur habitat naturel, la ruche horizontale offre en plus la possibilité de
produire du miel de façon écologique et à moindre coût.

La ruche kenyane est le modèle le plus répandu dans le monde. Inspirée des ruches traditionnelles grecques, elle est utilisée en apiculture naturelle. Pouvant être munie d’une paroi vitrée, elle représente aussi une ruche pédagogique très intéressante. La forme en V de cette ruche rappelle celle d’une grappe d’abeilles, permettant d’optimiser l’espace. D’autre part, plus besoin de cadres à fil ni de cire gaufrée : les abeilles construisent elles-mêmes leurs rayons !

La ruche de production


Il existe plusieurs modèles de ruche de production apicole. Chaque modèle porte le nom de son concepteur. En voici les modèles les plus couramment utilisés :
  • la ruche Dadant, c’est le modèle le plus couramment utilisé en France. Compte 10 cadres voire 12, elle offre un volume de 54 litres (offre plus de réserves pour l’hivernage) ;
  • la ruche Langstroth, c’est le deuxième modèle le plus utilisé dans le monde. Souvent les hausses et le corps de ruche ont les mêmes dimensions (ruche divisible)  ;
  • la ruche Warré, rencontre un certain succès actuellement, de 30 cm de côté. Ruche utilisée en divisible (mêmes dimensions des hausses et du corps), se conduit souvent sans cadre ;
  • la ruche Voirnot, souvent utilisée dans les régions froides et en montagne. Ruche cubique de 36 cm de côté. Très bon modèle de nucléi de fécondation si la hausse est divisée en 2 compartiments ;
  • la ruche Layens, assez peu utilisée en France, elle est très utilisée dans d’autres pays et notamment l’Espagne. Se travaille sans hausse, sur la longueur (altère la qualité du miel depuis les traitements de la varroase) ;
  • la ruche kenyane ou KTBH gagne en popularité. En forme de trapèze sans dimensions précises, la ruche KTBH ne nécessite ni cadre à fil ni cire gaufrée.
Les abeilles possèdent une grande capacité d’adaptation, de ce point de vue, tous les modèles de ruche conviennent à la production apicole. Pour mettre en place une production, même modeste, il faut tenir compte d’autres facteurs pour faire son choix.

A commencer par la condition physique de l’apiculteur, plus précisément son dos ! En effet, plus les dimensions et la capacité de la ruche sont importantes, plus celle-ci est lourde et pénible à manipuler. Dans ce sens, on trouve dans chaque modèle de ruches des sous-modèles au nombre de cadres réduits. Viennent ensuite le climat, le lieu et le milieu apicole, car l’entraide existe et c’est plus simple de se faire aider lorsque l’on dispose du même matériel que la plupart des apiculteurs locaux.

Ruche et ruchette


Lorsqu’on choisit sa ruche il convient de connaître la différence entre celle-ci et une ruchette. En effet,
le mot ruchette peut prêter à confusion car on peut l’interpréter comme étant une ruche miniature.

Aux dimensions plus modestes, les ruchettes sont indispensables à l’essaimage, à la division des colonies et à d’autres tâches effectuées dans le cadre de la production apicole.

Néanmoins,
les ruchettes ne constituent en aucun cas  un habitat permanent pour les abeilles.
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
0 votes utiles
Guide écrit par :

Albert, Responsable de service jardinage, Isère 85 guides écrits

Albert, Responsable de service jardinage, Isère
Depuis plusieurs années, je dirige un service de jardinage  auprès  d’une clientèle de particuliers et d’entreprises. J’encadre une équipe de jardiniers et assure  la création et l’entretien des espaces verts. D’autre part, j’apporte mon expertise à mes clients en termes  d’entretien et d’amélioration de leurs jardins.

En effet, de formation commerciale et ayant exercé des fonctions dans l’hôtellerie en début de carrière, je me suis orienté vers l’aménagement paysager au sein d’une collectivité territoriale où j’ai acquis de solides compétences techniques par des formations en interne et par le suivi d’importants chantiers dans une commune en pleine mutation.

Sur le plan personnel, je suis tout aussi tournée vers l’art du jardinage. Avec mon épouse, j’ai créé notre jardin de A à Z et je l’entretiens avec soin, tout comme le potager !  Et pour ce qui est du bricolage ; il n’est pas en reste ! Eh oui, jardiner,  c’est aussi bricoler : pergola, cabane, dallage, clôture, et j’en passe... Il y a toujours à faire dans un jardin !  

Après avoir bien travaillé, mon épouse et moi sommes fiers du résultat obtenu et ravis de pouvoir profiter pleinement d’un environnement convivial et chaleureux!  Alors, vous donner des conseils et vous aider dans vos choix pour l’outillage, l’entretien  ou l’amélioration de votre jardin, rien de plus simple !

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent