Comment choisir  son rabot à main

Comment choisir son rabot à main

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

316 guides

Pour vos travaux de menuiserie, le rabot est l’outil à avoir dans l’atelier. Qu’il se nomme varlope, guillaume, wastringue, riflard ou plane, son rôle est d’enlever de la matière pour un meilleur rendu, aplanir ou pour assembler deux pièces de bois. Avec lui, l’expression « raboter une porte » prend tout son sens !

Caractéristiques importantes

  • Varlope
  • Guillaume
  • Plane
  • Wastringue
  • Riflard
  • Rabot d'établi
Découvrez nos rabots à main !

Rabot à main : description et fonctionnement


Le rabot est un outil de menuisier ébeniste conçu pour aplanir une pièce de bois et réduire son épaisseur. Il enlève le bois sous forme de copeaux et de manière régulière.

Le rabot le plus commun est composé d’unesemelle, en métal ou en bois, où dans une lumière est logée une lame (appelée un fer) de dimension variable.

La profondeur du fer est réglable via une molette ce qui permet d’enlever plus ou moins de bois lors d’un passage. D’autres rabots à main, conçus différemment, assurent le même service : désépaissir une pièce de bois.

Voir le catalogue ManoMano
Rabots à main

Les types de rabots de menuisier

Le rabot se décline en 6 variantes :

Varlope


La varlope est le rabot métallique le plus commun. Une molette permet de régler la profondeur du fer (ce qui joue sur la quantité de matière enlevée). Conçue pour les surfaces planes, son fer est large. Il existe également les demi-varlopes pour raboter sur une largeur plus fine.

Rabot d’établi


Le rabot d'établi a une structure en bois, il est également conçu pour aplanir des pièces de bois de grande longueur (son fer est large et sa semelle de grande surface).

Guillaume


Le guillaume est un rabot en bois ou métal avec un fer plus fin. Il est utilisé entre autre pour la réalisation de rainure comme pourrait le faire une rainureuse, une défonceuse voire un ciseau à bois avec de la dextérité.

Plane de charron ou couteau à deux mains


Ce rabot permet de sortir le flashe des pièces de bois (le flashe estl’écorce restante sur les bois bruts). Il permet de travailler les pièces non régulières et la finition d'une taille àl'herminette.

Wastringue


Le wastringue est conçu également pour les pièces irrégulières mais de tailles plus petites. Il est utilisé en ébénisterie et/ou en sculpture.

Riflard


Le riflard est un rabot qui ressemble à une spatule. Il est utilisé pour la finition, pour ôter le peu de matière qui gêne lors d’un assemblage bois.

Voir le catalogue ManoMano
Ciseau à bois

Conseils pratiques pour entretenir et bien choisir son rabot

Affûtage des fers


En prévention, pensez à protéger le fer ! N’oubliez pas de brosser votre bois si celui-ci est sale ; le fer du rabot supporte mal les petits cailloux.
Pour l'entretien des fers de rabots, deux solutions : la première, l’affuter via une pierre au carbure de silicium et/ou une pierre naturelle ; la seconde, acquérir un second fer.

Conseils de choix


Pour résumer, votre rabot se choisit en fonction de vos travaux.
Qu’il soit en bois ou en métal, le rabot permet d’aplanir ou de créer des rainures sur bois. Il est conseillé de se diriger vers des rabots en métal, l’usure et le temps y laissent moins de traces.
Pour aplanir et raboter, les rabots traditionnels, riflards ou varlopes sont les alliés de l'ébéniste.
Pour creuser des rainures, on choisit un rabot guillaume, le couteau à deux mains est pour lacharpente et le wastringue pour fignoler.
Les rabotages sur des surfaces plus larges se réalisent avec le rabot électrique.
D'autres outils pour le travail du bois comme les ponceuses, les défonceuses, etc. permettent d'améliorer la finition d'une pièce de bois ou de creuser une rainure.

Voir le catalogue ManoMano
Défonceuses
Découvrez nos rabots à main !

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme, 316 guides

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier. De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel. Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide