Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir son marteau piqueur démolisseur

Guide écrit par :
Arnold, Chercheur-bricoleur, Alsace

Arnold, Chercheur-bricoleur, Alsace

11 guides
Lorsque l'on rénove, bien souvent il faut démolir avant de construire, c'est la partie la plus fun du gros œuvre ! Pour gagner du temps sur le chantier, un marteau piqueur est l’arme idéale pour casser béton-pierre-brique. Mais pneumatique, thermique ou électrique ? Amateur de percussion, ceci est fait pour vous !

Caractéristiques importantes

  • Puissance
  • Vitesse de percussion
  • Poids
  • Electrique
  • Thermique
  • Pneumatique

Prix

de 124,00 € à 3 623,00 €

Fonctionnement d’un marteau piqueur


Un marteau piqueur est un outil proposant un système de burinage offrant une puissance de percussion capable de démolir à moindre effort. En gros, ça remplace la masse et le burin. Cet appareil est utilisé dans de nombreux domaines :
  • gros œuvre dans le bâtiment pour casser dalles de béton ou murs, façonner des tranchées ;
  • dans les travaux publics pour démolir et creuser la chaussée ;
  • la sculpture et taille de pierre pour l’artiste qui sommeille en vous ;
  • pour l’extraction minière et les carrières.
De par leur conception, ils sont plus performants à puissance équivalente qu’un perforateur ayant la fonction burinage. Précision et maniabilité sont accrues.

Cet appareil est muni de poignées et constitué d’un corps cylindrique équipé d’un piston capable de marteler à haute vitesse et forte puissance. Le piston peut être armé de différents outils : pointe, burin, spatule afin de s’adapter à vos besoins.

Le choix d’un marteau piqueur démolisseur dépend de l’utilisation, du matériau à démolir et de la fréquence d’utilisation.

Les principaux critères de sélection sont la vitesse de percussion (en coups par minute)  et la force de frappe  (en Joules).  

Une vitesse de percussion de 1 400 à 1 800 coups par minute est un bon compromis pour la plupart des travaux courants. Pour ce qui est de la force de frappe, cela dépend du poids de la machine : plus c’est lourd, plus ça cogne fort. Regardez par exemple les différents marteaux : les petits modèles sont maniables et précis, alors que les gros permettent de taper fort pour casser. C’est la même chose, il vous faut adapter votre appareil à l’utilisation que vous en aurez. Par abus de langage, les marteaux piqueurs sont donc classés selon leur poids (en kg).

Les différents types de marteau piqueur

Ce qu'il y a de bien avec les marteaux piqueurs, c'est que taille rime avec puissance et capacité à démolir.

Il existe trois grandes catégories : pneumatique, thermique ou électrique.

Marteau piqueur pneumatique

Les modèles pneumatiques sont les plus puissants mais aussi bien souvent les plus lourds. On les appelle pneumatiques car ils nécessitent un compresseur d'air. C’est effectivement l’air qui vient actionner le piston. Leur usage est réservé au très gros œuvre et aux travaux publics… pour les professionnels donc.

Néanmoins, les sculpteurs et tailleurs de pierre en utilisent des modèles plus petits et plus maniables ; alors si vous vous sentez l’âme d’un Rodin, ces petits modèles peuvent faire votre bonheur.

Plus vous opterez pour un modèle puissant, plus celui-ci aura besoin d’air donc d’un compresseur capable de fournir le débit d’air suffisant. Ce point augmente considérablement le budget des marteaux piqueurs pneumatiques. Leur utilisation est sans limite (eau, température…) tant que le compresseur peut l’alimenter.

Marteau piqueur thermique

Les modèles thermiques sont principalement utilisés dans les travaux publics. Ils sont très lourds et bruyants même sans percussion à cause du moteur qui actionne le piston. Bien évidemment, le moteur nécessite un entretien. Les gaz d’échappements font qu’il est à réserver pour un usage en extérieur.

Marteau piqueur électrique

 Les modèles électriques sont les plus répandus et polyvalents. Que vous souhaitiez casser votre vieille cheminée ou transformer une fenêtre en baie vitrée, il y a forcément un modèle pour vous. Ici le piston est entraîné par un moteur électrique de conception proche de celui d’une perceuse. Attention, il faut proscrire l’électrique si vous envisagez de casser quelque chose en milieu humide. 

La puissance du marteau piqueur à définir suivant son usage

C’est un peu comme choisir sa voiture ! Si vous voulez quelque chose de maniable, capable de passer partout et léger, prenez un petit modèle alliant légèreté et maniabilité. Un modèle jusqu’à 5 kg est suffisamment puissant et léger pour de petits travaux d’installation ou encore pour faire sauter le carrelage mural de votre salle de bain.  

Par contre si vous envisagez de casser des murs en béton armé ou encore de casser une dalle, il vous faut diriger votre choix vers un plus gros modèle capable de délivrer une force de frappe allant jusque 20 kg

En revanche, si vous voulez démolir la chaussée d’un coup de colère ou si vous venez d’acquérir une carrière, privilégiez un modèle pneumatique avec une puissance supérieure à 110 Joules. Pour les plus téméraires, il existe même des pelleteuses avec un marteau piqueur. Ces derniers modèles sont principalement utilisés pour les activités de destruction d’immeuble, terrassement ou extraction minière.

Les accessoires indispensables

Pour les modèles portatifs, le standard est le SDS-Max. Avec ce système de fixation, un outil de marque lambda peut s’adapter sur un marteau piqueur de marque beta sans aucun souci. Une mallette de transport peut également être fournie avec certains modèles ; elle permet de ranger non seulement le marteau piqueur mais également quelques accessoires : burins, câble, protection…

Maintenant pour les outils, il y a pléthore de possibilités : burin, pointe, spatule, bêche…  il y en a pour tous les goûts, toutes les tailles et toutes les formes selon ce que vous voulez faire. 

Les précautions à prendre avant et lors de l’utilisation du marteau piqueur

Bien entendu ! Tout d’abord, attention à l’eau si vous utilisez un modèle électrique.

Selon le matériau démoli, des projections et poussières peuvent être produites : là encore, protégez-vous ainsi que le chantier : lunettes ou écran de protection, masque anti-poussière, balisage, casque antibruit… mais pas seulement, portez des chaussures de sécurité capables de supporter au moins le poids de la machine.  

Comme pour percer un trou, avant tout, prenez soin de vérifier qu’il n’y ait ni câble ni conduite ou alors veillez à ce que leur alimentation (eau, gaz, électricité…) soit coupée.

A force de buriner, certaines parties du marteau piqueur peuvent atteindre des températures largement supérieures à 100°C, prenez soin de porter des vêtements adaptés ainsi que des gants pour vous éviter des brûlures en cas de contact avec ces parties lors de la manipulation de l’appareil.

Les marteaux piqueurs génèrent beaucoup de bruit, pensez donc à mettre des protections auditives adaptées (casques, boules…). Point important, vérifiez que vous pouvez faire du bruit : heures & jours.

Avant d’abattre un mur, pensez à vérifier que celui-ci n’est pas porteur ou que vous avez suffisamment étayé pour ne pas voir s’effondrer le mur sur vous ou toute autre personne présente.


Guides conseil de la thématique perceuse

Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
10 votes utiles
Guide écrit par :

Arnold, Chercheur-bricoleur, Alsace 11 guides écrits

Arnold, Chercheur-bricoleur, Alsace
Chimiste de formation et bricoleur autodidacte, je travaille dans l’industrie pharmaceutique. En tant que jeune papa de 36 ans, je bricole comme je respire : en clair, je suis un touche-à-tout.

À mon actif, j’ai déjà 5 cuisines installées, un appartement rénové et une extension de maison. Par souci économique, mon épouse et moi avons choisi l’option clos-couvert pour l’extension de maison en ossature bois : depuis 3 ans, j’ai tout fait : isolation, plaques de plâtre, électricité, ragréage, peinture, parquet, dressing, sanitaire, carrelage… bref 60 m2 entièrement réalisés seul avec mes 2 mains.

Heureusement, j’ai ma Conseillère Déco personnel car comme on dit : les goûts et les couleurs ne se discutent pas… Madame a toujours le dernier mot.

Ma devise : bons outils, bons produits, 50% du travail fini, le reste n’est que patience et minutie. A vos claviers, les bons conseils c’est par ici !

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent