Comment choisir son engrais

Comment choisir son engrais
Chapitres :
Guide écrit par :
Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

306 guides
Engrais organique et engrais minéral ou plutôt, engrais chimique et engrais naturel nourrissent vos sols pour une meilleure croissance de vos végétaux. Engrais complet ou engrais coup de fouet,  vous serez bientôt incollable sur l’azote, le phosphore et la potasse ! Place au fumier de cheval et au purin d’ortie !

Caractéristiques importantes

  • Organique
  • Minéral
  • Type d'action
  • Solide ou liquide
  • NPK

Quels sont les différents types d’engrais

Un engrais est un produit mêlé à la terre pour améliorer ou maintenir sa fertilité et par conséquent, la croissance et le rendement de ce qui y pousse - fleurs, légumes et fruits.  Deux types d’engrais se distinguent.

Engrais chimique 


Les engrais chimiques, appelés également engrais minéraux, incorporent à la terre des éléments nutritifs en forte concentration sous forme liquide, de granulés ou de poudre.

Engrais naturel


Les engrais naturels, dits aussi engrais organiques, conçus à partir de substance animale ou végétale, sont mêlés à la terre sous forme de mélange - comme le fumier -  ou de poudre - résidus d’os, de corne etc.- voire de liquide - lisier.

Engrais liquide ou engrais en poudre : les formes d'engrais

Le choix de la forme de l’engrais est fonction de son type, de la surface où il doit être appliqué et de l’action souhaitée. Il peut être solide ou liquide et de cet état varie sa vitesse d’action.

Engrais solide


Sous forme de poudre, granulés, billes, bâtonnets ; l’engrais se diffuse dans la terre en plusieurs semaines après épandage et dispose d’une action dite « de fond ».

Engrais liquide


Son action est dite « rapide » ou « coup de fouet » car mélangé avec de l’eau, l'engrais se diffuse en terre en quelques jours.

Comment définir les besoins en éléments nutritifs des végétaux ?


Fleurs
, plantes, arbres fruitiers et légumes ne nécessitent pas les mêmes éléments nutritifs en quantité identique car l’un peut accroitre l’enracinement alors qu’un autre la résistance au gel.
Les éléments concernés sont l’azote (N), le phosphore (P) et la potasse (K) et chacun d’eux compte des actions bien distinctes sur les végétaux.

Azote : N

L'azote agit directement sur la croissance - partie aérienne des végétaux. Il est donc favorable aux feuilles et à la tige et par conséquent aux légumes à feuilles – salade, laitue, choux etc. - et à ceux qui doivent atteindre une taille respectable pour la production de leurs fruits – poivrons, tomates etc.

Phosphore : P

Le phosphore concentre son action sur l’enracinement, la résistance et la fécondation - utile donc pour la fructification de toutes plantes à fleurs, arbres fruitiers ou encore légumes à fleurs.

Potasse : K

La potasse augmente la résistance des végétaux - parasites et gel - et favorise le développement des racines, des bulbes, des tubercules, des fleurs et des fruits.

Formule NPK


Les engrais, chimiques ou naturels, renseignent leur teneur en éléments nutritifs dans l’ordre N - P - K, soit Azote - Phosphore - Potasse.
Un engrais dit complet à la formule 15 - 15 - 15 soit 15 % de chaque élément.
Les 55 % restants sont composés de matières sèches, d’oligoéléments et d’autres éléments comme l’anhydride sulfurique ou le magnésium. Selon les moyens utilisés pour leur épandage, un masque de protection est conseillé.

Quels sont les principaux engrais minéraux et organiques


Pour bien choisir votre engrais, vous devez donc être vigilant aux besoins de la plante et à la formule N - P - K.
Aperçu des principaux engrais naturels :
  • la corne et la cendre de bois sont concentrées en potasse ;
  • le sang séché,le purin d’ortie et le fumier de cheval  sont riches en azote ;
  • les arêtes de poisson et la poudre d’os contiennent une forte teneur de phosphore.
Le choix des engrais minéraux nécessite moins de connaissance dans le sens où ils sont très souvent spécifiques à un légume, une action ou que leur composition est mentionnée par la formule N - P - K.

Conseils d'utilisation et précaution d'usage des engrais


L’usage d’engrais est délicat dans la mesure où un excédent est défavorable au bon développement des végétaux et pire, à l’environnement. Pour ne citer que les engrais azotés, un sol saturé rejette l’azote dans l’atmosphère. Le lessivage par les eaux de pluie contamine les différents cours d’eau et accélère l’eutrophisation.
Les nappes phréatiques ne sont malheureusement pas sans reste… ni la biodiversité et notre atmosphère. Vous l’avez compris, si vous utilisez des engrais chimiques, respectez les doses prescrites et ne faites pas n’importe quoi.
Les engrais minéraux peuvent être nocifs pour votre santé et pour cette raison, il est nécessaire de se protéger lors de leur application. De même, l’usage d’un pulvérisateur spécifique et dédié est une nécessité pour toute utilisation d’engrais liquide.
En fonction de leur type, les engrais sont à appliquer de quelques jours à quelques semaines avant d’obtenir le résultat escompté. N’espérez pas voir vos pieds de tomates croitre du jour au lendemain avec un engrais complet en granulés – ni même avec un engrais liquide.
Les militants du tout-bio ne favoriseront pas les poudres d’os, les arrêtes de poisson, le sang séché ou encore la tourbe  - qui n’est pas un engrais mais un terreau.  Si effectivement ces engrais sont d’origines organiques, les verts n’oublieront pas les conditions d’élevage intensif des animaux destinés à l’abattoir, la surpêche qui vide nos océans et le pillage des tourbières au détriment de la biodiversité.
Soyez cohérent, préférez le purin d’ortie et le fumier de cheval !
Guide écrit par :

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme 306 guides écrits

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme
A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier.


De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel.

Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide