Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir ses caméras de vidéosurveillance

Guide écrit par :
Jean-François, Bricoleur & développeur informatique, Les Yvelines

Jean-François, Bricoleur & développeur informatique, Les Yvelines

58 guides
Parmi les solutions pour sécuriser votre domicile, intéressons-nous à la vidéosurveillance. Assurer une surveillance périmétrique, volumétrique via des détecteurs est top niveau sécurité ! Pour peu que vos ouvertures soient sécurisées, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. Zoom sur les caméras !

Caractéristiques importantes

  • Type d'installation
  • Distance focale
  • Caméra analogique
  • Caméra IP
  • Résolution
  • Objectif

Prix

de 20,00 € à 1 968,00 €

La vidéosurveillance, un dispositif de sécurité pratique et efficace


Il s’agit d’un réseau constitué de caméras judicieusement placées et reliées à une centrale enregistreuse (à domicile) ou à un moniteur de visualisation pour surveiller les points de passages et les biens qui ont de la valeur ou qui nécessitent une surveillance (ouvrants, jardin, véhicule, etc.). Une passerelle internet au travers d’une box internet ou d’une clé 3G permet la consultation à distance, par vous-même ou par une société de sécurité. Souriez, vous allez filmer !

Les 4 types d'installation

Factice, à vision locale, à vision mobile, ou encore à vision mobile et locale, chaque type d’installation propose des avantages spécifiques. Il convient ainsi de le choisir en fonction de vos besoins et du degré de surveillance que vous souhaitez.

L'installation factice


Une installation factice conçue pour dissuader toute intrusion ; vous pouvez également la cumuler à une vraie surveillance et avec de vraies caméras.

L'installation à vision locale


Une installation à vision locale avec des caméras qui vous renvoient l’image sur votre ordinateur, votre téléviseur ou un écran quelconque à votre domicile.

L'installation à vision mobile


Une installation à vision mobile avec des caméras IP qui vous renvoient en temps réel les images filmées sur votre smartphone ou votre ordinateur (nécessité d’une connexion internet 3G). Solution top pour surveiller ses biens en vacances !

L'installation à vision mobile et locale

Une installation à vision mobile et locale, composée sur mesure pour une meilleure protection et pour répondre à toutes les exigences.

Bien que les caméras soient indépendantes à l’installation, il est nécessaire de la considérer pour mieux orienter son choix. Bien entendu, certaines caméras sont fixes et d’autres motorisées.

Conseils malins : faites un plan de la zone à surveiller, estimez les champs nécessaires en vous rendant sur les lieux des futures implantations, jugez l’utilité ou la non-utilité de caméras motorisées, appréciez l’exposition aux intempéries, projetez les possibilités de raccordements (si réseau filaire retenu) et anticipez d’éventuels actes de vandalisme (protection des caméras).

Lexique des termes techniques


Comme vous l’avez sans doute remarqué, les termes techniques ne manquent pas.
  • Angle de vision : comme pour l’œil, l’angle de vision détermine le champ de ce que va voir (filmer) la caméra.
  • Objectif : détermine l’angle de vision de la caméra. Plus il est grand, plus le champ de vision est étroit et plus on voit loin ; plus il est petit plus le champ est large. Ils ont une taille allant de 2.5 mm à 100 mm.
  • Focale : grosso modo, la distance focale (exprimée en mm) représente la distance entre le foyer et le plan de formation de l’image. Lorsque l’on augmente la distance focale, le champ de vision est réduit (25mm : grand angle ; 50mm : standard).
  • Lentille : converge ou diverge la lumière, définit la trajectoire.
  • L’ouverture : appelée aussi diaphragme, ajuste le flux lumineux transmis par l’objectif.
  • Capteur d’image : permet à la caméra de capter le signal lumineux. Les capteurs CCD offrent une meilleure définition que les CMOS.
  • Chipset : gère les flux de données et permet de transformer le signal lumineux en image distincte et précise.
  • Compression : compresse des données dans le but de les réduire au minimum pour générer de l’espace de stockage. Ces compressions ont différents formats, les plus connus sont MJPEG, PEG4, H124, certaines caméras en cumulent deux. MJPEG est davantage approprié pour les caméras à détecteurs de mouvement.
  • Encodage : relatif à la transformation de la vidéo en format informatique.
  • Balayage : concerne la netteté de l’image.
  • Luminosité (Lux) : quantité de lumière minimum pour que la caméra puisse filmer. La luminosité se mesure en Lux, de 0 à 50 000 ; 0 correspondant à l’obscurité totale et 50 000 au maximum de luminosité atteignable. Le chiffre donné dans les caractéristiques d’une caméra correspond au « à partir de ».
  • Balance des blancs : système qui corrige la coloration de l’image.
  • Degré de protection : norme assurant l’étanchéité d’un équipement. Si vous ne devez retenir qu’un chiffre, les modèles étanches sont IP66.
  • UPnP : permet d’avoir la retransmission en temps réel vers un téléviseur ou un multimédia.

Bien choisir la focale


En fonction de l’implantation de votre caméra, le choix de la focale est déterminant car c’est celle-ci qui détermine la zone couverte. Retenez les caractéristiques suivantes pour une focale de :
  • 2.1 mm filme à 6 mètres de distance une scène de 14 mètres de large ;
  • 2.8 mm filme à 8 mètres de distance une scène de 14 mètres de large ;
  • 3.6 mm filme à 10 mètres de distance une scène de 14 mètres de large ;
  • 6 mm filme à 18 mètres de distance une scène de 14 mètres de large ;
  • 12 mm filme à 24 mètres de distance une scène de 10 mètres de large.
Sachez qu’il existe des focales variables, encore mieux si l’on n’est pas sûr de la destination de la caméra, si l’on est amené à la changer d’emplacement ou si l’on veut modifier sa zone de surveillance.

Interprétation des chiffres pour connaître le degré de protection


On retrouve dans tout appareillage électrique et électronique destiné à l’extérieur le code IP suivi de deux chiffres.
Les chiffres déclinés derrière les deux lettres représentent un degré de protection face aux intempéries auxquelles l’appareillage est soumis. Pour lire ce degré, il vous suffit donc d’interpréter les deux chiffres :

Le premier 

  • 0, aucune protection ;
  • 1, protection contre tout corps solide supérieur à 50 mm ;
  • 2, protection contre tout corps solide supérieur à 12,5 mm ;
  • 3, protection contre tout corps solide supérieur à 2.5 mm ;
  • 4, protection contre tout corps solide supérieur à 1 mm ;
  • 5, protection contre les poussières ;
  • 6, protection contre toute poussière.

Le second 

  • 0, aucune protection ;
  • 1, protection contre la condensation ;
  • 2, protection contre une chute en faible quantité de goutte d’eau jusqu’à 15° de la verticale ;
  • 3, protection contre la pluie jusqu’à 60° de la verticale ;
  • 4, protection contre toute projection d’eau de toute direction ;
  • 5, protection contre tout jet d’eau ;
  • 6, protection contre toute projection type paquet de mer ;
  • 7, protection contre une immersion de courte durée ;
  • 8, protection contre l’immersion permanente.
Il ne vous reste plus qu’à associer les deux définitions pour connaitre le degré de protection de votre caméra –et de tout appareillage électrique ! 

Caméra avec ou sans fil

Caméra avec ou sans fil

Certaines caméras envoient les images via un réseau filaire tandis que d'autres sont sans-fil.

Les premières sont les plus fiables mais peuvent nécessiter de lourds travaux d'installation.

Les secondes ont une portée maximale au-delà de laquelle le signal s’affaiblit trop pour assurer son rôle. Cette portée est indiquée pour un espace sans obstacle, elle peut être fortement diminuée par la présence de murs, particulièrement ceux en béton armé ou les plus épais des anciennes constructions.

Caméra analogique ou caméra IP


Les caméras analogiques sont les plus anciennes. Elles envoient les images telles quelles à la centrale qui les enregistre. 



Les caméras IP (Protocole Internet) filment dans un format numérique compressé qui est envoyé sur un réseau Ethernet (câble informatique constitué de quatre paires de fils torsadées) ou en Wifi à une centrale de surveillance ou d'enregistrement. Ces images peuvent aussi être regardées à distance si vous disposez d'un accès internet.
 
Le champ des caméras motorisées peut alors être réglé à l'envie et il est même possible d'entendre ce qui se passe chez vous pour peu qu’elles disposent d'un micro intégré. Il existe des caméras qui offrent directement la consultation à distance. Rassurez-vous, ce genre de dispositif est sécurisé afin de ne pas vous faire espionner par vos propres moyens ! Certaines caméras disposent de ports pour insérer des cartes SD. Une telle caméra peut ainsi enregistrer des images de manière autonome.

A noter qu'une centrale d'enregistrement analogique a un nombre de ports de caméra limité et qu’il faut donc en choisir une qui permet de brancher au moins le nombre de caméras prévues dans votre installation analogique. Pensez-y !
 
Cette limitation est moindre sur une centrale d'enregistrement IP puisque l’on peut connecter de nombreuses caméras IP au réseau du même nom.

Zoom sur les résolutions d’images


La résolution est directement reliée à la finesse de l'image. Plus la résolution est élevée, plus les vidéos sont facilement exploitables car vous y voyez plus de détails. Les résolutions des caméras analogiques vont de 420 lignes à 1 000 lignes pour les caméras haute-définition.

Quant aux caméras numériques, elles offrent les résolutions suivantes :
  • VGA 640 x 480 px (pixels) ;
  • SVGA : 800 x 600 px ;
  • HD 720P : 1280 x 720px ;
  • HD 1080P : 1600 x 1200px ;
  • HD 3 mégapixels : 2048 x 1536px ;
  • HD 5 mégapixels : 2560 x 2048px.
Pour résumer, HD 5 mégapixels offre une super qualité d’image et VGA 640 x 480 pixels une image pixélisée (composée de petits carrés qui altèrent la qualité d’image donc d’identification). Il est bien de privilégier une résolution HD à une résolution SD (les formats 480i et 576i font partie de ces résolutions analogiques) car les premières offrent une bien meilleure résolution puisque haute-définition. 

Le point sur l’objectif


Les objectifs des caméras ont une focale de 2.5 mm à 100 mm. Plus la taille d'objectif est grande, plus le champ de vision est étroit et plus vous pouvez voir loin. A l'inverse, un petit objectif, aussi appelé grand angle, permet de bénéficier d’une image large ; le point noir, vous ne verrez peut-être pas certains détails.

Les focales fixes sont moins chères mais ne permettent pas de zoomer sur les éléments qui vous intéressent, contrairement aux focales variables.

Caméra et alimentation

Les caméras doivent toujours être reliées à une source de courant électrique. On trouve des caméras 12V, 24V ou parfois en 220V. Ces dernières doivent être dans un boitier étanche en cas d'utilisation extérieure afin d'éviter les courts-circuits. Ce type de boitier est d'ailleurs une protection efficace contre le vandalisme.

Notez que certaines caméras IP sont compatibles PoE, Power over Ethernet, qui signifie que le câble RJ45 qui transporte les données transporte aussi l'électricité pour la caméra, à condition d'avoir un routeur (élément d’un réseau informatique) lui aussi compatible PoE.

Les avantages de la caméra nyctalope

Certaines caméras sont nyctalopes. Elles sont conçues pour voir dans l’obscurité. Elles passent en mode nuit lorsque la lumière devient trop faible. Les images sont alors en noir et blanc.

Le principe de fonctionnement est très simple : des LED situées autour de l'objectif viennent illuminer la scène. La distance à laquelle ces LED éclairent varie d'un modèle à un autre. C'est pourquoi, il convient de vérifier que la distance de fonctionnement de nuit de la caméra que vous convoitez correspond à la distance de la caméra à la scène à filmer.

Les réglementations sur la vidéosurveillance


Toute installation de vidéosurveillance fait l'objet d'une déclaration à la CNIL dans laquelle on doit justifier l'installation, la décrire techniquement et préciser les modalités d'enregistrement.

Si cette installation surveille un lieu destiné à accueillir du public, ou filme un lieu public, même partiellement, l'installation doit en outre faire l'objet d'une déclaration en préfecture (qui est valable 5 ans et qui est donc à renouveler).

Cette déclaration devra être accompagnée, entre autre, d'un formulaire CERFA rempli en bonne et due forme, d'un plan d'implantation des caméras, de la signalétique relative à la vidéosurveillance. Renseignez-vous bien au sujet des pièces à fournir avant de soumettre votre demande, sous peine de vous voir refuser l'autorisation de mettre en place la vidéosurveillance.

La durée de détention des images varie de 7 à 30 jours en fonction des préfectures. Il faudra là aussi vous renseigner le jour J et ne filmez pas en dehors de chez vous !

Caméra espion pour une surveillance supplémentaire


Les caméras espions peuvent être intégrées dans un stylo, un briquet, une horloge, une montre, un radio réveil, etc. Pratique pour une surveillance d’appoint mais rien à voir avec les caméras décrites ci-dessus.

Si certains modèles peuvent être reliés à un système de surveillance, la majorité de ces caméras est autonome et indépendante.

Bien choisir son système de vidéosurveillance


Des caméras filaires IP
avec une alimentation PoE offrent à la fois une installation moderne et flexible. A défaut, des caméras Wifi permettent de profiter des avantages de la vidéosurveillance IP sans avoir à tirer de câbles. Renseignez-vous sur les optiques, l'électronique et la connectique des caméras que vous installerez afin de garantir la qualité des images et leur exploitation future. En fonction de votre région et de l’exposition de vos caméras, pensez à vérifier les limites de température de celles-ci.

Conformez-vous aux dispositions légales relatives à la vidéosurveillance afin d'éviter toute déconvenue. Si vous êtes seulement intéressé par l'aspect dissuasif, vous pouvez acquérir des caméras factices à vil prix. 

 
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
9 votes utiles
Guide écrit par :

Jean-François, Bricoleur & développeur informatique, Les Yvelines 58 guides écrits

Jean-François, Bricoleur & développeur informatique, Les Yvelines
Intéressé depuis l'enfance par le travail manuel et la technique, toujours fasciné par le bricolage et le travail du bois, j'ai profité de l'achat d'un appartement pour avoir un terrain de jeu grandeur nature. Au programme, de l'électricité, bien sûr dans le respect des normes, et quelques déplacements de cloisons ; mais aussi de la décoration avec l'aide de Madame, des meubles sur mesure et des astuces pour optimiser les mètres carrés tout en restant original. Avec l'arrivée de petit bonhomme, je me suis lancé dans la confection de petits meubles pour lui !

Faute de place, je n'ai pas d'atelier fixe et certains des outils dont je rêve n'ont pas encore rejoint ma collection. Ne vous inquiétez pas, j'en connais déjà beaucoup et j'ai un profil technique qui me permettra j'espère de vous guider dans vos choix !

Les produits liés à ce guide

Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent