Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir son fendeur de bûches

Guide écrit par :
Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

283 guides
Fendeur de bûches, casse-bois, fendeuse ou encore fendeuse de bois, son rôle est de fendre vos bûches ! Thermique, électrique ou hydraulique, le choix de sa motorisation est une question de stères ! Fini la hache, le merlin et le coin, place aux vérins de 7, 9, 11 voire 22 tonnes ! 

Caractéristiques importantes

  • Electrique
  • Thermique
  • Hydraulique
  • Poussée
  • Gabarit des bûches

Qu’est-ce qu’un fendeur de bûches


D’une école à l’autre, le fendeur de bûches peut prendre le nom de casse-bois, de fendeuse voire de fendeuse de bois et ce pour désigner un seul et même outil : celui qui fend vos bûches !

Le fendeur de bûches est par conséquent destiné aux professionnels exerçant une activité d'exploitation forestière ou qui est équipé d’un appareil de chauffage à bois type chaudière à bois, insert etc. Capable de fendre toute bûche sur sa longueur, le fendeur remplace de fait la hâche ainsi que la masse et le coin éclateur. 

Quels sont les différents types de fendeurs à bûches

En fonction de vos besoins, et plus concrètement du nombre de stères de bois que vous vous apprêtez à refendre chaque année, vous aurez le choix entre trois types de motorisations soit trois types de fendeurs à bûches :
  • le fendeur de bûches électrique
  • le fendeur de bûches thermique ;
  • le fendeur de bûches hydraulique.

Fendeur de bûches électrique 


La motorisation électrique est conseillée pour qui a une consommation d’environ 10 stères de bois à l’année, les fendeuses électriques sont pratiques de par leur énergie, non polluante et peu bruyante. Capables de fendre des bûches jusqu’à 40 cm de diamètre, leur vérin peut atteindre 10 tonnes, 5 tonnes (T) étant le minimum et correspondant à des bûches de 30 cm. Leur puissance varie en fonction de leurs propriétés intrinsèques et se situe entre 1500 watts (W) et 3500 W.

Fendeur de bûches thermique

Destinées pour le particulier ou le professionnel qui a un rendement supérieur à 12 stères annuels, les fendeuses thermiques sont conçues pour le débit et offrent des puissances bien plus élevées grâce à leur motorisation 4 temps. Leur poussée commence approximativement à 11 tonnes (T) pour une puissance (P) de 5.5 chevaux (cv) soit 9000 W. Les plus puissantes fendeuses développent 22 T et fendent des bûches jusqu’à 60 cm de diamètre.

Fendeur de bûches hydraulique 

Conçues pour fonctionner via la prise de force d’un tracteur, les fendeuses hydrauliques sont d’abord l’affaire des propriétaires de ce type d’engin ! Leur poussée commence généralement à 11 T ce qui correspond au refend de bûches d’environ 35 cm. Pouvant atteindre des puissances bien plus élevées, ce sont des machines robustes et fiables assurant un débit de plus de 12 stères annuels

Fendeur de bûches verticale ou fendeuse à bûche horizontale

Quelle que soit la motorisation retenue, tout fendeur de bûches peut être vertical ou horizontal. Mise au point sur ces deux ergonomies !

Fendeuse à bois horizontale
 

L’avantage réside dans le fait  que ce fendeur possède une table où vous posez la bûche ; l’inconvénient est que vous devez la déposer ce qui explicitement demande plus de manutention.
A retenir pour la fente de bûches de moins de 50 centimètres (cm) et de faible diamètre.

Fendeuse à bois verticale
 

Moins de manipulation à prévoir de fait, son utilisation est préférable pour des bûches de fort diamètre et dépassant les 50 cm de longueur.
Les fendeuses de ce type disposent souvent d’un guide pour le maintien de la bûche en position. 

Les caractéristiques principales pour choisir le meilleur fendeur de bûches


Une fois que vous avez estimé votre consommation et/ou production de bois à l’année, que vous avez évalué le gabarit de vos bûches (longueur et diamètre) et par conséquent, appréciez la puissance et la poussée nécessaires de votre fendeuse à bûches, vous êtes en mesure de comparer ces critères :
  • la durée de cycle de fendage, composée de la durée de l’aller et du retour ;
  • la taille du coin de fendage ;
  • les différentes hauteurs de fendage s’il s’agit d’une fendeuse verticale ;
  • la vitesse d’avancement - donnée proche de la durée de cycle ;
  • le nombre de Décibels (dB) - surtout pour les moteurs 4 temps ;
  • l’option tractable pour les modèles thermiques ;
  • si la table est inclinable pour les fendeurs horizontaux ;
  • la robustesse et la finition du châssis ;
  • le poids pour les modèles électriques non tractables ;
  • ses dimensions exprimées en largeur, longueur et hauteur.
D’autres spécificités sont renseignées sur les fiches constructeurs comme la capacité d’huile hydraulique (relative à la taille du vérin), son type (relatif à la viscosité), le matériau du châssis (essentiellement en acier époxy) cependant, ces informations sont d’incidences mineures comparées à celles énumérées en amont. 

5 conseils pour bien choisir son fendeur de bûches



Pour bien choisir votre fendeuse, soyez attentif sur :

  1. Le nombre de stères produits à l’année.
  2. le gabarit des bûches.
  3. La poussée exprimée en tonnes et relative au gabarit des bûches
  4. La motorisation.
  5. L’ergonomie, verticale ou horizontale.
Veillez, dans le cas d’acquisition d’un fendeur de bûches électrique, à ce que votre installation électrique soit équipée d’une protection thermique pour couper le courant en cas d’incident ! 

Et pour vous éviter des échardes, de perdre l'usage du quintus ou porter des appareils auditifs plus tôt que prévu, portez des gants de protection, des chaussures de sécurité et un casque anti-bruit ! Idem pour vos yeux, protégez-vous ! 
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
10 votes utiles
Guide écrit par :

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme 283 guides écrits

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier.

De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel.

Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide