Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir son décapeur thermique

Guide écrit par :
Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

283 guides
Le décapeur thermique ou pistolet à chaud, est utile pour décaper les peintures et vernis, souder, dessouder ou dégeler des canalisations. L’air chaud généré atteint facilement 600°C et le décapeur thermique peut être à gaz ou électrique

Caractéristiques importantes

  • Electrique ou à gaz
  • Débit
  • Puissance
  • Accessoires

Quelles sont les différentes utilisations d’un décapeur thermique


Un décapeur thermique est principalement utilisé pour décaper de la peinture sur des supports tels des murs, des volets ou tout autre support avant ponçage. Sa haute température lui permet également différentes utilisations :
  • réchauffement de canalisations gelées ;
  • chauffage de pièces de bois avant collage ;
  • déblocage de vis grippées ;
  • thermo-soudage divers ;
  • séchage des enduits ;
  • façonnage de matières thermo-formables – couverture goudronnée ;
  • dessoudage de circuits imprimés etc. 

Les différents types de décapeurs thermiques

Les décapeurs thermiques sont regroupés sous deux technologies : à gaz et électrique.

Décapeurs à gaz


Bien que moins utilisés, ils permettent d'être indépendant de l’électricité grâce à une cartouche de gaz - type C206 ou autre.
Les décapeurs thermiques à gaz sont plus faciles à manier - car sans fil.

Décapeur thermique électrique


Plus répandus, ils se branchent directement à une prise de courant et héritent de l'image plus sécuritaire de l'électricité face au gaz. Pour un meilleur champ d’action, l’utilisation d’un prolongateur électrique est nécessaire.

Les caractéristiques des décapeurs thermiques

Un décapeur thermique ne compte que peu de critères tant sa mécanique est simple néanmoins, il est conseillé d’être vigilant sur sa puissance, son débit d'air chaud et le réglage de température. 

Puissance


Exprimée en Watts (W), la puissance définit la température atteignable - entre 1 500 et plus de 2 300 W. Plus elle est importante, plus l’action sur la peinture à décaper est rapide et par conséquent facile à enlever. 

Soyez toutefois attentif, ne vous endormez pas sur le support au risque de l’endommager, le faire fondre ou l’enflammer !

Débit d'air chaud

Exprimé en litres par minute (l/min), il influe la vitesse à laquelle la température atteint la surface.
Il est généralement de 500l/mn et peut être réglable (2 voire 3 positions) en fonction des modèles.

Réglage de température

Indispensable pour qui a un usage polyvalent du décapeur (soudure, cintrage etc.) – souvent 3 réglages : 50, 400 et 600°C. Les décapeurs hauts de gamme disposent même d’affichage à cristaux liquides.

Décapeur thermique : des accessoires et des utilisations


Les accessoires sont fonction des utilisations projetées. Tout décapeur thermique est généralement livré avec une/un :
  • racloir pour conjuguer raclage et chauffage ;
  • buse à découper pour mieux localiser la chaleur produite ;
  • buse coudée réflectrice pour dégivrer, cintrer ou encore souder ;
  • buse de réduction pour souder.
L’ensemble de ces accessoires permet de localiser l’air chaud et facilite ainsi des utilisations plus spécifiques comme énumérées en amont.

Choisir le meilleur décapeur thermique


Le choix de votre décapeur thermique se tourne principalement sur deux points :
  • l’énergie, si vous disposez ou non de l’électricité sur votre chantier ;
  • l’utilisation projetée.  
Certains décapeurs disposent :
  • de l’option anti-surchauffe ;
  • d’une poignée ergonomique ;
  • d’un sac ou valise de transport…          
Les travaux et la fréquence d’utilisation déterminent l’utilité des accessoires et le niveau de finition exigée

Utilisez des EPI : gants, lunettes et masque de protection sont obligatoires !

Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
3 votes utiles
Guide écrit par :

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme 283 guides écrits

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier.

De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel.

Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide