Comment choisir ses outils pour désherber

Comment choisir ses outils pour désherber

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

316 guides

Pour désherber mécaniquement son jardin, son allée ou un parc, désherbeur, binette et couteau-extirpateur sont là pour vous accompagner ! Du simple grattoir à la canne désherbante appelée désherbeur, plus aucune mauvaise herbe ne poussera à côté de vos fleurs. Adieu les pissenlits !

Caractéristiques importantes

  • Binette
  • Grattoir
  • Couteau extirpateur
  • Désherbeur mécanique
  • Qualité
Découvrez nos outils pour désherber !

Importance du désherbage pour le jardin


Vous pourriez à ce sujet rétorquer que le propre d’un jardin, c’est quand même bien d’accueillir des plantes et que passer son temps à lutter contre quelques spécimens non-désirés, c’est finalement beaucoup de travail pour pas grand-chose.
Taratata, billevesées et coquecigrues que tout ceci ! En réalité, dans le cadre d’un espace de culture optimisé et rudement sélectionné comme un jardin, ledésherbage est primordial.

En effet, il s’agit tout de même de favoriser, dans la mesure du possible, les plantes qui nous seront utiles, tant esthétiquement qu’au niveau alimentaire. Or, c’est bien là le problème. Dans la « nature naturelle », celle où la main de l’homme ne met pas les pieds, les espèces végétales peuvent être en osmose les unes avec les autres … mais peuvent aussi être en concurrence pour l’espace, la lumière, l’eau ou encore les minéraux du sol ! Dans ce cas, les conflits territoriaux entre végétaux ont tendance à s’équilibrer sans notre aide, à grands coups de « lutte pour la survie ». Cependant, vous n’apprendrez rien en lisant qu’un jardin aime bien l’osmose mais beaucoup moins la concurrence.

Quant aux jardiniers, ils n’apprécient pas vraiment que le chiendent l’emporte sur leurs précieux iris. Il faut également noter que la plupart des plantes indésirables dans nos jardins ont une fâcheuse tendance à se reproduire très vite et à devenir ainsi rapidement envahissantes. Et là, niveau concurrence, ça devient carrément déloyal ! C’est pourquoi, mauvais joueurs que nous sommes, nous trichons (juste un peu) avec l’ordre naturel, en favorisant nos petits préférés grâce au désherbage.

Les outils pour désherber le jardin à la main

Le désherbage est une opération qui doit idéalement être effectuée aussi souvent que l’ameublissement de votre sol. En effet, désherbage régulier rime avec désherbage aisé. Il est bien plus facile de s’attaquer à des plantules (des jeunes pousses) qu’à des végétaux déjà bien enracinés.

Pour le désherbage de plantes déjà bien enracinées, en plus d’être difficile à atteindre en profondeur, il est nécessaire d’enlever le maximum de racines pour éviter les repousses ou les effets de multiplication. Pour remplir cette mission, vous pouvez utiliser différents outils pour désherber tels : la binette, le désherbeur manuel, le couteau-extirpateur et le désherbeur thermique.

Binette


La binette, utilisée comme un sarcloir, supprime les plantules et les végétaux plus coriaces. Vous trouverez la binette à manche long ou court, selon vos préférences et votre besoin de précision.
Selon la robustesse de sa lame, vous pourrez aller chercher plus ou moins profondément les racines des mauvaises herbes et donc avoir un effet sur une végétation que le sarcloir, plus efficace sur les plantules et les végétaux peu enracinés, a généralement plus de mal à éradiquer.

Désherbeur manuel


Il se caractérise par sa facilité et son confort d’utilisation. En effet, vous n’aurez nul besoin de vous baisser pour désherber grâce à un long manche de manutention qui vous permettra de rester debout durant l’opération de désherbage.
Vous trouverez trois types de désherbeurs : les désherbeurs mécaniques, chimiques ou électriques.

Désherbeur manuel chimique


Il n’est en fait qu’un applicateur télescopique, qui vous permet de déposer sur les adventices une dose de désherbant (que l'on préfère bio évidemment).
L’atout de ce type de désherbeur, qui n'est ni plus ni moins qu'un pulvérisateur, est qu’il ne laisse aucune partie de la plante vivante et ne permet donc pas la repousse ou les effets de multiplication.

Désherbeur manuel électrique à brosse


Il est, quant à lui, plutôt destiné au désherbage des allées et chemins de votre jardin.
Sous l’action d’une brosse rotative puissante, il enlève en plus des mauvaises herbes, la terre logée dans les interstices de vos dallages, ceci afin d’éviter les repousses futures.

Désherbeur thermique


Cet outil fonctionne un peu comme un gros chalumeau alimenté au butane ou au propane.
Il ne carbonise cependant pas l’adventice, mais lui administre en fait un choc thermique violent dont elle ne se remettra pas.
Vous pouvez, grâce à ce dispositif, traiter en peu de temps et sans aucun effort, de (relativement) grandes surfaces (on n’a pas encore inventé le désherbeur lance-flamme quand même ! ).
A contrario, vous pouvez aussi cibler votre action sur des végétaux bien précis en modulant la portée de la flamme.

Couteau-extirpateur


Aussi appelé couteau désherbeur. C’est un outil adapté pour un désherbage localisé, de végétaux dont le système racinaire est coriace et épais.
Il agit en trois temps grâce à la forme particulière de sa lame : premièrement, il s’insère dans la terre jusqu’à la racine, deuxièmement, il sectionne la racine et troisièmement, il arrache la plante.

Grattoir


Le grattoir est un outil léger composé d’une lame tranchante d’une dizaine de centimètres. Idéal pour désherber les allées.
La lame est le plus souvent en acier trempé et fixée en bout d’un long manche rectiligne.

Voir le catalogue ManoMano
Couteau désherbeur

Les instruments conçus pour le désherbage d’entretien


Si vous désherbez régulièrement, vous ne devriez pas avoir à utiliser fréquemment les outils précédents.
Comme nous l’avons dit plus haut, désherbage régulier rime avec désherbage aisé.
Le désherbage d’entretien, comme l’indique son nom, a pour fonction de conserver dans votre jardin ou potager, les conditions idéales pour le confort de vos plants au quotidien.

Il s’agit de s’attaquer aux plantules des adventices, pendant la période où elles sont le plus fragiles. Ceci permet d’avoir un maximum de résultats pour un minimum d’efforts. On procède pour ceci à un sarclage, avec l’outil idéal, qu’est le sarcloir.

D’une utilisation simple et nécessitant un moindre investissement musculaire, la lame du sarcloir n’agit que sur la couche superficielle du sol (environ un centimètre), sous l’effet d’un mouvement de va-et-vient, pousser / tirer. Il empêche ainsi la levée future des plantules, d’une coupe nette derrière les oreilles !

D’autres outils peuvent avoir le même effet que le sarcloir, tels qu’une griffe sarcleuse, une ratissoire, un racloir, un grattoir ou éventuellement une binette (elle est décidément partout celle-là !) ou une houe utilisée de façon adéquate.

Voir le catalogue ManoMano
Houe

Les critères influents sur le prix d’un outil

Certains critères peuvent avoir une incidence sur la qualité de l’outil et par ricochet son prix.

Manche


S’il est inclus, son type, sa nature et sa longueur conditionne en partie le prix de l'outil.Choisissez bien votre manche pour ne pas avoir à le remplacer et pour votre confort de travail.

L’outil


La qualité et l’épaisseur de l’acier, s’il est moulé (d’une pièce) ou soudé (deux pièces) justifie la qualité de l'outil et son entretien.

Marque

La marque est référente d’une qualité car conforme à un cahier des charges précis.

Conseils sur l'entretien de ses outils


N’hésitez pas à vous procurer différents outils de désherbage et s’ils peuvent ameublir le sol dans le même temps, c’est mieux ! Les effets des deux actions se complètent et s’additionnent.

Entretenez vos outils durant l’hiver et préférezles outils forgés aux soudés, les premiers sont bien plus résistants !

Découvrez nos outils pour désherber !

Guide écrit par:

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme, 316 guides

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier. De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel. Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide