Comment choisir  un désherbant bio

Comment choisir un désherbant bio

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

203 guides

Depuis quelques années, des désherbants « naturels », parfois qualifiés de « biologiques », à base de molécules organiques, font leur apparition sur le marché pour remédier au vide laissé par l'interdiction de l'utilisation, par les particuliers, des pesticides de synthèse jugés trop nocifs pour l'environnement.

Caractéristiques importantes

  • Nouvelles matières actives
  • herbicides non sélectifs
  • La rémanence
  • Le conditionnement
  • Usage spécifique
Découvrez nos désherbant bio !

Les nouvelles matières actives


alt

Ces produits qui entrent dans le cadre des produits de biocontrôle, n'existent que depuis peu et bien d'autres produits vont voir le jour ces prochaines années. Il est encore trop tôt pour avoir une idée de leurs effets sur l'environnement. Bien que leurs substances actives existent dans la nature, cela ne signifie pas qu'ils sont obligatoirement inoffensifs. La plupart ne sont pas autorisés en agriculture biologique.

  • Acide pélargonique, une substance herbicide présente dans les géraniums (leur vrai nom est Pelargonium).
  • Acide acétique, principal constituant du vinaigre.
  • Acide caprylique et acide caprique. Ce sont des acides gras saturés présents dans les huiles végétales ou le lait maternel.

Ces substances agissent par contact en détruisant la couche superficielle cireuse qui recouvre tiges et feuilles et les protège des rayons ultraviolets. Les plantes se dessèchent et meurent en quelques heures. L'effet est certes spectaculaire car il fallait attendre plusieurs jours avec les désherbants systémiques.

Pour être efficace, ces substances doivent être appliquées dans certaines condition.

  • Traiter par temps sec et ensoleillé.
  • La température doit être d'au moins 15°C
  • Le produit doit être appliqué de façon à couvrir toute la plante.
  • Il est recommandé de traiter des plantes jeunes, en voie de croissance, idéalement d'une hauteur maximale de 10 à 12 cm. Les autres plantes nécessitant une seconde application une ou deux semaine plus tard. Mais cela n'empêchera pas les plantes vivaces bien installées de repousser car leur racine est intacte dans le sol. Et il faut alors plusieurs applications pour en venir à bout.

Des herbicides non sélectifs


alt

Dans les produits qui existaient jusqu'à présent on pouvait utiliser un herbicide sélectif lorsqu'on désirait désherber une culture en particulier. Par exemple pour les carottes, si difficiles à désherber, on employait un herbicide spécial carotte, de même pour les pommes de terre, etc.

Avec la nouvelle gamme de produits qui apparaissent sur le marché, il n'existe pas de désherbant sélectif ; ils agissent par contact en détruisant toutes les plantes sur lesquelles ils sont pulvérisés.

Ces désherbants ne détruisent que les parties en contact avec le produit, les parties aériennes de la plante. Cette dernière peut repartir si ses racines sont suffisamment développées.

La rémanence


alt

Les désherbants organiques ne persistent pas dans le sol. Ils seront donc rapidement dégradés, ce qui permet de replanter rapidement après traitement, mais ils n’empêcheront pas les mauvaises herbes de lever quelques jours après une application.

Dans un potager ou dan un massif, avant semis ou plantation vous pouvez utiliser ces produits. Le délai à respecter est mentionné sur l'étiquette du produit.

Conditionnement : concentré ou prêt-à-l'emploi


alt

Les produits peuvent être vendus dans un petit  pulvérisateur à gâchette prêt-à-l'emploi. Idéal pour de petites surfaces ou pour des désherbages très localisés.

On peut aussi opter pour des formulations concentrées, plus économiques. Le produit doit donc être dilué dans l'eau avant d'être pulvérisé.

Pour des surfaces de plus de 30 m2 à traiter, optez pour un produit concentré que vous diluerez et que vous appliquerez à l'aide d'un pulvérisateur.

Jusqu'à 30 m2, ou pour des traitements localisés, il est pratique d'utiliser un désherbant prêt-à-l'emploi. Ils existent en gros conditionnement pour les surfaces moyennes et en spray, encore plus facile d'emploi pour les petites surfaces. Il permet un ciblage précis.

Certaines spécialités commerciales existent aussi en gel à appliquer sur les feuilles pour un traitement très localisé, sans affecter les autres plantes situées à proximité.

Les désherbants bio et leur usage

Selon les formats , les formulation, et la notoriété du fabricant ou du distributeur, le prix de chacun de ces produits varie de quelques euros à 40 €. Il faudrait ramener ce coût au m². Or on ne pulvérise pas sur une surface mais sur les plantes qui y poussent, il est difficile de donner un classement des spécialités commerciales (du moins cher au plus cher, par exemple). Par ailleurs, certains produits peuvent s'avérer plus efficaces que d'autres sur certains type de plantes...

Matière active

Nom commercial

Marque

Rapidité d'action*

Remarques

Acide pélargonique

Herbistop spray

Clairland

3 heures

Semis possible 3 jours après

Beloukha garden

Solabiol

3 heures

Semis possible 1 jour après

Finalsan

Neudorff

1 heure

2 traitements autorisés par an. Efficace même à basse température. Massifs, arbres, arbustes, rosiers

Herbatak express

Fertiligène

3 heures

Se présente en tube à diluer

Acide acétique

Herbatak contact

Fertiligène

1h

Cours, allées, terrasses

Naturen express

Naturen

1 heure

Semis possible 1 jour après

Acide caprylique et acide caprique

Herbiclean jardin

Bayer

24 heures

Sur arbres, arbustes, rosiers. Utilisable en agriculture biologique

Herbiclean allées

Bayer

24 heures

Allées, bordures, dallages. Agit aussi sur mousse et algues. Utilisable en agriculture bio

Desherbant polyvalent

Solabiol

24 heures

Arbres , arbustes rosiers

*  Effets visibles en conditions météo optimales

Découvrez nos désherbant bio !

Guide écrit par:

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne, 203 guides

Jean-Marie, Jardinier passionné & auteur, Auvergne

Haut comme trois pommes, je travaillais déjà au jardin familial. C'est peut-être de là qu'est né mon intérêt pour les plantes et le jardinage. Il était donc logique pour moi de suivre des études à la fois en biologie végétale et en agronomie.   Accédant à la demande de divers éditeurs, j'ai écrit en 25 ans de nombreux livres sur la thématique des plantes, des champignons (un sujet qui me tient à cœur), essentiellement des guides d'identification dans un premier temps, mais très vite aussi par la suite, sur le jardinage, renouant ainsi avec la première passion de mon enfance.   J'ai aussi collaboré régulièrement à plusieurs magazines spécialisés dans le domaine du jardinage ou plus généralement de la nature. Comme il n'y a pas de jardinier sans jardin, c'est dans un petit coin de l'Auvergne que je cultive le mien depuis 30 ans et où je mets en pratique les méthodes de culture que je vous conseille.

Les produits liés à ce guide