Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir un radiateur à inertie

Guide écrit par :
Albert, Responsable de service jardinage, Isère

Albert, Responsable de service jardinage, Isère

88 guides

Les radiateurs à inertie sont performants et économes et de plus en plus choisis pour nos logements. A inertie sèche ou à inertie liquide, ces radiateurs à chaleur douce offrent un véritable confort thermique. Mais quelle puissance ? Quel corps de chauffe ? Quel programmation ? Les réponses à vos questions.

Caractéristiques importantes

  • Inertie sèche ou inertie liquide
  • Nature du matériau réfractaire
  • Puissance et format
  • Programmation
  • Sensibilité du thermostat

Prix

de 79,00 € à 2 557,00 €

Qu’est-ce qu’un radiateur à inertie

Le radiateur à inertie est le plus performant des appareils de chauffage électrique. Il est relativement récent. La technologie de chauffage électrique par inertie associe le stockage et la restitution homogène et progressive de la chaleur.

Le principe de fonctionnement d’un radiateur à inertie est assez simple. Le radiateur chauffe grâce à une résistance électrique présente dans le corps de chauffe, celui-ci emmagasine la chaleur  et la restitue à la pièce,  un thermostat arrête et remet en marche la résistance suivant la consigne de température.

Selon les modèles, le radiateur possède un ou deux corps de chauffe. Dans le cas d’un radiateur à inertie à deux corps de chauffe, le premier corps, appelé coeur de chauffe, stocke la chaleur produite par la resistance alors que le deuxième corps la restitue avec une montée en température plus rapide. Le tout est commandé par le thermostat.

De la combinaison de ces éléments (un ou deux corps de chauffe et thermostat) et en fonction des matériaux utilisés, le niveau de confort et la consommation énergétique varient sensiblement d’un modèle à un autre.

Pourquoi choisir un radiateur à inertie

Un radiateur à chaleur douce


Le confort thermique obtenu par un radiateur électrique à inertie est équivalent à celui d’un chauffage central. Avec plusieurs dénominations marchandes synonymes, les radiateurs à inertie sont dits à : 
  • chaleur douce ;
  • chaleur sensitive ;
  • basse température.
L’émission de chaleur d’un radiateur à inertie est d’environ 50°C environ (sécuritaire pour les enfants).

L’installation d’un radiateur à inertie est simple et permet de réaliser de substantielles économies d’électricité si installé au bon endroit et dans une pièce bien isolée.

Les principaux avantages d’un radiateur à inertie

  • Une installation simple.
  • Peu d’entretien.
  • Faible consommation électrique.
  • Maîtrise de la dépense énergétique.
  • Plusieurs modèles.
  • Confort thermique optimal.
  • Température homogène.
  • Qualité de l’air préservée.
  • Silencieux.

Le radiateur présente beaucoup de points positifs, et ne demande pas d’installation onéreuse comme c’est le cas pour un chauffage central : tuyaux, chaudière, cuve, entre autres. Cependant, son installation doit respecter la norme électrique NF C 15-100, laquelle définit les caractéristiques du disjoncteur et la section des fils selon la puissance du radiateur.

Les principaux inconvénients d’un radiateur à inertie

  • Une montée en température lente, cependant, certains modèles ont une montée en température plus rapide : les radiateurs à inertie fluide ou aluminium.
  • Assez lourd, certains modèles sont relativement légers par rapport à d’autres.
  • Plus encombrant qu’un convecteur, certains modèles sont néanmoins assez compacts.
  • Deux faces chauffantes, pour éviter de chauffer un mur, fixez un film réfléchissant.
  • Prix plus élevé à l’achat, mais des économies sur la durée par leur faible consommation

Les radiateurs à inertie sèche

Les radiateurs à inertie sèche possèdent un corps de chauffe solide. Leur principal avantage est leur grande capacité de conservation et de restitution de la chaleur, largement supérieure à celle des appareils à inertie fluide, ce qui a pour effet de limiter la consommation énergétique et de réduire la facture d’électricité. Leur cœur de chauffe est constitué de matériaux réfractaires :
  • stéatite ;
  • céramique ;
  • pierre de lave ;
  • brique réfractaire ;
  • aluminium ;
  • fonte.

Radiateur à inertie stéatite


La stéatite est une roche naturelle très dense dotée d’une excellente capacité d’accumulation et de restitution  de la chaleur, ce qui permet de faire de substantielles économies d’électricité. Cependant, la montée en température est assez longue et son prix à l’achat plus élevé.

Radiateur à inertie céramique


La céramique offre de bonnes performances. Sa capacité de stockage et de restitution de la chaleur est très correcte, mais en dessous de celle de la stéatite. Sa montée en température est plus rapide.

Radiateur à inertie pierre de lave


La pierre de lave est issue du magma volcanique. Utilisée pour chauffer les saunas, elle possède une capacité extraordinaire de stockage et de restitution de la chaleur. La montée en température est moins longue que celle de la stéatite pour des performances similaires.

Radiateur à inertie brique réfractaire


La brique réfractaire est bien connue pour son utilisation dans les fours à pain ou barbecues. Elle a une inertie comparable à celle de la céramique mais moindre que celle de la stéatite ou de la pierre de lave. Son poids est assez lourd.

Radiateur à inertie aluminium

L’aluminium est un métal à haute conductivité thermique qui présente aussi des propriétés d’inertie. Autrement dit, il est capable aussi bien de diffuser que de conserver la chaleur. Il monte très vite en température et diffuse la chaleur de manière optimale, cependant, il emmagasine moins longtemps.

Pour maintenir la température souhaitée, la résistance doit fonctionner plus régulièrement, donc, consommer plus d’électricité. Il assure un très bon confort thermique, il est plus léger.

Radiateur à inertie fonte


La fonte est un alliage de fer et carbone qui possède une excellente inertie. Le radiateur conserve longtemps la chaleur et la restitue durablement, permettant de faire des économies en termes de consommation électrique. Son inconvénient est son poids plus lourd.

Les radiateurs à inertie fluide

Ce type de radiateur utilise un liquide caloporteur, glycol ou huile, dans lequel la résistance est plongée. Celle-ci chauffe le liquide et génère un mouvement de circulation à l’intérieur d’un circuit hydraulique tout en conservant la chaleur pendant quelque temps.

Les radiateurs à inertie fluide procurent un excellent confort thermique, très proche de celui produit par un chauffage central et à un moindre coût à l’achat. Cependant, ils consomment plus d’électricité du fait de leur moindre capacité à accumuler la chaleur par rapport aux radiateurs à inertie sèche.

De par leur montée en température plus rapide, les radiateurs à inertie liquide ne sont pas un mauvais choix pour les salles de bains si le radiateur est dans son utilisation considéré comme radiateur d’appoint.

Autre alternative : un sèche-serviettes à inertie sèche avec soufflerie est un bon choix qui conjugue l’économie de l’inertie et la montée rapide en température du radiateur soufflant combiné

Quelle puissance pour un radiateur à inertie

Une formule de calcul simple

Pour calculer la puissance nécessaire pour chauffer une pièce on part de la base qu’il faut 100 W pour chauffer  1 m² pour une pièce de hauteur 2.50 m. Ce chiffre est revu à la baisse pour le ramener à 60 W par mètre carré pour les habitations à haute performance énergétique ou construites sous la norme RT 2012.

Le calcul de la puissance pour les habitations offrant une hauteur supérant les 2.50 m sera effectué à partir du volume (l x L x h = V) de la pièce :
  • 0.4 kW / m3 pour les logements bien isolés ou RT 2005
  • 0.024 kW / m3 pour les logements très bien isolés ou RT 2012
Pour une salle de bains, comptez entre 100 et 130 W par m² et optez de préférence pour un radiateur sèche-serviette, spécialement conçu pour cette utilisation.

Les formats des radiateurs à inertie

Plusieurs formats et dimensions sont proposés pour s’adapter à chaque utilisation. Pour résumer voici les principaux types de radiateurs selon leur format :
  • horizontal, plus large et moins haut ;
  • vertical, plus haut et moins large ;
  • portatifs, généralement à bain d’huile, à brancher sur secteur ;
  • sèche-serviettes, conçus pour la salle de bains.

La programmation : fil pilote et courant porteur en ligne

En plus du thermostat, la grande majorité des radiateurs dispose d’une centrale de programmation individuelle. Elle permet de prévoir des plages d’occupation dans la journée ou dans la semaine et d’ajuster la consigne de température selon celles-ci.

La programmation n’empêche pas de basculer vers un ajustement manuel de la consigne ou de revenir au programme sélectionné lorsque l’on souhaite. Une bonne programmation permet de réaliser des économies supplémentaires.

Il est possible de centraliser la programmation et de définir des zones à des températures spécifiques. Pour ce faire, chaque radiateur concerné doit disposer d’un fil pilote, ou être équipé d’un boîtier de courant porteur en ligne (CPL) ou d’un radio transmetteur conçus à cet effet.

Radiateur à inertie : aspects qualitatifs, options, design et garantie


Lorsque le type d’inertie, la puissance et le format du radiateur à inertie ont été définis, il faut prendre en compte la qualité, les options, le design et la garantie. Voici quelques options et autres caractéristiques à prendre en compte à l’heure de comparer les radiateurs à inertie.
  • Ecran à cristaux liquides : pour une visualisation optimale des fonctions et de la programmation.
  • Affichage de la température ambiante.
  • La précision du thermostat :
    • Thermostat mécanique : précision à 2°C
    • Thermostat électronique : précision à 0.5°C
    • Thermostat numérique : précision à 0.1°C
  • Détection de présence : permet la mise en marche grâce à des capteurs de mouvement.
  • Détection fenêtre ouverte : arrête le chauffage en cas de chute brutale de la température.
  • Blocage des commandes : idéale en cas de présence d’enfants.
  • Sécurité anti basculement : pour les modèles portatifs.
  • L’indication de consommation : permet de suivre sa consommation en temps réel.
  • Télécommande : permet les réglages et la programmation à distance.
  • Le pilotage par smartphone ou ordinateur : permet de le piloter depuis son portable.
  • Le marquage NF : conformité aux normes françaises en vigueur.
  • Le label Promotelec : label attestant d’une bonne performance énergétique.
  • Une garantie longue : est un gage de sérieux et atteste de la qualité du produit.


En savoir plus sur le chauffage : 

Comment choisir un chauffage de salle de bains

Comment choisir un radiateur bain d’huile

Comment choisir un radiateur infrarouge ou halogène

Comment installer un radiateur sèche-serviettes

Comment choisir un panneau rayonnant

Comment choisir un radiateur soufflant

Comment choisir un convecteur électrique

Comment choisir sa cheminée électrique ?

Comment choisir son radiateur électrique ?

Comment choisir son sèche-serviette électrique ou radiateur sèche-serviette ?

 

Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
0 votes utiles
Guide écrit par :

Albert, Responsable de service jardinage, Isère 88 guides écrits

Albert, Responsable de service jardinage, Isère
Depuis plusieurs années, je dirige un service de jardinage  auprès  d’une clientèle de particuliers et d’entreprises. J’encadre une équipe de jardiniers et assure  la création et l’entretien des espaces verts. D’autre part, j’apporte mon expertise à mes clients en termes  d’entretien et d’amélioration de leurs jardins.

En effet, de formation commerciale et ayant exercé des fonctions dans l’hôtellerie en début de carrière, je me suis orienté vers l’aménagement paysager au sein d’une collectivité territoriale où j’ai acquis de solides compétences techniques par des formations en interne et par le suivi d’importants chantiers dans une commune en pleine mutation.

Sur le plan personnel, je suis tout aussi tournée vers l’art du jardinage. Avec mon épouse, j’ai créé notre jardin de A à Z et je l’entretiens avec soin, tout comme le potager !  Et pour ce qui est du bricolage ; il n’est pas en reste ! Eh oui, jardiner,  c’est aussi bricoler : pergola, cabane, dallage, clôture, et j’en passe... Il y a toujours à faire dans un jardin !  

Après avoir bien travaillé, mon épouse et moi sommes fiers du résultat obtenu et ravis de pouvoir profiter pleinement d’un environnement convivial et chaleureux!  Alors, vous donner des conseils et vous aider dans vos choix pour l’outillage, l’entretien  ou l’amélioration de votre jardin, rien de plus simple !

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent