Le plus grand choix de bricolage

Conseils live avec nos experts brico

Comment choisir et raccorder tuyau, soufflette, compresseur et outils pneumatiques

Guide écrit par :
Jérôme, Artisan, Haute Savoie

Jérôme, Artisan, Haute Savoie

180 guides

Poignée de gonflage, nébuliseur ou pulvérisateur, raccords, flexible et huile sont indispensables à votre compresseur, tant pour son fonctionnement que son entretien. Débit et pression sont les principaux critères de sélection et pour les petits travaux : les kits pour compresseur pneumatique ne manquent pas d’air !

Caractéristiques importantes

  • Débit
  • Pression
  • Passage d'air et diamètre flexible

Prix

de 1,00 € à 1 000,00 €

Kit pour compresseur pneumatique

Maintenant que vous êtes équipé d'un compresseur, pour vous en servir et l'exploiter au mieux il va vous falloir un certain nombre de petits accessoires car de la soufflette à la sableuse pneumatique, vous avez besoin de flexible et de raccords !

Pour la plupart des travaux courants comme le gonflage de pneumatiques, le nettoyage ou encore les retouches de peinture, ils sont indispensables.

Pour vous équiper, on trouve aujourd'hui sur le marché à des prix très intéressants des kits d'outils pour compresseurs, composés de tout ce qu'il vous faut pour démarrer sereinement.

Tuyau pneumatique en spirale


Evidemment, c'est le plus important ! Sans tuyau pneumatique, impossible d'utiliser le moindre outil.

Généralement en polyéthylène, pour tous vos petits travaux sa longueur idéale sera d'environ 5 mètres. C’est assez long sans toutefois l’être trop !

Côté diamètre, pour ne pas avoir de trop grosses déperditions de pression, choisissez un diamètre en adéquation avec la sortie de votre manodétendeur. La majorité des compresseurs à usage occasionnel ont une sortie de 6 à 8 mm (diamètre intérieur). Pour un compresseur professionnel, c'est entre 10 et 12 mm.

Pour les raccords, un embout mâle d'un côté pour brancher au compresseur et un raccord rapide de l'autre pour y adapter n'importe quel outil est le top. La taille des embouts est normalisée et universelle (ISO 6150B).

Pour pouvoir réaliser confortablement tous vos travaux, orientez votre choix vers un tuyau pneumatique acceptant une pression d'au moins 8 bars minimum.

Soufflette

La soufflette est l'outil indispensable pour le nettoyage, le dépoussiérage, ou le séchage de tout ce qui vous passe entre les mains !

En fonction de ce que vous voulez faire, certaines soufflettes ont la possibilité d'avoir une buse démontable et interchangeable, ou encore un tube extenseur pour atteindre les endroits difficiles d'accès. Notez que les buses coudées d'une longueur de 5 à 10 cm sont idéales pour la plupart des travaux de nettoyage et surtout si vous faites pas mal de mécanique !

Poignée de gonflage


Avoir un compresseur, c'est pouvoir gonfler n'importe quel pneumatique facilement et à n'importe quel moment.

Avec la soufflette, la poignée de gonflage est donc aussi un outil indispensable !

Orientez votre choix en priorité vers une poignée de gonflage disposant d'un manomètre homologué CE. Ainsi, il vous indiquera la pression de vos pneumatiques la plus juste possible (en général, la vis de réglage est plombée pour ne pas qu'elle puisse être manipulée ce qui indiquerait une fausse valeur de pression). Votre poignée de gonflage autorisera une pression jusqu'à 10 bars. Avec ça, vous serez prêt pour gonfler tout type de pneumatique !

En règle générale, les poignées de gonflage sont vendues avec un embout aux normes automobiles. Mais vous trouverez également des poignées avec de multiples embouts interchangeables s'adaptant à n'importe quel pneumatique, chambre à air et ballon de foot !

Nébuliseur ou pulvérisateur


Très utile si vous faites beaucoup de mécanique, le pulvérisateur est idéal pour nettoyer, graisser / dégraisser, ou même dégripper en projetant toute sorte de solvants et assimilés.

Fonctionnant comme un pistolet à peinture par aspiration, le réservoir du pulvérisateur se situe sous le corps de l'outil. Lorsque vous actionnez la gâchette, l'air traverse le corps en entrainant le produit qui se trouve dans le réservoir, et en fonction de la buse qui est montée, le projette sur une surface plus ou moins importante.

Les critères de choix pour un pulvérisateur de mousse sont similaires à ceux de tout outil pneumatique : pression de travail (à dimensionner avec le compresseur) ; capacité de la cuve (impactant l’autonomie) ; les équipements de contrôle (manomètre, indicateur, etc.) ; les accessoires (lance avec buse, flexible, raccords, etc.).  

Pistolet à peinture


Couplé au compresseur, le pistolet à peinture permet d'utiliser toute sorte de peintures différentes, et de les appliquer sur tout type de surface.

On distingue toutefois différents pistolets : les pistolets à gravité (qui ont le réservoir de peinture sur le dessus) et les pistolets par aspiration (qui ont le réservoir sur le dessous). Dans le premier cas, la peinture descend dans le corps du pistolet par son propre poids, dans l'autre elle est aspirée par un effet Venturi créé par le corps du pistolet. La buse est également un élément important car c'est elle qui va créer la forme du cône de projection de la peinture.

Côté débit et pression, ils vont de pair. Pour des petits travaux et donc des petites surfaces, préférez un pistolet basse pression par aspiration (car petite contenance du réservoir). En revanche, pour les gros boulots, orientez votre choix vers un pistolet à gravité haute pression (plus délicat à manipuler correctement et à régler).

Compresseur : comment choisir le tuyau, les embouts et les raccords pneumatiques

Flexibles de compresseur pneumatique

Pour une installation nomade, et pour un usage occasionnel, le flexible idéal est le tuyau polyéthylène en spirales.

Pour un usage plus intensif le flexible qu'il vous faut sera un tuyau PVC souple et idéalement avec blindage extérieur.

Pour un tuyau en spirales son diamètre intérieur doit être en adéquation avec le diamètre de sortie du manodétendeur du compresseur (de 6 à 8 mm), et sa longueur idéale de 3 à 5 m (plus court c'est gênant car le compresseur est trop près, plus long on risque de perdre de la pression et/ou du débit).

Les tuyaux PVC sont réservés eux à un usage plus professionnel, et s'adaptent donc sur de gros compresseur au diamètre de sortie compris entre 10 et 12 mm. Etant donné la capacité du compresseur (qui est censée être conséquente) il n'y a pas vraiment de longueur idéale (mais un minimum de 3 m est impératif).

Dans tous les cas, orientez votre choix vers un flexible capable d'encaisser la pression de sortie de votre compresseur. En règle générale, les tuyaux polyéthylène acceptent jusqu'à 8 bars et les tuyaux PVC jusqu'à 20 bars voire plus.

Enrouleur automatique de tuyau pneumatique

Un bon moyen pour ne pas se prendre les pieds dans le flexible pneumatique est de s'équiper d'un enrouleur automatique. Evidemment cela n'autorise plus les déplacements important (à moins d'avoir une grande longueur de tuyau).

Souvent rotatifs et autobloquants, les enrouleurs sont équipés d'un embout mâle raccordé au compresseur, et d'un raccord rapide femelle au bout du flexible que l'on déroule, pour y raccorder les outils.

Comme pour un tuyau simple, on retrouve des flexibles en polyuréthane (le polyéthylène étant souvent réservé pour les tuyaux en spirales) ou en PVC.

La longueur disponible varie d'un enrouleur à un autre. Soyez attentif à l'endroit où est installé votre compresseur et aux travaux que vous souhaitez réaliser car le flexible devra être assez long ! (10 m reste un maximum pour un petit compresseur).

Raccord et embout pneumatiques : diamètre et connexion

L'immense majorité des compresseurs sur le marché, des flexibles, et des outils pneumatiques répondent à une norme CE et sont dits « standardisés » ou « universels » (ISO 6159B). Cette norme traduit entre autres la taille de la sortie des manodétendeurs qui est de 1/4 de pouce (noté ‘’), et la taille des embouts mâles et femelles (rapides ou non) qui est de 6,35 mm.

Les raccords peuvent être : à visser auquel cas il convient d’ajuster le filetage ; à embout cannelé, le diamètre est à choisir en fonction du tuyau – des colliers à oreille ou à vis permettent de sertir le tuyau sur l’embout ; à emmancher – raccord rapide. Le profil du raccord est à dimensionner en fonction du débit et de l’outil utilisé.

Tant que vous vous équipez de raccords et embouts CE, tous vos outils pourront se brancher et fonctionner parfaitement.

Choisir son raccord pneumatique en fonction de son outil

 

Type de raccord rapide

Diamètre de tuyau recommandé

 

Type d’outil pneumatique

Embout de 5,5 mm intérieur (acier trempé)

Ø 8 mm

Perceuse, visseuse, poignée de gonflage, soufflette, petits marteaux burineurs etc.

Embout gros débit de 7,2 mm intérieur (acier trempé)

Ø 10 mm

Clé à choc 1/2 ‘’ (demi-pouce), mini marteaux piqueurs, meuleuse d’angle (125 mm) etc.

Embout très gros débit de 10 mm intérieur (acier trempé)

Ø 13 mm

Meuleuse d’angle (230 mm), projecteur de ciment, clé à choc 1 ‘’ et 3/4 ‘’ etc.

Raccord baïonnette, collier de serrage et raccord tournant pneumatiques  

Les raccords à vis sont déclinés en mâle/femelle et la taille des filetages est représentée par :  

  • 1/4 ‘’ soit 8 x 13 mm ;
  • 3/8 ‘’ soit 12 x 17 mm ;
  • 1/2’’ soit 15 x 21 mm.
Les raccords écrou/baïonnette possèdent une partie filetée (de 1/4’’ à 1/2’’) mâle (M) ou femelle (F) ou un embout cannelé (pour tuyau de Ø 8, 10, 13 mm) et la partie baïonnette proprement dite qui consiste en une sorte de clapet. Le raccord baïonnette est recueilli par un raccord écrou dit écrou fraisé.  

Les colliers de serrage sont à oreille pour une pression plus forte – minimisation des risques de fuite.

Les raccords tournants permettent d’articuler l’outil en bout de flexible en minimisant les risques de plis ou de pincement du tuyau.
 
Les raccords de jonctions sont des réductions (passage d’une taille de filetage à une autre), des tés, etc.

Comment raccorder un compresseur aux outils pneumatiques


Type d'embout / raccord

Utilisation / rôle

Type de réseau / usage

Simple sortie 1/4’’ raccord rapide

Permet de raccorder un tuyau pneumatique au compresseur

Tout type de réseau / tout usage

Double sortie 1/4’’ raccord rapide

Permet de raccorder 2 tuyaux pneumatiques au compresseur

Tout type de réseau / tout usage

Insert rapide 6,35 mm mâle

Permet d'y raccorder un tuyau pneumatique pour ensuite se brancher dans un raccord rapide (à choisir en fonction du diamètre intérieur du flexible)

Tout type de réseau / tout usage

Raccord rapide 6,35 mm femelle

Permet de raccorder un outil pneumatique (à choisir en fonction du diamètre intérieur du flexible)

Tout type de réseau / tout usage

Coupleur mâle / mâle

Permet de raccorder 2 tuyaux pneumatiques entre eux pour être rallongés

Tout type de réseau / usage fréquent (moyen à gros compresseur)

Coupleur femelle / femelle

Permet de raccorder 2 tuyaux pneumatiques entre eux pour être rallongés

Tout type de réseau / usage fréquent (moyen à gros compresseur)

Coupleur rotatif

Permet de raccorder 2 tuyaux pneumatiques entre eux pour être rallongés et avoir plus de liberté de mouvements

Tout type de réseau / usage fréquent (moyen à gros compresseur)

Robinet pneumatique 1/4’’

Permet d'ouvrir ou d'interrompre la pression dans une partie du réseau

Réseau fixe / usage intensif

Clapet anti retour

Evite les retours de pression dans une partie du réseau

Réseau fixe / usage intensif

Qu’est-ce qu’un pulvérisateur pneumatique

A l'image d'un pistolet pneumatique, le pulvérisateur projette à l'aide d'air comprimé n'importe quel produit liquide.

Généralement, on l'utilise en mécanique pour pulvériser du solvant, du dégraissant ou encore du dégrippant. On peut également l'utiliser pour lubrifier et graisser (à condition que l'huile soit légère et liquide).

Comme nous l'avons vu plus haut, il fonctionne comme un pistolet pneumatique à aspiration. Le liquide contenu dans le réservoir qui se trouve sous le corps de l'outil est aspiré par effet Venturi et projeté à travers une buse lorsque l'on appuie sur la gâchette. Il se raccorde au compresseur à l'aide d'un embout universel mâle. 

Caractéristiques

Tous les pulvérisateurs ont le même principe de fonctionnement. Toutefois ils se différencient par :
  • le type de buse ;
  • le volume du réservoir ;
  • la pression que l'outil accepte (à adapter à la pression de votre compresseur).
Pour tout type de travaux, un réservoir de 500 ml suffit. Pour un usage plus régulier, et pour ne pas avoir à remplir le pulvérisateur trop souvent, orientez plutôt votre choix vers un réservoir de 900 à 1000 ml.

Côté pression, la grande majorité des pulvérisateurs accepte 8 bars. Soyez tout de même attentif à ce paramètre car si votre compresseur délivre une pression supérieure à celle qu’accepte votre pulvérisateur, vous allez l'endommager !

Comment choisir un cric pneumatique

Pour soulever et maintenir du lourd, de façon intensive, le cric pneumatique est idéal. Sa capacité de levage atteint près de 30 tonnes pour les plus gros modèles. C'est un outil destiné aux assidus de mécanique automobile, et de manutention de charges lourdes.

Le cric pneumatique se décline sous deux technologies différentes :
  • le cric pneumatique à coussins d'air ;
  • le cric hydropneumatique ou oléopneumatique.

Cric pneumatique à coussins d'air 

Il se compose généralement de deux ou trois coussins qui se gonflent sous l'action de la pression délivré par le compresseur. La capacité de charge est acceptable et se situe selon les modèles entre 2 et 3 tonnes. Le cric pneumatique à coussins d’air peut être sur châssis fixe (avec une embase) ou sur roulettes.

De faible encombrement, il se manipule facilement, est très pratique et permet une amplitude de levage importante de l'ordre de 300 à 500 mm.

Le cric hydropneumatique ou oléopneumatique


Pour les professionnels ou les amateurs avertis, le cric hydropneumatique est le plus puissant et le plus performant. Son principe de fonctionnement est très proche d'un cric hydraulique classique sauf que ce cas précis, c'est l'air comprimé qui agit sur le fluide hydraulique et actionne le vérin. Sa capacité de charge peut atteindre 30 tonnes pour les modèles les plus gros !

Il se décline sous deux formes : de type bouteille sur châssis fixe, et roulant. Seul bémol, complètement replié il est tout de même assez haut, ce qui peut parfois être un problème si vous avez peu de garde au sol sur l'objet à lever. Toutefois son amplitude est correcte, et sur certains modèles vous pouvez en plus ajouter des rallonges de levage.

Etant donné la capacité de charge importante, ce type de cric est souvent équipé de sécurité comme l'anti-chute en cas de coupure d'air comprimé, d'un frein de descente, etc.

Qu’est-ce qu’une pompe d’épreuve pneumatique

Pour détecter une fuite sur un réseau (réseau d'eau, hydraulique, de chauffage, etc.) ou pour tester l'étanchéité de ce réseau, l'outil approprié est la pompe d'épreuve.

Cette pompe va mettre le réseau en question sous pression, et ainsi permettre d'une part de détecter un défaut d'étanchéité (dans ce cas-là, la pression ne pourra pas être stable et constante) et d'autre part de repérer une ou des fuites (visuellement). Toutes les pompes d'épreuve sont équipées d'un manomètre afin de contrôler en temps réel la pression dans le réseau.

Le principe de fonctionnement est relativement simple : un fluide (de l'huile, de l'eau) est contenu dans un bac (d'une dizaine de litres) et injecté par pression (manuelle, pneumatique) dans un réseau (à l'aide d'un raccord à visser le plus souvent en 1/2’’). Le manomètre permet de contrôler la pression du réseau. Si une fois en pression, cette dernière descend toute seule, alors il y a défaut d'étanchéité ou fuite. La sécurité est assurée par une soupape, et la purge se fait par robinet ou bouton poussoir.

Caractéristiques

Les différentes pompes d'épreuve se différencient par :
  • le volume du réservoir – de l'ordre d'une dizaine de litres ;
  • la technologie de mis en pression – manuelle, pneumatique ;
  • la capacité à utiliser différents fluides –  eau, huile, glycol ;
  • le type de sécurité – soupape taraudée, clapet anti retour, purge, etc. ;
  • le manomètre – simple ou multiple graduation ;
  • la pression capable d'être générée – de 30 à plus de 1000 bars pour les plus gros modèles.

Comment entretenir son compresseur, ses accessoires et outils pneumatiques


Pour prolonger la durée de vie de vos accessoires et de votre compresseur, un entretien régulier est impératif ! Pour vos raccords et embouts, il n'y a pas à proprement dit de maintenance, la seule chose est d'être attentif à ne pas les écraser, les tordre ou encore les déformer (en les laissant trainer au sol par exemple, ou en roulant dessus avec votre voiture).

Pour le flexible, c'est un peu la même chose, l'air comprimé ne contient pas beaucoup de matières solides (surtout si vous avez un filtre sur votre compresseur), il est donc inutile de le nettoyer. Toutefois, en fonction de sa matière, il ne faut pas le pincer, l'écraser, ou le couder de façon excessive.

Pour votre pulvérisateur ou votre pistolet à peinture c'est différent. En fonction du produit que vous avez pulvérisé, ou du type de peinture que vous avez utilisé, nettoyez vos outils après chaque utilisation avec un solvant approprié. L'idéal en dehors de nettoyer le réservoir est aussi de démonter les buses, les brosser et les mettre à tremper.

Entretien et huile de compresseur

Quel que soit le type est la capacité de votre compresseur, il nécessite un entretien régulier et une attention particulière.

La première chose à savoir est que vous devez nettoyer régulièrement le filtre à air. En effet, l'air environnant mis sous pression est chargé de poussières, ce qui peut colmater ou même endommager vos accessoires. Si vous avez un compresseur qui dispose également d'un filtre à air de sortie, nettoyez les deux simultanément.

Purger après chaque utilisation votre réservoir d'air. Comprimer de l'air humide créé de la condensation qui à terme attaque et ronge le métal de la cuve. Tous les compresseurs disposent d'une vis de purge (souvent en dessous de la cuve). Si vous envisagez de ne pas utiliser votre compresseur sur une longue période, laissez la purge ouverte.

Enfin, une fois par an (plus si vous avez une utilisation intensive) vidangez l'huile moteur. Comme pour tout type de moteur, une huile de bonne qualité garantie une bonne lubrification de tous les corps en mouvement. Reportez-vous vers le manuel constructeur de votre compresseur pour connaître la viscosité et le type d'huile recommandé par le fabricant. Plusieurs fois dans l'année, n'oubliez pas de vérifier le niveau, et de le compléter si nécessaire.

Sachez que de nombreux accidents arrivent à cause de compresseurs défectueux. En fonction du modèle que vous possédez, référez-vous aux consignes du fabricant et des éventuels contrôles périodiques à faire réaliser sur votre outil pour garantir un fonctionnement optimal en toute sécurité.

 
Avez-vous trouvé ce guide utile ? Oui
6 votes utiles
Guide écrit par :

Jérôme, Artisan, Haute Savoie 180 guides écrits

Jérôme, Artisan, Haute Savoie
Électrotechnicien de formation, j'ai tout d'abord travaillé dans l'industrie où j'ai installé, câblé et dépanné bon nombre d'installations. Par la suite, j'ai encadré les équipes qui réalisaient ces travaux. Depuis quelques années je vole de mes propres ailes et suis artisan électricien. Avec plusieurs centaines de chantiers à mon actif, un travail bien fait et la satisfaction de mes clients sont mes priorités.

Depuis 6 ans, je restaure et agrandis un chalet au cœur de la Haute Savoie. Mon expérience en travaux et mes connaissances me rendent un fier service. Terrassement, aménagement intérieur, toiture, plomberie, électricité, tout y passe ! Nous avons, ma fille ma femme et moi, presque tout fait nous-même ! Alors répondre à vos questions, et vous orienter ou vous conseiller pour choisir vos outils ? Facile !
Connectez-vous pour réagir !

Nos bricoleurs en parlent