Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir son interrupteur

Guide écrit par :
Jérôme, Artisan, Haute Savoie

Jérôme, Artisan, Haute Savoie

180 guides

Indispensable pour piloter un éclairage intérieur ou extérieur, un interrupteur peut être simple, double, avec minuterie, temporisé, avec témoin lumineux etc. En saillie ou encastrée, l’installation des interrupteurs est régie par la norme NF C 15-100. Bouton poussoir, va-et-vient : nos conseils pour bien choisir !

Caractéristiques importantes

  • En saillie
  • A encastrer
  • Simple ou double
  • Intérieur ou extérieur

Prix

de 1,00 € à 581,00 €

Qu’est-ce qu’un interrupteur

Un interrupteur, quel que soit son type, a un seul et unique but : établir ou interrompre une alimentation électrique. Le plus souvent, dans une installation domestique, l'interrupteur sert à commander un ou plusieurs éclairages, ou une prise de courant. Il existe toutefois de nombreuses applications comme la commande de stores ou de volets roulants, de portes automatisées ou encore de systèmes motorisés comme une pompe ou un portail motorisé.

Interrompre un courant électrique

L'interrupteur, de par sa constitution, possède une caractéristique importante pour la sécurité de l'utilisateur qui est le pouvoir de coupure. En effet, établir un contact électrique entre deux composants n'est techniquement pas très difficile. En revanche, couper cette alimentation alors que le récepteur est en fonctionnement implique d'interrompre un fort courant électrique. Les risques d'arcs électriques ou d'étincelle (voir de combustion) sont alors importants. C'est pour cela qu'un interrupteur est mécaniquement conçu pour pouvoir couper un fort courant électrique (exprimé en Ampères – A). 

Il existe une multitude de types d'interrupteurs différents : à bascule, simple ou double, à poussoir, radiocommandé, tactile, programmable, etc. Tous les interrupteurs, quel que soit leur type, doivent présentés au minimum un marquage CE (et si possible en complément un marquage NF) afin de vous garantir qu'ils fonctionnent en préservant votre sécurité, et qu'ils peuvent sans risque être installés dans une habitation.

Interrupteur en saillie ou interrupteur encastré

Dans la maison, il existe deux types d'installations différentes pour les interrupteurs : en saillie ou encastrée.

Interrupteur en saillie


Ce type d'interrupteur est souvent utilisé pour la rénovation, ou lorsque l'on désire ajouter une commande supplémentaire sur un circuit, car il est très simple à installer. En effet, il n'impose pas d'encastrer dans le mur ou la cloison les conducteurs pour alimenter l'interrupteur car tout se passe en surface. A partir de la source électrique, les fils ou le câble sont tirés dans une goulotte (gaine apparente) et le boitier de l'interrupteur se fixe directement sur le support. Le raccordement se fait à l'intérieur du boitier. Les interrupteurs en saillie répondent tout à fait aux prescriptions de la norme en matière de sécurité.

Interrupteur encastré

Plus esthétique qu'un interrupteur en saillie car tout est noyé et encastré dans le mur ou la cloison, c'est toutefois un chantier qui demande plus de temps et de travail – saignées dans le support, passage des gaines et fils, scellements, rebouchages, peinture ou papier peint, etc. Généralement, tous les logements neufs sont d'origine équipés d'interrupteurs encastrés. Les différents raccordements se font dans un boitier d’encastrement noyé dans le mur, qui sert également de support à la platine de la commande. Seule cette dernière est apparente. Si cela est correctement réalisé, ce type d'interrupteur répond aux exigences de la norme en matière de sécurité.

Interrupteur intérieur ou interrupteur extérieur

En fonction de l'environnement dans lequel il se trouve, l'interrupteur doit proposer différents types de protections : contre les contacts accidentels, contre les chocs, contre l'eau, la poussière etc. On distingue toutefois deux grandes catégories d'interrupteurs, qui doivent répondre chacune à différentes obligations les interrupteurs d’intérieur et les interrupteurs d’extérieur.

Interrupteur intérieur

Dans un logement, les risques de chocs, d'écrasement et tout autre risque mécanique sont limités. C'est pour cette raison que les boitiers et les platines des interrupteurs sont généralement en matière plastique. Seul le mécanisme interne (et donc non accessible) est métallique. En dehors de la salle de bains qui est une pièce à risque et dispose d'une réglementation adaptée, le risque d'éclaboussures ou de projections d'eau est très limité. Il n'y a donc pas d'obligation d'interrupteurs étanches à l'intérieur. Tous les circuits sont obligatoirement associés à un dispositif de protection (fusibles ou disjoncteur). En cas de problème, et si le pouvoir de coupure de l'interrupteur n'est pas suffisant, la protection, magnétique ou thermique, coupe l'alimentation.

Côté pose, un interrupteur doit être installé entre 90 et 130 cm du sol (NF C 15-100). En règle générale, la pose standard se situe vers 110 cm du sol en centre de boitier. On doit retrouver un interrupteur à l'intérieur de chaque pièce de la maison, sur le mur opposé au sens d'ouverture de la porte. Pour les commandes d'escaliers, un interrupteur doit être installé en bas et en haut des marches – souvent un système va-et-vient, un poussoir ou une minuterie.

Dans une salle de bains, il est proscrit d'installer un interrupteur à moins de 60 cm de la douche ou de la baignoire (c'est également valable pour un luminaire). Un dispositif différentiel est obligatoire (calibre 30 mA), et toutes les parties métalliques apparentes doivent être interconnectées au conducteur de terre du logement. L'indice de protection (IP) de tout l'appareillage électrique doit au minimum être de X-4 (le premier chiffre représente la protection contre la poussière, le second contre les projections d'eau, ici un minimum de 4 est demandé).

Interrupteur extérieur


Dehors, un interrupteur peut être soumis à de multiples risques. C'est pour cela que la norme en vigueur distingue intérieur et extérieur ! A l'extérieur un interrupteur doit présenter un indice de protection IP de 25 minimum. Généralement, les interrupteurs extérieurs disposent de joints pour éviter à la poussière et à l'eau de s'infiltrer à l'intérieur du boitier de raccordement. L'idéal est de s'équiper d'un appareillage d'IP 55 ou supérieur – protection optimale contre la poussière et les jets d'eau dans toutes les directions.

Contre les risques mécaniques (écrasement, arrachement, choc divers, etc.) il existe des interrupteurs spécifiques (souvent équipées de boitiers métalliques – IP 66 ou 67). Interrupteurs intérieur et interrupteurs extérieur peuvent avoir un voyant lumineux.

Quels sont les différents types d’interrupteurs / poussoirs

Interrupteur simple allumage


C'est la solution la plus simple pour commander un seul récepteur. L'interrupteur établit ou coupe l'alimentation lorsqu'on le fait changer manuellement de position (une position dite ouverte où le courant ne passe pas, une position dite fermée où le contact est établi).

Interrupteur double allumage


Il a exactement le même but et le même fonctionnement qu'un interrupteur simple allumage mais il permet de commander deux récepteurs différents depuis un seul endroit (deux luminaires différents par exemple).

Interrupteur automatique


En réalité, c'est un interrupteur simple allumage couplé à un détecteur de mouvements.
Très utilisé dans les caves et sous-sol, où dès qu'on passe la lumière d'allume – il doit toutefois être couplé à une minuterie.

Interrupteur temporisé ou minuterie


L'interrupteur temporisé est également un interrupteur simple allumage mais sur lequel on peut choisir et paramétrer le temps pendant lequel le contact sera établi (souvent par une molette). La minuterie est un système un peu plus complexe. Elle s'active à l'aide de boutons poussoirs. Ces boutons sont installés dans les lieux à éclairer et la minuterie proprement dite dans un coffret ou une armoire déportée. Le plus souvent, une molette graduée permet de régler le temps de l'éclairage après appui sur un des boutons. L'avantage et de pouvoir installer plusieurs boutons poussoirs à différents endroits mais une seule minuterie.

Interrupteur va-et-vient


Il peut être à simple ou à double allumage. Un circuit va-et-vient permet d'allumer ou d'éteindre un luminaire quel que soit la position initiale (ouverte ou fermée) des différents interrupteurs à partir du moment où on les actionne.

Interrupteur à accès sécurisé


Cet interrupteur (simple, double, voire triple positions) ne se manipule qu'une fois le mécanisme déverrouillé à l'aide d'une clé.
En dehors de la protection par serrure, c'est un interrupteur normal.

Interrupteur, télérupteur, permutateur : comment choisir

En fonction du lieu et du type de récepteur à commander, il peut être intéressant de s'équiper d'un interrupteur plus complet et plus efficace qu'un simple mécanisme à bascule manuelle.

Interrupteur à effleurement


C'est un interrupteur qui ne nécessite pas de bascule manuelle d'une position à une autre.
Le simple passage du doigt devant le capteur actionne le mécanisme et établit le contact électrique.

Télérupteur

A l'image d'une minuterie, le télérupteur est aussi un relai déporté dans un coffret ou une armoire. Un ou plusieurs boutons poussoirs lui sont associés. Lorsque l'on manipule un des boutons, le télérupteur établit le contact électrique (ex : allume un luminaire), et lorsque l'on appui à nouveau sur le bouton poussoir (ou un autre poussoir) le contact se coupe (ex : la lumière se coupe). Il est très pratique lorsque l'on veut un va-et-vient mais avec plus de deux commandes.

Permutateur

Ce type d'interrupteur à tendance à disparaître car il est techniquement plus simple de mettre en place un télérupteur. Toutefois, il s'avère indispensable lorsque l'on souhaite mettre en place un système va-et-vient à trois commandes. Il sert également (mais très rarement) lorsque l'on souhaite commander le sens de rotation d'un moteur à courant continu.

Variateur de lumière


Appelé également potentiomètre. Sans entrer dans les détails du principe de fonctionnement de la variation d'intensité, cet interrupteur sert à commander des circuits d'éclairage et permet (en plus d'allumer et d'éteindre) de régler à sa guise l'intensité lumineuse.

Commande de VMC

Interrupteur spécifique à la commande d'une VMC qui propose le plus souvent deux commandes distinctes : une commande marche / arrêt, et une commande petite / grande vitesse.

Interrupteur de volet roulant

Spécifiquement destiné à piloter stores ou volets roulants, il dispose généralement d'une position « montée » et d'une position « descente ». Certains interrupteurs proposent également une position « arrêt » pour bloquer le mécanisme en course à la hauteur souhaitée.

Guichet lumineux

Le plus souvent à bouton poussoir, la platine d'un guichet lumineux illumine également une inscription (comme « lumière » ).

Interrupteur émetteur radio

En complément d'un micromodule, cet interrupteur fonctionne sans fil. Idéal lors de travaux de rénovation (pour ne pas avoir à tirer des fils) ou lorsque l'on veut ajouter une commande dans son logement sans gros travaux.

Normes des interrupteurs

Les différents types d'interrupteurs sont soumis à des obligations, aussi bien techniques que normatives. Pour un bon fonctionnement, et pour préserver la sécurité de tous, il est important de respecter les différentes prescriptions !

Normes

La norme qui réglemente une installation électrique fonctionnant en basse tension (230 V) est la norme NF C 15-100. La dernière version en date de cette norme est de 2015. Elle détaille l'art et la manière de concevoir, de protéger et de réaliser une installation électrique, le nombre de circuits, le nombre de points d'éclairage par circuit, par pièce, etc.

5 questions/réponses sur les interrupteurs

Pourquoi un interrupteur grésille 

Le grésillement traduit un mauvais serrage des conducteurs sur les bornes à l'intérieur de l'appareillage ou que l’interrupteur a un défaut. Ce phénomène peut aussi entrainer un échauffement et/ou le fait que le disjoncteur saute. A réparer rapidement car ce dysfonctionnement peut être source d’incendie.

Pourquoi un interrupteur fait disjoncter 

Plusieurs explications sont possibles ! Soit l'interrupteur n'est pas directement concerné, mais c'est le récepteur qu'il commande qui provoque le déclenchement du disjoncteur (court-circuit par exemple). Soit lorsqu'on le manipule, un court-circuit se passe à l'intérieur de mécanisme de commande (fils mal serrés, débranchés et qui se touchent, mécanisme hors service, etc.).

Quel interrupteur choisir pour une salle de bains 

Tout en respectant les préconisations de recul concernant les salles de bains (tout appareillage doit être installé à plus de 60 cm de la baignoire ou de la douche), le minimum normatif (NF C 15-100) pour une salle de bains est de l'équipée avec un interrupteur d'un IP supérieur ou égal à X-4.

Comment brancher un interrupteur

Commencez par penser à sa sécurité ! Avant toute intervention sur une installation électrique, il faut isoler et surtout couper l'alimentation du circuit concerné (ouvrir le porte fusible ou le disjoncteur). Le principe de fonctionnement d'un interrupteur et, comme nous l'avons vu, d'établir ou d'interrompre une alimentation électrique. Pour ce faire, il faut intercaler l'interrupteur sur le conducteur qui amène le courant : la phase. L'autre conducteur (le neutre) ne fait que traverser l'interrupteur (sans rentrer dans les détails d'un interrupteur bipolaire).

Le fait de couper la phase avec le ou les contacts de l'interrupteur fait que plus aucune tension électrique n'arrive sur le récepteur (ce qui n'est pas le cas si on coupait le neutre). La norme définit la section des conducteurs à utiliser en fonction du récepteur commandé. Elle impose également une hauteur comprise entre 90 et 130 cm entre le sol est le bas de la platine.

Ne présumez pas de vos capacités, assurez-vous de toujours travailler en sécurité. Pour cela n'hésitez pas à disjoncter toute l'installation avant de faire quoi que ce soit !

Où placer un interrupteur 

Un interrupteur doit être installé entre 90 et 130 cm du sol (NF C 15-100). En règle générale, la pose standard se situe vers 110 cm du sol en centre de boitier. On doit retrouver un interrupteur à l'intérieur de chaque pièce de la maison, sur le mur opposé au sens d'ouverture de la porte. Pour les commandes d'escaliers, un interrupteur doit être installé en bas et en haut des marches (souvent un système va-et-vient, un télérupteur ou une minuterie).
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
4 votes utiles
Guide écrit par :

Jérôme, Artisan, Haute Savoie 180 guides écrits

Jérôme, Artisan, Haute Savoie
Électrotechnicien de formation, j'ai tout d'abord travaillé dans l'industrie où j'ai installé, câblé et dépanné bon nombre d'installations. Par la suite, j'ai encadré les équipes qui réalisaient ces travaux. Depuis quelques années je vole de mes propres ailes et suis artisan électricien. Avec plusieurs centaines de chantiers à mon actif, un travail bien fait et la satisfaction de mes clients sont mes priorités.

Depuis 6 ans, je restaure et agrandis un chalet au cœur de la Haute Savoie. Mon expérience en travaux et mes connaissances me rendent un fier service. Terrassement, aménagement intérieur, toiture, plomberie, électricité, tout y passe ! Nous avons, ma fille ma femme et moi, presque tout fait nous-même ! Alors répondre à vos questions, et vous orienter ou vous conseiller pour choisir vos outils ? Facile !

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent