Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir son composteur

Guide écrit par :
Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var

Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var

37 guides
Composter ses déchets organiques et minéraux permet de produire un fertilisant gratuit pour le jardin. Bac à compost, composteur rotatif et lombricompost permettent de faire du compost utilisable en culture bio. Composteur bois ou composteur plastique : les meilleurs conseils pour choisir et réussir son compost. 

Caractéristiques importantes

  • Matériaux
  • Type
  • Ouverture
  • Budget

Prix

de 17,00 € à 209,00 €

Les caractéristiques des composteurs


Le composteur est un contenant qui permet de stocker des déchets, organiques et minéraux, dont la fermentation permet de produire du compost. Ce procédé permet d’élaborer de façon totalement naturelle un fertilisant utilisable directement dans les cultures. Cette méthode économique est utilisée au jardin particulier grâce à un outil, le composteur, spécialement conçu pour le compostage à petite échelle.
 

Les ouvertures 

Quel que soit le composteur choisi, celui-ci doit présenter certaines caractéristiques. Pour être pratique et efficace, il doit être muni d’ouvertures pour :
  • récupérer le compost mûr ;
  • aérer le tas de compost ;
  • permettre de remuer facilement le tas.


Le matériau 

Le composteur peut être en bois ou en plastique. Il existe également des modèles en plastique recyclé, plus écologique. Pour le lombricomposteur, la matière choisie doit être opaque car le ver rouge déteste la lumière


Prix d’un composteur 

Les composteurs en bois sont plus chers que ceux en plastique mais de meilleure qualité. Les composteurs plastiques, d’une durée de vie plus importante, sont cependant moins esthétiques et moins écologiques. Les prix des composteurs s’étendent de 25 à plus de 200 euros ; leur volume, le matériau mais aussi leur nombre impactent leur prix.
 
La mise en place du compostage ne nécessite pas seulement l’achat d’un composteur. Certains achats annexes (achats de vers, chaux, etc.) peuvent représenter une dépense supplémentaire significative. Il est donc important de bien préparer ses achats avant de se lancer pour éviter les mauvaises surprises.

Les 3 types de composteurs

Le choix d’un composteur dépend de la méthode envisagée pour produire du compost.
Il est possible d’opter pour l’un des trois outils suivants :
  • Le bac à compost
  • Le lombricompost
  • Le composteur rotatif 


1.Le bac à compost 

Le bac à compost se présente sous la forme d’un contenant, cubique ou cylindrique, en bois ou en plastique. L’avantage de la version en bois est d’être plus isolant et de moins faire subir au compost les variations de température. Moins esthétique que le bac à compost en bois, la version plastique est cependant plus résistante sur la durée. Elle est aussi plus économique. Le bac à compost est le système de compostage le plus économique du marché.

         
2.Le composteur rotatif 

Le composteur rotatif se présente sous la forme d’un cylindre monté sur pieds ou sur roulettes. Il est muni d’une manivelle qui permet de le faire tourner sur lui-même. Ce procédé permet d’éviter la corvée du mélange, indispensable à un bon compostage. Le principal avantage du composteur rotatif est de permettre une maturité plus rapide du compost. Son inconvénient majeur est d’être plus onéreux qu’un bac à compost classique.

         
3. Le lombricompost

Le lombricompostage est une technique particulière qui consiste à élever des vers rouges. Ces derniers sont nourris avec des déchets organiques quotidiens qui sont ensuite digérés, puis transformés en matière fécale. Ces excréments sont un excellent fertilisant.
 
Le lombricomposteur se présente sous la forme d’un contenant à quatre étages, en bois ou en plastique. Il se décompose en 4 étages. 
  • Au 4ème étage : un bac permet d’ajouter de nouveaux déchets organiques.
  • Au 3ème étage : un bac contient les matières organiques en décomposition.
  • Au 2ème étage : un bac contient le compost mûr, prêt à l’emploi.
  • Au rez-de-chaussée : un bac équipé d’un robinet permet de recueillir le jus du compost qu’il faut ensuite stocker afin qu’il continue à mûrir.
Le principal avantage du lombricomposteur est de produire un compost d’excellente qualité. Son principal inconvénient est d’être assez onéreux, mais il est possible d’en confectionner un soi-même.

Les 8 meilleurs conseils pour réussir son compost


Vous vous lancez dans le compostage et craignez l’échec ? Voici quelques conseils avisés pour éviter les erreurs et optimiser les chances de réussite.
  • Conseil n°1 : recouvrir le composteur de paille. Pendant l’hiver, le compost sera protégé du froid. Pendant l’été, il sera protégé de la sécheresse.
  • Conseil n° 2 : les déchets organiques de viande ou de poissons sont à éviter car ils produisent des asticots.
  • Conseil n° 3 : privilégier les déchets verts non traités (feuilles, branches, fruits, légumes), le marc de café, le thé, les graines.
  • Conseil n°4 : il est impératif de ne pas mettre de plastique, de bois traité (palettes, déchets de charpente, meuble, etc.), de tissus synthétiques (tout ce qui contient du pétrole), ni de sable. En revanche, les déchets de cellulose comme les rouleaux de papier toilette ou les essuie-tout sont très appréciés des lombrics.
  • Conseil n°5 : équilibrer les apports entre déchets chargés en carbone et ceux chargés en azote.
  • Conseil n°6 : il est possible de booster la décomposition du compost avec un ajout de cendre qui élimine les insectes intrusifs et/ou d’ortie qui permet une montée plus rapide de la température du compost.
  • Conseil n°7 : touiller le compost qui a besoin d’oxygène pour se décomposer.
  • Conseil n°8 : le tas en décomposition peut dégager une odeur nauséabonde. Un emplacement isolé au fond du jardin est préférable pour éviter les désagréments. Seul le lombricompost peut être installé dans la maison.
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
4 votes utiles
Guide écrit par :

Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var 37 guides écrits

Christelle, micro-entrepreneuse dans le jardinage, Var
De cadre dans le transport de déchets, je suis devenue agricultrice spécialisée dans le maraîchage biologique. Diplômée d'un bac professionnel en Agronomie, option Productions Horticoles, j'ai tenté pendant plusieurs années de m'installer en tant que jeune agricultrice dans la belle région du Var.
 
Après de nombreuses déceptions, je me suis finalement lancée en tant que micro-entrepreneuse dans le service à domicile, notamment dans le jardinage, assistée par mon tendre et cher mari. Passionnée de nature et de plantes sauvages comestibles, je suis très attentive aux solutions écologiques respectueuses de notre environnement dans tous les aspects de ma vie quotidienne.
 
Du potager aux massifs fleuris, du semis à la récolte, j'ai toutes sortes de conseils dans mes tiroirs ! N'hésitez pas à me poser vos questions !

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent