Comment choisir son poêle à pétrole

Comment choisir son poêle à pétrole

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

316 guides

Le poêle à pétrole est un chauffage d’appoint. Poêle à pétrole à mèche et poêle à pétrole électronique Inverter se choisissent selon leur capacité de chauffe et technologie. Sécuritaire, design, à injection, à simple ou double combustion, avec ou sans odeur, suivez le guide pour bien choisir votre poêle à pétrole !

Caractéristiques importantes

  • Simple combustion
  • Double combustion
  • A injection
  • Inverter
  • A mèche
  • Electronique
  • Programmation
Découvrez nos poêles à pétrole !

L'essentiel à savoir sur les poêles à pétrole

Pour qui veut aller à l’essentiel de l’information et choisir son poêle à pétrole en moins de 3 mn, comparatif des deux technologies !

Avantages et inconvénients des poêles à pétrole à mèche et électroniques

Poêle à pétrole à mèche

Poêle à pétrole électronique

Avantages

Inconvénients

Avantages

Inconvénients

Odorant

Inodore (ou presque)

Non thermostaté

Thermostaté

Régulation peu précise de la capacité de chauffe

Régulation précise de la capacité de chauffe

Autonome (pétrole + 2 piles R20)

Besoin d’une prise de courant électrique

Peu esthétique et de couleur marron le plus souvent

Design et couleur au choix

Pas cher

Plus cher à l’achat

Changement de mèche et d’allumeur périodiquement

Peu voire pas d’entretien

Aucune programmation

Programmable

Dessus chaud

Dessus tempéré

Autonomie inférieure

Meilleure autonomie

Les différents types de poêles à pétrole

Les poêles à pétrole sont des chauffages d'appoints mobiles capables de chauffer des surfaces jusqu'à 50 m² environ.
Deux types de poêles à pétrole se distinguent : les poêles à mèche, complètement indépendants et de fonctionnement rudimentaire, et les poêles électroniques qui outre de fonctionner au pétrole nécessitent l'apport d'électricité car de technologie plus complexe et précise.

Poêle à mèche et poêle électronique ont un procédé de combustion différent.

Poêle à pétrole simple combustion


Le poêle à simple combustion est le poêle à pétrole pas cher, la solution d’entrée de gamme efficace.


Le poêle à simple combustion est un poêle à mècheavec trois boutons : un pour régler la hauteur de mèche (donc la capacité de chauffe, bouton rond), un pour l’extinction du poêle (bouton poussoir rouge), un pour l’allumage du poêle (bouton poussoir gris le plus souvent).


La mise en route d'un poêle à mèche est simple : vous réglez la hauteur de mèche (qui se remplace périodiquement), vous appuyez sur le bouton d’allumage et vous relâchez (le bouton d’allumage actionne un allumeur qui vient enflammer la mèche).


Ce type de poêle à pétrole peut aussi avoir juste deux boutons : un pour l'arrêt, un second (rond) pour la mèche et l'allumage (l'allumeur est alors actionné lorsque l'on relève la mèche).

Côté fonctionnement, la mèche du poêle est imbibée de pétrole car trempant dans une cuve sans cesse alimenter de pétrole par le réservoir relié. Le haut de mèche loge dans un brûleur à flux laminaire.
Ces brûleurs sont constitués d’un cylindre alvéolé en métal (température portée à 800° en fonctionnement) avec une bague métallique à leur extrémité et d’une protection en verre cylindrique. La bague métallique crée une post combustion permettant de baisser le taux de CO (monoxyde de carbone), température d’environ 900°.
Les poêles à pétrole à simple combustion brûlent principalement le dioxyde d’azote et chauffent à 70% par rayonnement et à 30% par convection.

Poêle à pétrole double combustion


Le poêle à pétrole double combustion est conçu sur la base du poêle à pétrole à simple combustion (fonctionnement à mèche). Un peu plus cher à l’achat car de technologie plus efficace, le poêle à pétrole à double combustion à la même configuration (2 ou 3 boutons pour l’allumage et l’extinction).

Les poêles à pétrole à double combustion présentent l’avantage d’avoir une seconde chambre de combustion, leur brûleur est dit brûleur à flamme. Le premier brûleur est identique au flux laminaire et à son extrémité un apport d’oxygène permet de brûler les gaz résultant de la première combustion à 800°.
La combustion quasi complète génère une flamme d’une température de 1200° environ dans un cylindre en verre.

De ce procédé de combustion résulte une meilleure efficacité de chauffe et un moindre rejet d’éléments toxiques dans l’air. Les poêles à pétrole à double combustion brûlent principalement le monoxyde de carbone et chauffent à 30% par rayonnement et à 70% par convection.

Poêle à pétrole électronique


Le poêle électronique est la déclinaison la plus efficace des poêles à pétrole sur le marché. Le poêle électronique permet une régulation de la températurede chauffe par thermostat et intègre un système de ventilation permettant une répartition homogène et rapide de la chaleur dans la pièce.
La majorité des poêles à pétrole électroniques peuvent être programmés sur plusieurs jours via un bandeau digital. Les poêles électroniques sont économiques, moins odorants et de meilleur design ; ils nécessitent une alimentation électrique secteur pour leur fonctionnement (soufflerie, bandeau, etc.).

Leur procédé de combustion diffère car sans mèche, la combustion est régulée par un micro-processeur. Les poêles électroniques ont un brûleur à injection et une chambre de combustion où le pétrole est injecté et où il s’auto-enflamme. Les calories produites lors de la combustion sont ensuite expulsées par lasoufflerie.

Allumeur des poêles à mèche

Les poêles à mèche s’allument via un allumeur qui fonctionne avec deux piles R20. L'allumeur ressemble à une petite ampoule sans verre muni d’une douille avec deux ergots et d’un filament qui devient incandescent à haute température (lorsqu’il est alimenté par l’électricité des piles lors de l’allumage).

L’allumeur s'insère facilement grâce à sesergots sur un bras accessible depuis l'extérieur du poêle à pétrole après avoir enlevé le brûleur. L’allumeur est une pièce d’usure et il est à changer lorsqu’il ne rougit plus suffisamment avec des piles neuves. Pour le préserver, il est conseillé de procéder à des allumages rapides (moins de 3 secondes).

Voir le catalogue ManoMano
Piles neuves

Caractéristiques techniques du poêle à pétrole

Comme vous le constaterez sur les fiches techniques despoêles à pétrole, on y trouve beaucoup de chiffres et d’unités. Cependant rassurez-vous, c’est bien plus simple que ça en a l’air. Voyons les critères de sélection !

Surface ou volume à chauffer


Pour choisir le poêle à pétrole le plus adapté, il est nécessaire de se référer à la surface ou au volume de chauffe recommandé par le poêle à pétrole et à votre propre besoin. La surface se calcule en multipliant la longueur et la largeur d’une pièce et s’exprime en, le volume en multipliant la surface par la hauteur de la pièce et s’exprime enm3.

Pour une estimation simple de la puissance de chauffe dont vous avez besoin, comptez 100 W par m² ou 0.04 kW par m3. Un poêle à pétrole de 3000 W ou 3 kW (1000 watts = 1 kilowatt) peut chauffer une pièce de 30 m² ou 75m3 (hauteur de plafond retenue de 2.50 m).

Capacité de chauffage mini/maxi


La capacité de chauffage est exprimée en kilowatts (kW) et sa valeur maxi est à dimensionner avec le volume à chauffer. Retenez que plus la valeur maximale est élevée, plus votre poêle chauffe un volume important et plus il peut chauffer rapidement une pièce d’un volume inférieur (attention toutefois à ne pas surdimensionner votre poêle à pétrole).

La capacité de chauffage oscille généralement entre 0.8 kW jusqu’à 3 kW pour les petits poêles à pétrole et de 1.5 kW à 5.5 kW pour les plus puissants. Les poêles à pétrole électroniques proposent un mode « booster » permettant d’atteindre rapidement une température souhaitée.

Hauteur de mèche


La hauteur de mèche est exprimée en millimètres et détermine la température de chauffe pour les poêles à mèche. Plus vous montez la mèche, plus ça chauffe !
Attention, si vous vous orientez vers ce type de poêle à pétrole, chaque type de poêle à pétrole possède son type de mèche. Aucune mèche n'est standard.

Autonomie

L’autonomie d’un poêle à pétrole est relative à sa puissance, son type de combustion, sa capacité de chauffe et le volume de son réservoir. L’autonomie s’exprime en heures de fonctionnement et compte un mini et un maxi.

La technologie Inverter


La technologie Inverter est l’exclusivité des poêles à pétrole électroniques, elle offre un confort thermique plus agréable en compensant les variations de températures (le poêle à pétrole augmente son rendement pour atteindre la température sélectionnée), il chauffe plus vite jusqu’à la température convoitée et se régule ensuite carthermostaté.

Cette prouesse de technologie se réalise grâce au micro-processeur du poêle à pétrole et à sa régulation électronique. En fonction du débit du combustible, la capacité de chauffe augmente ou baisse (la température convoitée se règle sur un bandeau digital sur le dessus du poêle à pétrole).
La technologie Inverter va de pair avec un système de programmation (départ différé, option de températures, cycles quotidiens, etc.).

Comme thermostatés, les poêles électroniques sont davantage économiques. Question entretien, certains modèles de poêles électroniques disposent d'un tamis dans leur chambre à combustion ; celui-ci peut être changé cependant, sa durée de vie est longue.

Consommation d’un poêle à pétrole

La consommation d'un poêle à pétrole est fonction de plusieurs critères notamment du type de brûleur, de la capacité de chauffe utilisée et dans une moindre mesure, de la qualité du pétrole.

Type de brûleur


Trois types de brûleurs se distinguent comme nous l’avons vu précédemment : à mèche simple combustion soit à brûleur à flux laminaire, à double combustion soit à brûleur à flamme ou encore àinjection avec un brûleur à injection.Sommairement, le brûleur à injection est le pluséconomique et la simple combustion consomme davantage que la double combustion.

Consommation

La consommation est exprimée en litres par heure, elle correspond à la quantité moyenne de combustible brûlée en une heure par votre poêle à pétrole. Attention cependant, la consommation doit être mise en relation avec la capacité de chauffe et le type de bruleur. En moyenne, un poêle à mèche de 3 kW consomme de 0.225 l à 0.280 l par heure ce qui correspond à une autonomie de 14 à 18 heures environ pour un réservoir de 4 litres.

Un poêle à pétrole électronique de 4 kW consomme environ de 0.1 l à 0.4 l par heure ce qui correspond à une autonomie de 18 à 70 heures environ pour un réservoir de 7.6 litres (la taille du réservoir est proportionnelle à la puissance du poêle à pétrole).

Les options sécuritaires d’un poêle à pétrole

Disons les choses clairement, dès l’instant qu’il y a combustion, le risque d’accident est présent. Un radiateur électrique sera toujours moins dangereux qu’un poêle à pétrole ou qu’un radiateur à gaz.
Cependant, les normes de sécurité imposées font que les risques sont minimisés. Certaines de ces options sont obligatoires, d’autres inhérentes à des poêles à pétrole haut de gamme :


  • une soupape de sécurité anti basculement équipe tous les poêles à pétrole, au moindre choc ou renversement le poêle s’arrête ;
  • les technologies de combustion dites complètes, comme la double combustion et l’injection électronique, réduisent au minimum les dégagements de gaz ;
  • des parois tempérées équipent certains poêles à pétrole et limitent les risques de brûlures (poêles électroniques essentiellement car le dessus des poêles à mèche est chaud) ;
  • des systèmes de contrôle d’air limitent les risques d’intoxications respiratoires car en cas de risque détecté, ces détecteurs arrêtent le poêle ;
  • des détecteurs de CO² limitent également tout risque d’intoxication en détectant toute production anormale.

Si vous n’êtes pas tranquille et que vous craignez un dysfonctionnement de votre poêle à pétrole, n’hésitez pas à équiper vos pièces de détecteurs de monoxyde de carbone et de détecteur de fumée.

Voir le catalogue ManoMano
Détecteurs de monoxyde de carbone

Les options confort d’un poêle à pétrole

Les options liées au confort sont inhérentes aux poêles à pétrole électroniques, les poêles à pétrole à mèche étant de technologie simple. Les poêles électroniques disposent en série ou en option d’une ou d’un :


  • système de détectionlaser qui permet d’arrêter le poêle en cas d’absence prolongée de mouvement dans la pièce ;
  • minuterie programmablede 24 h avec thermostat intégré ;
  • programmation sur 7 jours avec différents cycles quotidiens ;
  • mode booster qui permet d’atteindre la température souhaitée rapidement et de se réguler ensuite pour la maintenir ;
  • programme pour le maintien de la température de consigne ;
  • le verrouillage du clavier (bandeau) pour bloquer toutes les fonctionnalités ;
  • ouverture mains propres pour ne pas se salir les mains lors du dévissage du bouchon de réservoir ;
  • soupape anti-écoulement sur le réservoir pour pouvoir être déplacé sans goutter.

Conseils d'utilisation


Votre poêle à pétrole est de préférence électronique si vous avez des enfants et à mèche s’il est destiné comme chauffage d’appoint pour l’atelier ou le garage.

Aérez la pièce où le poêle à pétrole est installé.

Plus le pétrole utilisé est bon marché, plus il est odorant.

Bien que les poêles à pétrole électroniques sont dits inodores, il subsiste toujours une odeur de pétrole lors de leur fonctionnement.

Acheter un poêle à pétrole à mèche d’une marque sans suivi, c’est s’exposer à ne pas trouver de mèche de remplacement.

Déplacez votre poêle à pétrole avec précaution, avec son bouchon de cuve s'il est sans réservoir, sans quoi le pétrole déborde (certains SAV n’acceptent pas le retour des poêles à pétrole sans bouchon).

Pour en savoir plus sur les solutions de chauffage et vous aider à mieux faire votre choix, suivez les conseils de nos rédacteurs et découvrez leurs Guides :

Découvrez nos poêles à pétrole !

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme, 316 guides

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier. De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel. Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide