Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir sa chaudière au fuel

Guide écrit par :
Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

283 guides
Une chaudière au fuel à condensation ou une chaudière au fuel basse température chauffe de l’eau qui ensuite est diffusée dans des radiateurs ou un chauffage au sol. Pouvant être mixte et produire de l’eau chaude sanitaire (ECS), suivez nos conseils pour choisir votre chaudière au fuel !

Caractéristiques importantes

  • Basse température
  • A condensation
  • Production d'eau chaude
  • Puissance
  • Rendement

Les principales caractéristiques d’une chaudière au fuel

 


Une chaudière au fuel peut produire de l’eau chaude sanitaire (ECS) auquel cas elle est dite chaudière mixte ou chaudière double service. Trois types de productions d’eau chaude se différencient : instantanée, à micro accumulation et à accumulation.
 
Une chaudière au fuel se dimensionne en fonction du volume à chauffer et de l’isolation du logement. Les chaudières au fuel à condensation sont préférables pour les maisons de plus grands volumes car de rendement supérieur.

Une chaudière au fuel nécessite une cuve de stockage qui en fonction de son volume est à installer en intérieur ou en extérieur. La cuve de stockage est à dimensionner selon les besoins de chauffe de l’installation.

Fonctionnement d’une chaudière au fuel


Une chaudière au fuel chauffe de l’eau qui est ensuite diffusée dans les radiateurs à eau chaude ou dans le réseau de chauffage au sol (plancher chauffant). 
 
L’eau est chauffée grâce à un brûleur qui brûle le fuel (mazout) stocké dans un réservoir indépendant.

Deux types de chaudières au fuel se distinguent : les chaudières au fuel à condensation (plus cher à l’achat mais de meilleur rendement et plus économiques à terme) et les chaudières au fuel basse température (moins chères à l’achat mais de rendement inférieur).


Différences entre chaudière au fuel basse température et modèle à condensation

La chaudière au fuel basse température produit de l’eau chaude d’une température de 40° contrairement à une chaudière au fuel à condensation qui produit elle de l’eau à 90°.
 
Le rendement d’une chaudière au fuel à condensation est supérieur à celui d’une chaudière au fuel à basse température (comparativement à une chaudière d’ancienne génération), la chaudière à condensation permet de réaliser 30% d’économie et la chaudière basse température 20%.

Les chaudières fuel à condensation sont plus chères à l’achat et conseillées pour les plus grands volumes à chauffer.

Les différentes technologies de chaudières au fuel

Deux technologies se distinguent sur les chaudières, les chaudières dites ouvertes ou chaudières atmosphériques et les chaudières au fuel fermées dites chaudières étanches.

Chaudière fermée ou chaudière étanche


La chaudière au fuel ventouse n’a pas besoin de conduit de cheminée tubé ni d’un appel d’air dans la pièce (elle peut être installée dans un local fermé). La chaudière au fuel ventouse fonctionne avec deux circuits dont l’un est dédié à l’arrivée d’air et l’autre à l’évacuation des gaz de combustion.

Chaudière ouverte ou chaudière atmosphérique


La chaudière ouverte évacue les gaz par un conduit de cheminée tubé et prélève l’air nécessaire à la combustion dans le local de son installation (renouvellement d’air obligatoire dans la pièce).   

Les systèmes de production d’eau chaude d’une chaudière au fuel

Une chaudière au fuel peut être à double service et produire de l’eau chaude pour l’habitation ; elle est dite chaudière mixte. La production d’eau chaude peut être instantanée, à micro-accumulation ou à accumulation.

Production eau chaude à accumulation


L’installation est couplée à un ballon offrant une réserve d’eau conséquente qui permet un usage immédiat. Ce procédé est plus économique mais aussi davantage volumineux. Conseillé pour les logements à deux salles de bains, aux besoins importants en eau (famille de 4 personnes).

Production eau chaude à micro-accumulation


Une petite quantité d’eau chaude est stockée dans un ballon (vase d’expansion) pour assurer un besoin immédiat. L’installation reste assez compacte comparativement à la production d’eau chaude à accumulation.

Production eau chaude instantanée


La production d’eau chaude sanitaire est instantanée et prévue pour les faibles besoins en eau chaude. Déconseillée pour les logements disposant de deux salles de bains ou pour les familles de 4 personnes.

Calcule de la puissance d’une chaudière au fuel

Puissance d’une chaudière au fuel


La puissance d’une chaudière au fuel s’exprime en
kilowatts (kW) et est relative au volume à chauffer, à l’isolation du logement, à l’exposition et à la température souhaitée. Différents coefficients sont donc à considérer :
  • le coefficient de consommation d’énergie (soit 1.6 pour un logement bien isolé et 2 pour un logement mal isolé) ;
  • l’ITE soit l’Indice de Température Extérieur qui s’estime en fonction de la région (15 en montagne, 12 dans le nord, 9 dans le centre et 7 dans le sud) ;
  • le volume du logement qui se calcule en multipliant la surface par la hauteur sous plafond ;
  • les déperditions d’énergie estimées à 1.3 ;
  • la température souhaitée dans le logement (environ 20°).
La formule permettant de calculer la puissance nécessaire d’une chaudière au fuel se résume à :

[Coefficient de consommation d’énergie x (température voulue + indice ITE) x Volume à chauffer] x déperdition d’énergie = Puissance de chauffage.
 
Soit en exemple pour une maison de 250 m3, avec un indice ITE de 12 (zone montagneuse), coefficient de consommation d’énergie de 1.6 et une température voulue de 21°, la puissance estimée est de :

[1.6 x (21 + 12) x 250] x 1.3 = 17 160 W soit 17 kW.

La chaudière au fuel doit avoir une puissance de chauffe de 17 kW.

Rendement d’une chaudière au fuel

Le rendement d’une chaudière au fuel se définit comme le rapport entre l’énergie produite et l’énergie consommée. S’exprimant en %, plus la valeur du rendement est haute, meilleur est le rendement de la chaudière au fuel et plus la chaudière est économique.

Conseils pour bien choisir et entretenir une chaudière au fuel


A dimensionner selon ses besoins, une chaudière au fuel compte différentes configurations et peut en fonction :
  • être à basse température ou à condensation ;
  • produire de l’eau chaude instantanément, par micro-accumulation ou par accumulation ;
  • nécessiter d’un conduit de cheminée tubé pour l’évacuation des gaz de combustion ;
  • avoir besoin d’un local ventilé s’il s’agit d’une chaudière ouverte.
Une chaudière au fuel nécessite un entretien annuel et la cuve un entretien tous les dix ans. Le nettoyage est réalisé obligatoirement par un professionnel.

La cuve à fuel peut être enterrée ou non enterrée à l’extérieur, placée dans une fosse ou à l’intérieur si vous disposez d’un local aéré et d’une cuve d’un volume inférieur à 2500 l. Le coût de la cuve est à considérer dans l’installation.

Une chaudière au fuel peut se coupler avec une pompe à chaleur (PAC) et/ou un chauffe-eau solaire pour optimiser vos besoins en eau chaude et chauffage.

Une chaudière au fuel en fonte est plus résistante et de meilleure facture.

La chaudière au fuel à condensation est éligible au crédit d’impôt (abattement de 30% du montant des travaux après notification sur la déclaration). L’installation doit alors être réalisée par un professionnel RGE (Reconnu Garant pour l’Environnement), le demandeur est obligatoirement le propriétaire ou locataire du logement, l’habitation utilisée est déclarée comme résidence principale et la chaudière au fuel est éligible au CITE (Crédit d’Impôt Transition Energétique). 

Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
3 votes utiles
Guide écrit par :

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme 283 guides écrits

Sébastien, Rédacteur, Puy-de-Dôme

A l’issue d’études dans le commerce, j’ai appris par opportunité la profession de charpentier. Noble mais dur métier, les hivers et la pluie m’ont incité à descendre des toits et à pousser les portes d’une quincaillerie où sans grande surprise, je me suis retrouvé quincaillier.

De vis en boulon, j’ai travaillé au fil des années dans tous les rayons de magasins de bricolage où j’ai eu le loisir d’apprendre l’utilité et le fonctionnement de tout ce qui s’y vendait. Entre deux magasins, je n’hésitais pas à travailler comme serrurier, couvreur, menuisier ou dans le secteur industriel.

Mon expérience terrain conjuguée à mes connaissances techniques me permet de jauger le vrai du faux dans le choix des outils et équipements. Préférant restituer un conseil désintéressé à l’écrit que me répéter du lundi au samedi dans un magasin, il était naturel que je me dirige vers le métier de rédacteur.

Les produits liés à ce guide