Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir ses pinceaux

Guide écrit par :
Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

283 guides
Pinceau plat ou pinceau à rechampir ? Pinceau spalter, pour pochoir ou coudé pour radiateurs ? A poils synthétiques ou de soie ? Pour l’application de vos lasures, vernis et peintures : un pinceau est indispensable !   

Caractéristiques importantes

  • Plat
  • A rechampir
  • Spalter
  • Coudé
  • Fibre

Prix

de 1,00 € à 129,00 €

Quels sont les différents types de pinceaux

Un pinceau se choisit en fonction du produit à appliquer : peinture bois ou lasure, peinture pour radiateur, peinture fer etc. mais aussi les produits spécifiques à un traitement de support comme les antirouilles, les traitement bois etc.

La qualité d'un pinceau s’observe par sa capacité à ne pas perdre de poils - ce qui améliore le rendu –,  par sa densité, sa nature et la qualité et l'ergonomie de son manche. Les formes et les tailles des pinceaux sont variées et ces dernières sont élaborées en fonction des travaux à effectuer. On distingue cinq types de pinceaux.

Pinceau à rechampir

Pinceau à rechampir
Le pinceau à rechampir est de forme ronde, il est utile pour peindre efficacement les angles ou les surfaces travaillées - moulures etc.

Pinceau plat

Pinceau plat
Le pinceau plat est de forme rectangulaire, il dispose d’une forte capacité d’absorption liquide.
Il est principalement utilisé pour les surfaces planes et en relief de moyenne surface.

Pinceau spalter

Pinceaux plats
Le pinceau spalter est un pinceau plat très large spécialement conçu pour les grandes surfaces quel que soit le support.  

Pinceau coudé

Pinceau coudé
Le pinceau coudé, appelé également pinceau pour accès difficiles ou pinceau pour radiateurs.
Ce pinceau est coudé en bout pour lui permettre d'accéder aux éléments des anciens radiateurs à eau chaudes (type accordéon).

Pinceau pour pochoir

Pinceau pochoir
Le pinceau pour pochoir est un pinceau rond de petite taille. Comme son nom l'indique, il est utilisé en décoration avec des pochoirs

Pinceau : poils synthétiques ou poils naturels

Indépendamment de leur densité, le choix des poils est à ne pas négliger pour bénéficier d’un bon rendu.

Poils synthétiques


Synthétiques car conçus avec du nylon, du perlon et du polyester. La fibre de ses poils est douce, souple et résistante. 
Les poils synthétiques sont à préférer pour les peintures glycérophtaliques, lasures et vernis du fait qu’ils sont plus résistants aux produits solvantés – dilution et nettoyage.

Poils naturels

Les poils de ces pinceaux sont en soie ; ils sont davantage élastiques et résistants et permettent une bonne accroche – résistent moins aux solvants de nettoyage. Les poils naturels offrent un meilleur rendu à densité égale – effet lisse.

Manche, virole et garnissage : caractéristiques qualitatives ?


  • Le manche des pinceaux peut être en bois, plastique ou bi-matière - ces deux derniers se nettoient plus facilement.    
  • La virole, pièce métallique qui cercle les poils, peut être en acier ou en inox – ce dernier matériau est à privilégier puisqu’inoxydable.
  • Certains pinceaux offrent un garnissage composé de poils en soie et synthétiques.
  • Si vous voulez que vos pinceaux durent dans le temps, pensez à bien les nettoyer et surtout, à bien les rincer lorsque vous avez utilisé un solvant ou du white spirit !
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
0 votes utiles
Guide écrit par :

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme 283 guides écrits

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier.

De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel.

Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent